Une deuxieme grossesse, qu’est-ce que ça change ?

Publié le mardi 21 mars 2017 dans MaRiNeTTe future maman !  |  5 Commentaires  | Voter Hellocoton

J’ai l’impression qu’il y a beaucoup d’idées reçues autour de la grossesse, des grossesses même. Or, chacune va être totalement inégale face à la grossesse. Mais chaque grossesse, aussi, peut être totalement inégale, et ce, même pour une même personne. C’est ce que j’ai pas mal découvert ces derniers mois. Et pourtant, durant cette deuxième grossesse, j’ai entendu plusieurs fois “Oh ça va, tu sais ce que c’est toi de toutes façons”. Ou alors des questions des médecins “Mais pour votre premier… ?”. Jusqu’au “Et c’est bien le même papa ?!” (Prononcé devant le papa en question !) (Bon là ok, on ne parle plus tant de la grossesse en elle-même que du bébé mais c’est pas mal lié tout de même).

 

Bref, on a beau avoir déjà eu une grossesse, savoir un peu mieux à quoi s’attendre, ne pas se jeter dans l’aventure les yeux fermés comme c’est le cas la première fois où l’on plonge bien plus vers l’inconnu et benh finalement… ça peut être l’inconnu quand même ! Parce que oui, une seconde grossesse, ça peut probablement être du pareil au même, mais ça peut aussi ne rien avoir à voir avec la première !

 

photos-grossesse-marinette-par-aline-dubois

 

Alors, une deuxième grossesse, ça change quoi ?

D’une façon générale, je me suis sentie moins “investie” dans cette grossesse. Non pas par manque d’envie ou ravissement quant à la nouvelle, mais simplement en lien, il me semble, à ma nouvelle réalité : maman d’un petite d’à peine 1 an et demi, avec une première grossesse pas si loin donc. On a patienté un moment avant de faire le test ce mois-ci. Peut-être pour ne pas être déçus de s’être trop précipités ? Quoi qu’il arrive, lorsque j’ai fait le dit test, le doute n’était quasi plus possible… Et si nous étions bien ravis de cette nouvelle, la présence de Mister Caribou dans la pièce d’à côté et la vie qui suit son cours ont bien vite rattrapé et effacé ce petit moment symbolique que nous avions à l’inverse savouré un long moment il y a 2 ans.

 

Les annonces aux proches ont suivi ce même schéma. Recevant même des “c’est pas vraiment une surprise” ou autres “bon alors, tu attends le 2è, c’est ça ?” alors que nous ne le savions pas encore nous-mêmes ! Il faut dire que j’ai passé une partie de juillet / août en France, dans la famille, à n’avoir qu’une envie : dormir comme une marmotte ! Le tout avec un petit bidon qui pointait déjà sous ma robe longue (alors que je devais être à 2 semaines seulement… et personne ne me croit lorsque je dis que je n’ai en réalité jamais perdu ce petit ventre d’entre 2 grossesses justement !).

 

Et puis la nature a logiquement bien vite repris ses droits et ce petit bidon est devenu un vrai petit ventre difficile à cacher. C’est fou comme le corps se souvient réellement ! Alors vive les t-shirts amples et le soulagement une fois l’annonce faite au boulot. Et si pour Mister Caribou, je les avais un peu pris au dépourvu, cette fois-ci, tout le monde attendait simplement de savoir quand est-ce que j’allais faire mon annonce… Hum hum. Et de mon côté, j’attendais surtout de pouvoir ressortir des vêtements de grossesse du placard, sans aucun risque ! Alors qu’il y a 2 ans, je n’avais investi dans une nouvelle garde robe que vers le 5è mois.

 

Mais au-delà de ça, la seconde grossesse, c’est…

 

Un premier enfant à gérer

Qui dit deuxième grossesse dit aussi premier enfant. Plus ou moins âgé selon les cas. Plus ou moins autonome. Plus ou moins facile. Plus ou moins demandeur. Beaucoup de paramètres aléatoires qui vont pas mal interférer avec votre énergie et votre résistance !

 

De mon côté, un petit qui fêtera ses 2 ans pour la naissance de son petit frère. Encore très demandeur des bras donc pendant une bonne partie de la grossesse. Une maison à escaliers aussi, justifiant quelques portages obligatoires au départ. Maintenant, il se débrouille pas mal, mais les soirs de fatigue pour lui, c’est plus difficile. Quoi qu’il arrive, se baisser, se relever, le soulever, l’aider, jouer par terre, rester près de son lit – bien trop bas – et ramasser sans cesse ce qui traîne, fait partie du quotidien de jeune maman… avec ou sans gros bidon à supporter ! Et ce n’est pas à un enfant de moins de 2 ans que tu vas expliquer que “non, maman ne peut plus te porter” (du moins, même si j’ai tenté de limiter, ce fût mon choix de ne pas totalement être drastique, aussi parce que je peux me le permettre, bien sûr).

 

photos-grossesse-2-marinette-par-aline-dubois

 

Un premier enfant à s’occuper, c’est aussi du temps à donner. Et donc du temps en moins pour le reste. Notamment pour le repos. Entendez par là que mon seul temps libre de ces 9 derniers mois – ou presque – a dû être passé à dormir, ou au moins à aller m’allonger. Comment expliquer à un presque encore bébé que maman a encore besoin de 20 minutes dans son lit ce matin, ou de s’allonger ce samedi après-midi ? Pas facile… Idem les soirs de semaine, ces moments où de retour d’une journée éprouvante de boulot, tu ne rêves que de t’affaler dans ton canap’, une bonne bière à la main, et de ne plus en bouger. Exit la bière. Exit surtout la séance canap’ affalée ! À peine le pas de la porte passée que tu auras déjà un livre, une balle, une pièce de puzzle ou toute autre passion du moment dans une main et un enfant qui te tire par l’autre manche…

 

photos-grossesse-2-marinette-par-aline-dubois

 

Le temps qui a passé

Celle-ci m’a gentiment été rappelée par ma sage femme. Et oui, même si on ne voit pas le temps passer avec nos loulous et que je suis impressionnée de me dire que d’ici quelques jours mon futur “grand” aura déjà 2 ans et sera (presque ou déjà ?!) grand frère par la même occasion, et benh… c’est tout de même 2 ans de plus pour moi aussi ! Et toujours en dédicace à ma sage femme : “à la trentaine, 2 ans, ça compte !”.

 

Bon dans mon cas, j’espère que ce n’est pas juste ça, parce que pour le coup, je peux vous dire que vu comment cette seconde grossesse a été bien plus éprouvante que la première, ça voudrait dire que mon corps a pris un sacré coup de vieux en 2 ans ! Et c’est plutôt flippant ! Heureusement… j’ai quelques autres théories à ajouter à l’équation !

 

C’est une deuxième grossesse !

Et oui, c’est bien écrit depuis le début : on parle de deuxième grossesse. Hormis l’enfant qui est né de la première, il y a surtout eu cette dite première grossesse. Plus ou moins bien supportée selon les personnes. Plus ou moins bien suivie par la suite aussi. Et plus ou moins éloignée de la deuxième ! Tout un tas de paramètres qui ne seront probablement pas étrangers à votre plus ou moins bonne résistance pour le second round !

 

Moins de 16 mois de mon côté entre l’accouchement et la nouvelle grossesse. On ne parlera pas ici des quelques ratés dans mon suivi post-grossesse au Québec, ce n’est pas vraiment le sujet, mais n’empêche que je suis sûre que le lien est bien présent avec ma fatigue physique des derniers mois… Quoi qu’il arrive, une combinaison qui donne forcément un corps affaiblit lorsque je l’ai lancé dans cette nouvelle aventure !

 

Et puis…

Et puis, un tas d’autres choses qui, sans parler de la condition physique à priori un peu moins bonne la seconde fois (mais je ne fais pas de généralité !) font que tu ne te lances pas dans cette aventure de la même façon.

 

Parce que oui, c’est cette fois-ci un terrain connu. Je ne suis pas partie comme si tout était joué d’avance mais je n’ai pas eu ce sentiment de me jeter dans l’inconnu. J’étais confiante et sereine. Les douleurs, la fatigue, le poids ressenti dès le départ (alors que bizarrement j’atteins difficilement un +7kg sur la balance, là où je dépassais les +15kg il y a 2 ans, malgré les “t’as vraiment de la chance, tu n’as pris que dans le ventre !”) (cette fois-ci, au-delà de n’avoir pris que dans le ventre, j’ai perdu partout ailleurs semble-t-il…), les sensations si différentes, tout est arrivé comme une plus grosse surprise encore, ne m’attendant pas à être surprise justement. Et mon corps qui se plait tant à confirmer que rien n’est pareil !

 

Parce que oui, c’est une grossesse désirée, mais que la magie ne fait pas le même effet pour une deuxième fois. Ou peut-être simplement parce que ces quelques mois ont été moins idylliques ? Quoi qu’il arrive, il est sûr que j’ai bien plus pensé à ma grossesse “physiquement” que “conceptuellement”. Je me projette, je l’attends, je suis impatiente de cette rencontre. Mais même si mon corps m’a sans cesse crié l’inverse, ma tête ne s’est, elle, pas tant sentie enceinte.

 

Aucune application de suivi installée sur mon téléphone, moi qui étais pourtant adepte de ces petites lectures matinales et dont j’attendais les news de la nouvelle semaine avec tant d’impatience. Aucun livre emprunté à la bibliothèque concernant la grossesse, l’accouchement, les premiers mois avec bébé… (non, aujourd’hui, je ne lis – encore faut-il trouver le temps – qu’autour de l’éducation, je suis donc bien dans l’étape d’après !). Aucun joli livre à compléter pour garder en mémoire ces quelques mois. Très peu de photos de suivi de ce ventre qui grossit… (Heureusement, Aline nous a rattrapé ça avec une jolie séance photos de grossesse !). Aucune session piscine non plus, ou autre activité “pour moi” du genre, afin d’alléger mon corps de cette pression. Aucun plaisir à m’habiller le matin, alors qu’il y a 2 ans de ça, je faisais attention à mon look, prenais plaisir à enfiler une jupe ou une petite robe adaptée, à mettre une jolie ceinture, … aujourd’hui, mon jean basic et un gilet font très bien l’affaire !

 

Mes priorités sont aujourd’hui différentes. J’ai un tout petit bébé qui grandit encore au creux de moi et il est sûr que je fais plus qu’attention à lui. Mais celui qui a besoin de mon temps, de mon attention, de ma présence, aujourd’hui, c’est pour l’instant mon “grand” à qui je souhaite offrir au maximum de ce temps que j’ai pour lui et rien que pour lui avant de devoir l’en priver d’une partie et lui imposer quelques concessions.

 

photos-grossesse-2-marinette-par-aline-dubois

 

Parce que oui, je suis impatiente d’être “débarrassée” de ce gros ventre (excusez l’expression, vous l’aurez compris, cette seconde grossesse n’aura pas été des plus plaisantes !) mais en même temps, j’espère encore quelques jours de répit ! Contrairement à la naissance de Mister Caribou que j’attendais comme une lionne en cage, dès le soir même de mon congé maternité, ne sachant pas vraiment comment occuper ces quelques jours… aujourd’hui, je suis ravie d’avoir profité de 2 semaines off et aimerais même pousser le vice à en demander encore une ! Alors oui, je dors mal, je me sens lourde, je me traîne, je peste à longueur de journée, mais que c’est bon d’avoir quelques heures à moi, rien qu’à moi, de pouvoir avoir quelques projets, et surtout les réaliser, de rayer des lignes sur mes to do listes sans pour autant devoir me forcer à m’y mettre après avoir couché Mister Caribou alors que je n’espère plus qu’une chose, retrouver mon lit moi aussi…

 

Bref, je suis impatiente, mais j’ai tout de même bien conscience de ce qui s’en vient, et surtout du temps qui ne sera plus mien. Ces quelques jours de congé maternité – sans enfant (Je laisse Mister Caribou est à la garderie en semaine – boooouuuuuuhhhh la maman indigne !) – m’offrent une mini parenthèse que je n’avais pas eue depuis bientôt 2 ans, et croyez-moi : je l’apprécie !

 

Alors j’essaye de savourer cette attente aussi. Malgré les maux. Je me plais à sentir ce bébé remuer dans mon ventre. Une chose encore bien différente d’ailleurs puisque je n’avais JAMAIS réellement ressenti Mister Caribou bouger ! Cette fois-ci, c’est carrément la zumba plusieurs fois par jour (et par nuit !). Et qui sait, peut-être que je vais regretter ces moments ? J’ai très largement traîné à préparer ses petites affaires, et les miennes aussi d’ailleurs. Peut-être pour ne pas provoquer le destin puisque je lui demandais encore quelques jours de répit ? Mais quel plaisir de regarder ces tout petits vêtements ! D’ouvrir le dernier colis reçu de France et de découvrir ces jolies choses. Si petite. Comment donc mon Mister Caribou a-t-il pu entrer là-dedans ?! La redécouverte est un peu magique. Je prends aussi le temps de redécorer la chambre. Pour mon grand bien sûr, qui a le droit à un tout nouvel espace par cette occasion. Mais aussi pour ce petit frère qu’on attend et à qui je souhaite donner autant d’importance qu’à son grand frère. Lui préparer son petit cocon à lui. Même si je vais lui laisser moins de traces des quelques mois avant sa naissance. Je sais qu’une fois qu’il sera là, tout sera différent ! J’ai traîné, oui, mais c’était peut-être pour mieux en profiter ?

 

 

photos-grossesse-2-marinette-par-aline-duboisToutes les photos sont de Aline Dubois Photographie.

 

A très vite pour vous raconter les vrais débuts de cette vie à 4 !

Et j’en profite pour vous partager un article sur ce même thème de la seconde grossesse rédigé avec une bonne touche d’humour mais tout autant réaliste et qui m’a fait bien sourire !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous pourriez aussi aimer...

Envie de commenter ?

    5 Blabla ! sur "Une deuxieme grossesse, qu’est-ce que ça change ?"

  1. France Velay-demarcq dit :

    tu ne parles pas de la preparation du grand frere a la naissance,pourtant tres importante si tu veux eviter la jalousie ; Bien appuyer sur le fait qu’il sera le grand frere et responsable quand les parents ne sont pas là;
    Ma fille avait fait cette preparation avec audrey a la naissance de morgan et je peux te dire qu’elle etait tres protectrice envers son petit frere et cinq an apres lorsque george est arrivé elle s’est comportée en vrai petite maman, me donnant meme des conseil a moi la mamie qui a pourtant eu 4 enfants

  2. laulinea dit :

    Coucou Marine 🙂 Très joli comme article ! Il est vrai que je ne suis pas vraiment concernée, mais j’ai bien aimé te lire et c’est très intéressant comme sujet ! Merci pour tes petites confidences 🙂 Bisous

  3. oph dit :

    Je me reconnais tellement dans ton article! Jusqu’à la sage femme qui te dit que tu as vieilli depuis ta dernière grossesse (alors que moi, depuis que j’ai eu mon 1er enfant, je le regarde grandir pour m’éviter consciencieusement de me regarder vieillir, bon bah les autres le font pour toi lol).