Petit dictionnaire des expressions Quebecoises !

Publié le jeudi 23 mai 2013 dans MaRiNeTTe voyage !  |  12 Commentaires  | Voter Hellocoton

Parce qu’au Québec (et pour mon expérience en l’occurrence, à Montréal) ils parlent bien français mais que je ne comprends pas une phrase sur 2 pour autant… le petit guide / dictionnaire du Québecois m’a paru important pour décrypter quelques-unes des perles des expressions bien d’ici !

D’autant que ces expressions ont pour la plupart l’air bien contagieuse… puisque j’entends bon nombre de mes connaissances françaises expatriées ici les utiliser tout naturellement !

 

Expressions_quebecoises

 

Attention, vous êtes prêts ? Le voyage culture commence ! Et après ça, vous pourrez “parler aux gens sans filer cheap” (sans vous prendre la honte donc).

 

Les expressions Québecoises qui prêtent à confusion, pour nous, Français

Dites Bon matin plutôt que Bonjour. Puisque Bonjour signifiera Au revoir. Vous l’entendrez notamment au moment de raccrocher le téléphone par exemple. Et je vous assure, la 1ère fois, c’est assez déroutant ! Mais cela ne devrait pas être la seule expression à vous dérouter par ici !

En effet, vous entendrez régulièrement dire Bienvenue qui n’est autre que notre “De rien” à nous. Lorsque vous direz “merci”, on vous répondra donc “bienvenue”. Déroutant aussi la première fois ! Pour ma part, j’ai eu tendance à re-répondre “merci” à chaque fois… laissant un peu perplexe mes interlocuteurs ! Mais… chacun son tour ! Non ?

 

Autre bizarrerie de la langue Québecoise, ici, on soupe à l’heure du dîner (jusque là tout va bien), mais on dîne à l’heure de notre déjeuner, et là, ça se complique un peu lorsqu’au restaurant on me demande si je souhaite dîner le midi…

 

Et en vrac : vous passerez la Balayeuse et non l’aspirateur, vous porterez une Camisole et non un débardeur. Vous irez à la toilette et non dans la salle de bain. Et pour les hommes, ne leur demandez pas s’ils ont des gosses, ce serait plutôt étrange puisqu’il s’agit des testicules !

 

Les expressions Québecoises qui font vraiment “old school”

Oui, je ne sais pas pourquoi, et j’y reviendrais certainement dans l’un de mes articles sur Montréal mais je trouve que cette ville fait relativement old school. Les façades des bâtiments, les enseignes des magasins, et donc aussi, les expressions québecoises !

  • Correct –> Là pas de problème de compréhension, mais à noter que le Québecois adore dire “c’est correct” à toutes les sauces. De même avec le “Y’a pas de troubles“. Et on remet souvent les choses à tantôt.
  • Icitte –> Ici.
  • Frette –> Froid.
  • Un sous –> Equivaut à un cent.
  • Une pièce –> Equivaut à 1$ Canadien (“j’ai payé 3 pièces mes 5 bagels”).
  • Char –> La voiture. D’ailleurs, dans le char, je mets du gaz.
  • Chum –> Mon mec (et “Une blonde” pour les filles)
  • Des gougounes –> Des tongs.
  • Un gratteux –> Un jeu à gratter.
  • Une tuque –> Un bonnet.
  • Canne –> Boîte de conserve.
  • Blé d’Inde –> Maïs (je me croirais dans mes livres d’histoire !)
  • Niaiser –> Se moquer.
  • Un cellulaire –> Un téléphone portable.
  • T’en veux-tu ? –> Avec le double tu pour souligner la question. (Est-ce que ça, ça ne fait pas vraiment “Les visiteurs” comme façon de parler ?! Un peu comme “ça goûte bon !“, non ?)
  • Jaser –> Discuter.

 

cul_de_sac

 

Les expressions québecoises en bon français

Après ça, ils ont aussi tout un tas d’expressions qu’on dit chez nous en anglais mais qu’ils s’entêtent à franciser.

 

Ainsi, on part pour la “fin de semaine” et non pour le week-end. On s’arrête à l’Arrêt et non au stop, ou encore on magasine et non fait du shopping. Dans le même genre, on écrit des courriels et surtout pas des emails !

 

Et cela devient encore plus ridicule avec les titres des films… Pardon pour le jugement, mais autant sur certains mots usuels, je comprends, autant transformer “Fast and Furious” connu dans le monde entier sous ce nom en “Rapide et dangereux“, je trouve ça vraiment trop !

 

Arret

 

Les genres qui changent en québecois

Dernière bizarrerie de la langue québecoise, le genre des mots. Plusieurs sont différents des nôtres. Ne me demandez pas pourquoi.

  • La job –> Le boulot (d’ailleurs, on s’en parle de cet anglicisme qui est passé à la trappe ?)
  • Je vais “Au” Gym –> A la gym, au sport.
  • La balloune –> Le ballon.

 

La liste est certainement longue, mais ce sont globalement les mots / expressions que j’ai le plus entendu sur ces 10 jours passés de l’autre côté de l’Atlantique !

 

Alors… prêts à embarquer ?

 

 

 ★ ☆ ☆ Découvrir tous les articles pour visiter Montréal et ses environs ☆ ☆ ★

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous pourriez aussi aimer...

Envie de commenter ?

    12 Blabla ! sur "Petit dictionnaire des expressions Quebecoises !"

  1. Djahann dit :

    ah là là, j’ai l’impression d’entendre ma meilleure amie. Qui est française, mais vit au québec depuis 20 ans… je crois que ce qui m’horripile le plus, c’est le double tu dans les questions !

  2. Clyne dit :

    Haha, je connaissais la plupart mais “la balloune” à la fin, elle me tue ! J’imagine des gros durs jouer au foot et dire “passe-moi la balloune” -> ridicule un peu quand même ^^

  3. Sur les expressions anglaises traduites en français, moi j’avais beaucoup ri en allant au mcdo !!! tout est traduit ! ainsi le happy meal sera un “menu joyeux” (un truc comme ça), on peut commander un Mc Poulet etc…

  4. patricia dit :

    Bonjour Marinette,

    On parle effectivement la même langue, mais on ne s’exprime pas de la même façon!

    Quelques petites mises au point… On entend souvent “Bon matin”, mais c’est un calque de l’anglais de bon nombre de langagiers tentent de corriger. Quant au “bonjour” pour dire “au revoir”, je crois qu’on l’entend plus fréquemment dans la génération de ma mère (65-70 et plus; mais à vérifier).

    Pour répondre à Clyne, on ne dirait pas “une balloune de foot”, mais “un ballon de soccer”.

    Et un autre truc que mes amis Français de Montréal ne maîtrisent pas pantoute(*) : ce n’est pas une “pièce”, mais une “piasse”. Tu as payé 3 piasses tes 5 bagels. Le terme vient probablement de “piastre”, ancienne monnaie d’or, actuellement centième partie de l’unité monétaire de certains pays (merci Antidote). Il signifie “dollar” au Québec et en Acadie, et “gourde” en Haïti (c’est la monnaie locale). Donc, efface le “tr” de “piastre”, et tu obtiens “piasse” (mais surtout pas “pièce”).

    Quant au ridicule des anglicismes, on pourrait en débattre longtemps. Les Français ne comprennent pas notre “entêtement à tout traduire”, nous ne comprenons pas pourquoi ils s’entêtent à “zozoter des mots anglais” qu’ils ne comprennent pas toujours. En vivant en France, j’ai compris (qu’on ne vient pas de la même planète) que notre rapport à l’anglais est complètement différent. Et c’est tout à fait normal : une histoire différente, une géographie différente.

    Dans ton exemple de cinéma, il ne faut pas négliger le marketing et d’autres considérations historico-linguistiques. Au Québec, on traduit les titres parce qu’on a décidé que ça “parlait plus aux francophones”. On pourrait tout aussi bien les sous-titrer. En France, on a tendance à garder le titre en anglais, ou à en choisir un autre en anglais “qui parle plus aux Français”. Ainsi, “Date Night” devient “Crazy Night”. Aux yeux d’un Québécois francophone, cette pratique est probablement aussi ridicule qu’incompréhensible. On pourrait sortir d’autres exemples et contre-exemples et y passer des heures. Comme je préfèrerais le faire de vive voix devant une bonne broue sur une terrasse montréalaise au soleil, je m’arrête là.

    Bref, on parle la même langue, mais comme on ne vient pas du tout de la même planète, on a chacun nos anglicismes, et chacun notre rapport à l’anglais!

    Sur ce, bonjour, là.
    (Je confirme : en écrivant ça, j’entends un de mes oncles!)

    patricia

    (*) As-tu entendu le “pas pantoute”? Ou simplement “pantoute!”

  5. KDicop dit :

    Bon listing, ça fait plaisir à lire, ça donne même envie d’y retourner!
    Une qui me plait énormément c’est “Tires-toi une bûche” qui veut simplement dire prends une chaise 🙂 Y’a également “Présentement” pour dire en ce moment qui est régulièrement utilisé!

  6. Sarah dit :

    Merci pour cette petite série sur Montréal !

    J ‘y ai fait une année d’études en 2003-2004 alors ça m’a rappelé plein de souvenirs et le ” Tu veux tu ” m’a fait rire et rappelé un petit snack près de chez moi où je suis allée à mon arrivée et où j ‘avais du mal à comprendre le serveur qui me demandais ” tu veux tu une liqueur” ? – Ah non, merci je vais prendre un coca light, je ne bois pas d’alcool ( ahahah )
    il avait eu un mot bizarre pour le plateau mais j ‘ai oublié.

    En tous cas ça me donne envie d’y retourner pour les vacances lorsque le budget sera au RDV 🙂

    Merci encore 🙂

  7. Il y a des mots qui sont utilisés en français maintenant – je pense notamment à “chum” ou à “tantôt” (bien que ce dernier, je l’ai toujours entendu de la bouche de ma grand-mère qui vient de Charente). Pour le reste, ils traduisent beaucoup de termes anglophones j’ai l’impression (“bienvenue/you’re welcome”). En tout cas, c’est super sympa de voir ces petites différences linguistiques. xx