Ici

Publié le mardi 09 septembre 2014 dans MaRiNeTTe à Montréal  |  18 Commentaires  | Voter Hellocoton

Ici le papier du beurre est plus fin qu’une feuille de soie, et ce, quelle que soit la marque. Impossible de l’ouvrir plus de 2 fois sans se retrouver sans un truc tout déchiqueté (Et dégueulasse au passage, sinon, ce n’est pas drôle) (D’ailleurs ce matin, je l’ai déchiqueté du premier coup, comme ça… c’est fait !).

 

Montreal

 

Ici il y a du vent dans le metro. Un vent incroyable lorsque tu montes/descends les escaliers (qui sont généralement tellement longs d’ailleurs). J’angoisse déjà en pensant au prochain hiver et à ma nouvelle station de métro (enfin, que je côtoie depuis quelques mois déjà maintenant). J’ai l’impression que le courant d’air qui y prend place est encore pire que dans la précédente (celle que j’ai connue durant ma fin d’hiver passée ici), les escaliers bien plus longs, ce moment qui s’annonce détestable, chaque soir, chaque matin, du courant d’air qui s’engouffre presque en toi tellement il te bloque parfois sur place.

 

Ici, d’ailleurs, il y a aussi du vent au sein même du métro. Dans la rame. Été comme hiver. Devant chaque porte un énorme rond délivrant ce qui doit être de l’air climatisé mais avec une force puissance 10. Ce truc est capable de te décoiffer en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Parfois je m’obstine encore à chercher la place depuis laquelle je ne serai pas touchée. Sans succès.

 

Montreal
Montreal

 

Ici, ce sont les écureuils qui viennent manger tes plantes. Ville ou pas. Mes jolies fraises ont été dévorées en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Et j’habite pourtant une maison de ville, avec une jolie cour, certes, mais encastrée derrière d’autres petits immeubles, bien en ville quoi (Je me demande si c’est aussi cet écureuil qui a réussi à monter jusque sur ma terrasse, à l’étage, pour manger mon petit poivron en devenir !) (Vous me direz que les écureuils rentrent parfois dans les appartements, parait-il, pour venir dévorer le pain de mie qui traînerait sur la table).

 

Montreal
Montreal
Montreal
Ici le temps peut changer d’un jour à l’autre. Grand soleil et grosse chaleur peuvent parfois être suivis par une journée de pluie non stop. Non pas celle de l’orage de chaleur qui fait du bien (bien que cela arrive aussi, hein). Celle qui semble être la pluie d’automne et qui fait retomber le thermomètre directement en-dessous de 20 degrés.

 

Ici le paysage peut vous surprendre un matin au réveil. Une rue déserte un soir. Une rue toujours déserte mais totalement blanche le lendemain matin. Une rue aussi dans laquelle vous découvrez, comme ça, un beau jour, qu’il y a en fait tout un tas d’arbres, auxquels vous n’aviez pas prêté attention jusque là. Pour la simple et bonne raison qu’ils étaient comme morts. Ce matin, ils sont verts. Verts et feuillus. Comme par magie de la nature.

 

Montreal
Montreal
Montreal
Ici, chacun se promène avec son gobelet à café, ou mieux, son thermos de café home made. Le must en réunions. A côté du verre Tim Hortons, indétrônable, à toute heure de la journée.

 

Ici, ils ne connaissent pas les volets. Étrangeté d’un pays où il peut faire si froid… Vous me direz que peut-être, ils ne veulent pas se geler en ouvrant la fenêtre pour les fermer, les volets. En attendant, ici, on dort donc dans la lumière. Ou presque. Peut-être le plus difficile pour moi au final. J’ai adopté le masque pour les week-end où je tente sans grand espoir une grasse matinée. Et j’ai surtout abandonné l’idée de voir mes cernes disparaître (Ceci aurait-il un rapport avec le café consommé en abondance ?!).

 

Ici, les portes sont vitrées. Je crois finalement qu’ils aiment beaucoup la lumière. Pas de volets. Portes vitrées… Que ce soit la porte d’entrée, la porte de ma chambre ou la porte des toilettes… Glamour et rassurant à la fois… Merci le goût Québécois pour ce choix !

 

Montreal
Montreal
Ici, on envoie des infolettres, on porte des cotons ouatés, ou des camisoles, on va faire des 5 à 7 avec ses collègues, on dîne le midi, on vit avec son (ou sa) chum, et on termine les phrases par “Et donc, c’est ça”. Et bien d’autres expressions parfois déstabilisantes.

 

Ici, on fait du vélo tout l’été (et parfois même l’hiver), les rues deviennent piétonne lorsque la chaleur pointe son nez, Sainte Catherine sort ses boules roses et ne s’en défait plus, les gens s’installent sur les trottoirs pour faire leurs ventes de garage.

 

Montreal
Montreal
Montreal
Ici, demain, ce ne sera plus que ce “chez moi” qui sonnait toujours un peu étrange, toujours un peu incertain et effrayant.

 

Ici demain, ce sera “chez nous” et le début d’une nouvelle aventure, dans cette ville que j’apprivoise et qui m’apprivoise aussi de jour en jour. Une ville que je découvre doucement, mais que nous allons maintenant vivre à deux. Une ville qui sera notre terrain de jeux pour de nouvelles aventures.

 

Ici, c’est désormais chez nous !

 

Alors, je ne sais pas si l’herbe est plus verte qu’ailleurs. Nous ne sommes pas venus chercher une herbe plus verte d’ailleurs, mais nous sommes venus trouver une herbe qui s’est offerte à nous, comme ça, quand on ne l’attendait pas. Et je crois que que dans le fond chacun en fait bien ce qu’il veut de son herbe. Mais une chose est sûre, ici, le ciel est plus bleu, et on va tenter d’en profiter un peu. Le temps de voir où cette herbe nous mènera.

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous pourriez aussi aimer...

Envie de commenter ?

    18 Blabla ! sur "Ici"

  1. eamimi dit :

    Tellement contente que ça soit enfin chez vous. Bisous et bon chez vous !

  2. Anne-Laure dit :

    Une jolie déclaration à votre nouveau chez-vous !
    En lisant ton article, j’ai la chair de poule qui gagne mes bras et cette petite pointe de nostalgie qui envahit mon cœur… J’ai tellement hâte de retrouver Montréal.

    • Marinette dit :

      Le plus étonnant est qu’en écrivant ce post à l’origine (depuis un mmt en brouillon), la fin n’était pas du tout la même et il n’avait donc aucune pointe de sentimentalisme !

  3. Dominique dit :

    Magnifique ! les photos sont superbes et le texte me met les larmes (de bonheur) aux yeux
    surprenant ? non pas vraiment !!!!! que du bonheur ! 🙂

  4. Très beau texte qui donne envie de découvrir le pays !

  5. Clyne dit :

    Très joli billet avec des photos de Montréal sans neige qu’on a moins l’habitude de voir !
    C’est quand même fou cette histoire de volets et de portes vitrées (et de beurre !!!), je crois que ça m’énerverait vraiment beaucoup.
    Mais ça fait aussi partie du charme de l’expatriation et de son lot d’adaptations 🙂

    Amusez-vous bien les amis 😉

  6. Djahann dit :

    Superbe article ! ça me donne tellement envie d’y retourner….pour les vacances, seulement ! Quoique….

  7. Laulinea dit :

    Ton article m’a fait bien rire !! Ah ces satanées fenêtres sans volets !!! Nous on a opté pour les rideaux occultants (D’ailleurs je n’avais jamais pensé au fait que ça serait hyper chiant à ouvrir et fermer à -30°C).
    Je suis contente pour toi, j’espère que ton chéri va s’y plaire dans votre cocon !! (même si je pense que tout le monde s’y plairait lol).

    Bisous !

    • Marinette dit :

      J’ai oublié de préciser que je suis une maniaque de la lumière la nuit et du coup je trouve que mes rideaux occultants n’occultent pas vraiment… 🙁 (ou alors je n’aurais pas du faire confiance à Ikea pour ce point là…).
      Pour le reste : on se plait, et on a même tout réaménagé pour la peine ! Alors on organise un truc prochainement pour vous montrer ça !

  8. LaNe dit :

    Très joli post, je reconnais pas mal de choses – à part que c’est “faqe, c’est ça” plutôt que “et donc” 😉
    Pour les volets je me suis fait la même réflexion, c’est en fait pareil dans d’autres pays Nordiques – donc pas une question de froid mais de protéger des regards. J’ai des rideaux opaques, ça fait très bien la job, et ça arrête un peu le froid l’hiver aussi.

    Difficile de ne pas tomber sous le charme de Montréal…

  9. J’aime t’entendre parler de Montréal, meme si ça me rend un peu nostalgique…

  10. Mais quel joli billet ! Il m’a transporté chez toi au fil de la lecture.
    Un jour peut-être j’irai en vacances du côté de chez toi et qui sait, on se verra ? Des bisous pour ta nouvelle vie 😉