On t’attend !

Publié le lundi 27 mars 2017 dans MaRiNeTTe future maman !, MaRiNeTTe maman !  |  3 Commentaires  | Voter Hellocoton

Et oui, je suis prête ! Ça y est, je crois. Baby 2 peut arriver.

 

Autant, lorsque j’ai débuté mon congé maternité pour Mister Caribou, c’était une évidence : il pouvait bien arriver du jour au lendemain. Nous étions prêts et l’attendions. Je me réveillais chaque matin en me disant “Arf, c’était encore pas pour cette fois-ci”. Malgré l’appréhension et le saut dans le vide que nous nous apprêtions à vivre. Je m’arrêtais de travailler à une dizaine de jours à peine de ma date de terme. C’était évident : aucun projet sur cette période, je n’étais pas là pour profiter d’un quelconque congé mais bien pour accueillir mon bébé.

 

Cette fois-ci, c’est différent. Je l’attends, on l’attend, bien sûr. Mais je me suis arrêtée une dizaine de jours plus tôt, me laissant quasi 4 semaines de “marge”. Plus de fatigue et donc cette peur qu’il arrive plus tôt. Mais aussi ce besoin d’avoir du temps.

 

Du temps pour préparer. La maison. Les affaires. La famille. Et moi aussi. Me préparer.

Du temps pour moi et pour me reposer un peu.

Et puis des tonnes de choses à faire et 2 semaines qui sont passées à la vitesse de la lumière. Entre-coupées de réveils nocturnes craintifs à l’idée que non, il ne pouvait pas arriver maintenant.

 

De l’administratif à finaliser. Des papiers à boucler pour avoir ensuite l’esprit tranquille et profiter pleinement du moment une fois qu’il serait venu. Quelques to do un peu plus perso. Les albums photos de Mister Caribou à terminer. Dire que je n’avais pas encore totalement complété son livre de naissance… C’était un peu comme si c’était maintenant ou jamais. Alors j’ai bouclé les papiers. Le plus urgent. Le plus prenant. Le plus casse-pieds. J’ai rangé la maison. Finalisé le switch de chambres (on a repris la chambre de Mister Caribou, plus petite, pour lui offrir une chambre de grand dans l’ancienne nôtre, qu’il partagera avec son petit frère si tout se passe bien). J’ai enfin ressorti les vêtements de naissance. J’ai trié, compté, lavé, choisi, rangé. J’ai fait ma valise. Puis celle de Mister Caribou, un peu plus tard. Sa box de grand frère aussi. Traînant toujours la patte. Comme si chaque étape supplémentaire me rapprochait de ce moment. Comme si chaque croix ajoutée sur la to do était un signal donné pour qu’il puisse arriver. Alors que je n’étais pas prête. J’ai fini de remplir le dit livre de naissance. Celui de grossesse aussi. La première. Bon, j’avoue, je n’ai pas encore ré-ouvert le fichier avec son album photo Année 1. Alors que nous venons de passer le cap des 2 ans… Du gros retard par là aussi. Certainement la dernière étape que je souhaitais avoir bouclée. Mais que je m’autorise à repousser encore un peu. Ça viendra. Promis. J’ai récupéré hier le tout dernier élément qu’il manquait encore pour la box de grand frère. En commande à l’époque… mais donc désormais bien arrivé et ajouté. J’ai ré-ouvert mon atelier couture. Je m’étais mis en projet de réaliser un tapis d’éveil home made pour Baby 2. Le genre de projet fou fou quand tu es plus que débutante. Mais qui était comme “mon projet de congé mat'” (on s’entend que je parle du congé mat’ pré mat’ !). Je devais le faire dès la 1ère semaine. Il m’aura fallu attendre la 3è pour trouver le temps de m’y mettre. Mais j’ai mis les bouchées doubles. Et si maintenant il me reste la partie fun des petits éléments d’éveil à y accrocher, le tapis en lui-même est beau et prêt à l’usage. Et… je suis fière !!!

 

Et puis, on a fait une jolie fête pour les 2 ans de Mister Caribou hier. Notre tradition des apéros du 26 prendra peut-être fin avec cette nouvelle étape : notre Mister Caribou n’est plus un bébé. C’est désormais un petit garçon. Il a soufflé ses 2 bougies hier. Comme un grand. Et je crois que ça m’angoissait terriblement de penser que peut-être j’allais louper ça. Louper cette journée avec lui. Louper cette journée pour lui. Oh oui, c’est bien bête : de quoi se souviendra-t-il ?! Peut-être pas grand chose. Les 2 bougies, les cadeaux installés, maman debout à son réveil (j’ai profité des 2 dernières semaines pour laisser papa gérer TOUS les matins, alors c’était un peu hors du commun hier !). Un peu de déco au mur. Un gâteau aux fraises dont il nous parlait depuis plusieurs semaines. Des copains ensuite. Un petit buffet. Encore des cadeaux. (Beaucoup trop, vous êtes fous les copains !!)

 

Alors peut-être que ça nous a fait plus plaisir à nous qu’à lui. À moi surtout. Mais le plaisir était de le faire pour lui. De lui créer des souvenirs. Ou du moins des émotions. Si ce n’est le souvenir de la journée. Ce sera une marque dans son esprit je crois. Une marque qui lui dira pour toujours qu’on l’aime plus que tout. Qu’il attend un petit frère d’un jour à l’autre mais qu’on ne l’oublie pas pour autant. Il ne s’est pas fait voler sa journée. Il l’a eue et on l’a fêté, lui, rien que lui, comme il se doit. 

 

Alors maintenant, petit frère, tu peux arriver quand tu voudras.

 

grossesse-39SA-marinette-saperlipopette

 

Je crois que je suis en paix. Et prête. En paix avec cette grossesse moins facile. Cette fatigue et ces douleurs. Cette liberté perdue. Ce temps qui manque. J’ai réussi à les estomper doucement ces dernières semaines. Et à les accepter différemment. J’ai profité de ce gros ventre. De tes petits mouvements. Même si je ne pense vraiment pas être de celles qui sera nostalgique du gros bidon… (je suis par contre capable de pleurer aux 1 jour, 1 semaine, 1 mois, 1 an de mon bébé, à cause de ce temps qui passe si vite, ne me prenez pas pour une sans cœur hein). J’ai pris du temps pour moi, pour toi, pour lui. Je me traîne encore comme un hippopotame mais ai arrêté de pester pour autant. La maison t’attend aussi. Allez, peut-être un coup de serpillière aujourd’hui encore, mais sinon, “c’est benh correct” comme ils diraient ici. J’avais même tout rangé et tout nettoyé hier soir, après la fête, et avant de me coucher. Comme ça. Juste au cas où.

 

Et puis, même ce prénom sur lequel je ne suis pas sûre se met soudain à me faire moins peur. J’avais pourtant un coup de cœur au départ. Et puis des doutes plein la tête à ne plus m’en défaire. Une nouvelle orientation. Une préférence marquée de la part de Mr MonChéri. Et moi toujours bloquée. Et puis… et puis on verra. Ça ne m’a pas réveillée cette nuit parce que finalement, je crois que tout t’ira. Peut-être même que ce sera une évidence une fois que tu seras là.

 

Alors oui, on t’attend. Maintenant.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous pourriez aussi aimer...

Envie de commenter ?

    3 Blabla ! sur "On t’attend !"

  1. Weena dit :

    Je crois que mine de rien, le mental joue aussi dans la date d’accouchement et je me demande si ce petit deuxième arrivera rapidement maintenant que l’état d’esprit y est
    Pour LutinCoquin, ça me stressant : ma belle soeur se mariait à 4h de route de chez nous à 39Sa, soit pile le terme de mon premier accouchement… et personne pour garder FeuFolet si j’accouchai avant…
    Résultat, j’ai perdu les eaux le samedi matin après avoir passé la nuit dans la maison de vacances de mes beaux parents (proche de la maternité) Mon corps à du se dire, c’est bon, tout est prêt, FeuFolet est déjà avec ses grands parents et connais la maison, LutinCoquin peut arriver

    • Marinette dit :

      Dans le même genre : je ne voudrais pas que ça arrive la nuit… (Expat à Montréal, loin de la famille etc, gêne de déranger les copains au milieu de la nuit, … bref !). En tous cas, on attend toujours ! A suivre.

  2. Hello !
    Bon alors je sais que je commente sous le mauvais billet et que depuis, les choses ont changé. J’espère de tout cœur que tu vas bien, que ta petite crevette aussi, tout comme le reste de ta famille.
    Je pense fort à toi !
    Des bulles de bisous from Paris ^_^