Test du Sony NEX-3N pour de jolies photos

Publié le lundi 26 août 2013 dans MaRiNeTTe fait de la photo !  |  7 Commentaires  | Voter Hellocoton

Ceux qui ont suivi mon périple à Montréal ont aussi du comprendre que je souhaite désormais me lancer un peu dans la photo. A l’occasion de ce voyage, ma cop’s The Green Geekette m’a donc très gentiment prêté son joli Reflex pour me permettre de me faire la main, et surtout de faire de jolies photos. Mais voilà : si ce test m’a plutôt convaincue, le doute subsistait tout de même sur le choix final de mon futur nouvel appareil photo. Était-ce bien raisonnable d’investir dans un Reflex qui risque parfois de me sembler bien lourd et encombrant à trimbaler… surtout à l’époque où les nouveaux Hybrides semblent faire des merveilles…

 

C’est au détour de cette réflexion que j’ai justement eu l’occasion de tester l’un de ces Hybrides. Le dernier né de chez Sony : le NEX-3N. Et ce à l’occasion de mon séjour dans le Périgord. Vous pouvez donc vous rendre sur mes articles concernant ce petit week-end afin de voir (que dis-je, d’admirer !) les photos que j’ai pu faire (sans aucune retouche dans les articles). Mais alors, en vrai, le Sony NEX-3N, qu’est-ce ça donne ?!

 

Sony_nex3n

 

Petite présentation du Sony NEX-3N

Le Sony NEX-3N est donc l’entrée de gamme hybride de la marque. Il succède au NEX-F3 qui a fait suite au NEX-C3 qui faisait lui-même suite au NEX-3. Bref, tout ce qu’il faut retenir, c’est que la version actuelle de l’entrée de gamme se nomme NEX-3N. Ne me demandez pas pourquoi ! (Pour le moyen de gamme, c’est le NEX-5N et du côté du haut de gamme, il faut aller voir le NEX-6 ou NEX-7).

 

Revenons-en au Sony NEX-3N donc. La principale amélioration sur ce récent modèle, c’est sa compacité ! Sony a procédé à une cure d’amaigrissement qui se traduit par une centaine de grammes en moins sur la balance : 210 g contre 313 g pour le NEX-F3, du jamais vu, et ça change forcément !

 

Côté définition, le Sony NEX-3N propose un capteur de 16,1 Mpxl et laisse la possibilité d’un objectif interchangeable. La version par défaut proposant un 16-50mm.

Autres caractéristiques du NEX-3N : le flash intégré mais aussi la possibilité de piloter des flashs à distance ce qui devrait être une fonction intéressante pour ceux qui souhaitent s’amuser un peu. On retrouve aussi des modes de prise de vue créatifs et la possibilité de shooter en Raw + Jpeg.

 

Enfin, pour le prix, on tourne autour de 430€ (source : Fnac.com au 25/08/2013).

 

Sony_nex3n

 

Sony_nex3n

 

Le test du Sony NEX-3N

Je dois avouer, comme vous l’aurez compris en voyant la plupart de mes photos d’ailleurs, ne rien y connaître du tout en photographie (même si j’ai  désormais très envie de m’y mettre). Et si on m’a donné quelques conseils rapides afin de me permettre de comprendre les bases et l’utilité des réglages tels que la balance des blancs ou autre ouverture du diaphragme par exemple, ce n’est pas pour autant que je vais me retrouver à l’aise avec un appareil photo de la sorte dans les mains. Disons les choses : j’ai été un peu perdue à la première prise en main.

Enfin, pour être précise, aucun problème de prise en main pour allumer le Sony NEX-3N, ni même pour prendre une photo en mode automatique et visualiser mes clichés. Par contre, de là à savoir comment entrer dans des réglages plus complexes, c’est une autre affaire… Mais à nouveau, ce point là est simplement dû à mon propre niveau en ce qui concerne la photographie !

Rappelons aussi que je n’ai eu l’appareil photos entre les mains que le temps d’un week-end prolongé, ce qui ne permet pas d’en explorer toutes les fonctionnalités et surtout de l’apprivoiser au mieux. J’ai tout de même réussi à jouer avec la balance des blancs, à tester les modes créatifs et quelques autres fonctionnalités.

 

Quoi qu’il en soit, le mode automatique du Sony NEX-3N présente des résultats qui peuvent être tout à fait satisfaisants ! Du moins, toujours, pour mon humble niveau et mes photos habituelles. J’ai cependant découvert ce résultat satisfaisant une fois les photos sur mon écran d’ordinateur. Petit bémol pour l’écran intégré au Sony NEX-3N qui ne rend donc pas hommage à juste titre.

 

Mon avis sur le Sony NEX-3N

Ce que j’ai apprécié chez le Sony NEX-3N

  • Son look en général et son ergonomie !

Ultra léger et à peine plus gros qu’un compact, il a été l’allier parfait de mon week-end. Le tout avec un look plutôt sympa avec son boîtier blanc. Je l’ai trimballé partout avec moi, que ce soit sur les différentes visites ainsi qu’à table, sans pour autant être encombrée. Et si j’avais voulu le ranger, il rentre très facilement dans un sac de fille ! Il pourrait presque y trouver une place définitive pour le dégainer dès qu’une occasion se présente et ainsi être sûre d’avoir des photos correctes et exploitables en toute circonstance !

 

  • Un mode automatique relativement efficace

Même si, comme tout le monde me dit, lorsque tu as un appareil un peu sympa, ce n’est pas pour faire des photos en mode automatique, ce-dernier m’a tout de même permis de passer mon week-end en m’assurant d’en rapporter des photos correctes.

 

  • Un menu accessible à tous

Comme je le disais, je ne suis pas une pro de la photo et encore moins du vocabulaire technique qui y est lié. Cependant, j’ai tout de même réussi à naviguer un peu et à toucher à quelques-uns des réglages. Le menu m’a semblé relativement intuitif.

 

  • Le résultat des photos en intérieur

Je crois que c’est ce qui m’a le plus bluffé. Si, avec le réflex de The Green Geekette, j’ai été particulièrement fière de mes photos de nourriture, je dois dire que cette fois-ci, sans fierté spécifique puisqu’il s’agissait davantage d’un test, je dois dire que j’ai été particulièrement étonnée par le rendu des photos en intérieur. Un grand angle qui permet forcément de faire “rentrer” plus de choses dans le cadre qu’avec mon compact de chez Canon (un Ixus II) mais aussi un rendu lumineux et des couleurs au top, et cette impression de perspectives qui change tout !

 

perigord_glycines_eyzies

 

Ce que j’ai regretté chez le Sony NEX-3N :

  • L’absence de viseur

THE point noir de cet appareil pour moi ! Et c’est assez étonnant me direz-vous puisque je suis habituée à mon compact et plus encore ces derniers temps à mon iPhone. Cependant, lorsque j’ai pu tester un réflex, c’est justement l’un des points que j’ai apprécié côté utilisation. Remettre mon oeil derrière cette fenêtre. Prendre le temps de cadrer ma photo. Avoir un meilleur aperçu de ma composition. L’écran (qui, sur le Sony NEX-3N est orientable à 180°), c’est ultra pratique pour vérifier le résultat, certes, mais je trouve qu’on ne compose / vise pas de la même façon que derrière un viseur. Je n’aurai pas cru, mais finalement, j’avais très envie de revenir à la prise de photos derrière un viseur ! (A noter que certains modèles supérieurs du Sony NEX sont équipés de viseur).

 

  • Sa difficulté à “figer” les mouvements

Certainement un problème de réglages, certes. Mais tout de même un problème, selon moi, pour le mode automatique que plusieurs propriétaires doivent, je suis sûre, utiliser par défaut. Et si sur certaines photos (comme celle ci-dessous) le résultat est finalement plutôt artistique et pourrait sembler fait exprès, croyez-moi, il n’en est rien. Sur nombre de photos, mes personnages ont donc les bras ou les jambes flous (lorsque ce n’est que ça)…

 

perigord_test_sony_nex3n

 

  • L’autonomie de la batterie

Alors, oui, j’ai beaucoup utilisé l’appareil photos sur ce week-end, et il s’agissait, en plus, d’un modèle de test et donc ayant certainement déjà souffert d’une utilisation intensive. Mais il me semble cependant que le compteur de la batterie a tendance à descendre bien vite… Cela en est même presque inquiétant en début de matinée, lorsqu’on se dit qu’on ne tiendra à priori pas jusqu’au soir, au rythme où ça va…

 

  • Un auto-focus difficile à dompter

J’ai éprouvé des difficultés à plusieurs reprises à bien faire le point sur le détail que je voulais. Que ce soit en extérieur, où j’ai fini par changer de position pour tenter d’obtenir le résultat désiré, ou même sur des détails plus spécifiques, comme avec cette photo ci-dessous où nous nous sommes mis à plusieurs pour tenter de faire le point sur cette satanée cuillère et son contenant sans succès !

 

perigord_test_sony_nex3n

 

Mais j’ai tout de même réussi à faire de jolies photos des champs de fleurs… comme quoi, c’est pourtant bien possible !

 

perigord_eyrignac

 

Finalement alors ?

 

Et bien… malgré ces quelques points noirs, j’ai bien failli être convaincue par cet appareil photos et son gros atout en mode nomade, à transporter partout ! Je le conseille donc à tous ceux qui veulent simplement avoir des photos un peu plus quali qu’avec un compact, qui veulent jouer un peu avec les réglages, sans pour autant s’encombrer d’un gros matos.

 

Mais… vous l’aurez compris, j’ai vraiment envie de jolies photos, de prendre le temps pour les faire, de prendre le temps pour comprendre comment tout cela fonctionne, prendre le temps de m’entraîner et de ramer un peu. Alors… j’ai finalement craqué pour un Reflex ! (Enfin, Mr MonChéri m’a finalement offert un joli Reflex !). Reçu il y a seulement quelques jours… je reviens vous en parler dès que j’ai apprivoisé la bête !

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous pourriez aussi aimer...

Envie de commenter ?

    7 Blabla ! sur "Test du Sony NEX-3N pour de jolies photos"

  1. Geekette dit :

    Coucou,

    J’avais eu l’occasion de tester ce compact il y a quelques mois lors d’un atelier photo culinaire.
    Aperçu ici : http://www.geekeriesdefilles.com/geekeries-de-filles/geekeries/atelier-de-photographie-culinaire-avec-sony/ 🙂 🙂

  2. autour du dressing dit :

    hello, C’est l’appareil que j’ai eu pour mon anniv, j’en suis très satisfaite, n’étant pas une grande pro de la photo, j’arrive tout de même à quelques bons résultats!! je n’ai pas le problème de batterie dont tu parles, mais bon il n a que 2 mois… c’est vrai que l’autofocus et parfois capricieux mais après quelques réglages ça passe (prendre mode priorité à l’ouverture) et pour ma part je n’ai pas constaté ce problème de flou, mais c’est surement car mes principaux sujets pour mon blog sont plutôt statiques (pot de crème, masking tape et autres frivolités!)!!. Il me reste encore bien du temps avant de maitriser parfaitement la bête, je n’en suis qu’à mes balbutiements. bises

    • Marinette dit :

      Hello, ravie de t’en voir satisfaite ! De mon côté, j’apprivoise désormais un joli Reflex depuis 2 petites semaines. Et je fais des progrès ! (mais c’est loin d’être parfait !!) (et c’est certes, encombrant…). Affaire à suivre ! Mais de plus jolies photos devraient normalement nourrir régulièrement ce blog !

  3. Thierry dit :

    Article intéressant et représentatif d’une majorité d’utilisateurs qui n’ont pas le minimum de bases pour comprendre l’origine de leurs échecs et comment y remédier.

    Il est vrai que beaucoup de néophytes pensent que c’est l’appareil qui doit être suffisamment intelligent pour reproduire ce dont ils ont envie. Cette intelligence artificielle existe mais a encore des limites qui occasionnent du déchet dans des certains cas de figure.

    Dans ne cas du Nex3N, pour faire le point précis sur la cuillère, il fallait régler la mise au point dans le menu sur DMF. ce réglage fait une mise au point automatique et si elle n’est pas faite a l’endroit souhaité, il faut juste tourner la bague de l’objectif jusqu’à obtention de la mise au point désirée.

    On rencontre le même type de problème sur un réflex et si l’on ne sait pas paramétrer l’autofocus selon ses besoins, on s’expose au même type de déconvenues.

    Plus le capteur est grand et plus la profondeur de champs (PdC ou zone de netteté) est étroite. Plus l’ouverture de diaphragme est grande (ex: f/1,4, f/2, f/2,8, voire f/4) pour un capteur APSC et plus la PdC est réduite. A contrario, avec des diaphragmes fermés (ex: f/5,6, f/8, f/11…), la PdC augmente.
    C’est pour cela que la PdC des petits capteurs de compacts est toujours importante et évite aux profanes des photos floues liées à la mise au point. A contrario, avec un petit capteur, il est difficile (sauf subterfuge électronique) de faire ressortir un sujet net d’un fonds flou.

    Pour l’exemple les personnes floues en intérieur; l’appareil réglé en automatique a cherché à donner le meilleur rendu en fonction de la quantité de lumière reçue par le capteur (quantité qui était insuffisante par rapport à celle délivrée pour la photo de fleurs en extérieur par exemple). L’appareil a augmenté la sensibilité ISO jusqu’à un niveau maxi pour ne pas trop dégrader la photo en introduisant une perte de définition des fins détails et du bruit (grain numérique). L’autre réglage automatique s’est effectué sur l’ouverture de diaphragme qui devait être suffisante pour que la photo soit nette de 2m à 8m par exemple au détriment de la vitesse (d’obturation) qui de ce fait était insuffisante pour des sujets en mouvement.
    C’est cette vitesse d’obturation qui était probablement inférieure à 1/60ème de seconde qui est à l’origine du flou de bougé des personnages.

    Pour obtenir une photo bien exposée, chaque appareil dispose de trois réglages qui interfèrent les uns sur les autres et qui sont le coulpe diaphragme/vitesse associé à la sensibilité ISO, tous trois dépendant de la quantité de lumière reçue par le capteur.
    Une fois encore ce flou est indépendant des qualités de l’appareil, d’autant plus qu’il est possible d’afficher les paramètres de prise de vue sur l’écran en même temps que le sujet photographié; mais encore faut-il savoir à quoi île correspondent ?

    J’espère ne pas avoir été trop confus dans ces quelques notions de base et conseille vivement à toute personne qui souhaite évoluer en passant du smarthhone à l’hybride ou au réflex de s’abonner à une revue telle ‘Le Monde De La Photo’, ‘Chasseur d’Images’, ‘Compétence Photo’, etc… pour apprendre le bé-à-ba.

    Conjointement, l’inscription gratuite sur un forum de discussion comme celui de ‘Chasseur d’Images’ permet de poser tous typés de questions et d’avoir des réponses de passionnés permettant de progresser.

    Un bon stage d’initiation représente un investissement, mais permet de se ‘dégrossir’ et d’acquérir les bases permettant des résultats rapidement ce qui est très encourageant et évite de reléguer son matériel au placard en pensant qu’il est mauvais.

    • Marinette dit :

      Wahouh, je note précieusement tous ces bons conseils. Et comme précisé, mes commentaires étaient en effet réalisés dans un cadre “non pro” et première prise en main, je ne doute pas qu’un bon photographe puisse amplement faire mieux.

  4. Martin dit :

    Bonjour à tous,

    N’étant pas un habitué des forums, je ne sais pas trop où laisser une trace de mon expérience avec le NEX 3N.
    Je l’ai acheté il y a environ 2 ans. Il y a six mois, je l’ai fait tomber dans sa housse d’une hauteur d’environ 1 mètre.
    Pendant six mois le boitier m’a indiqué “Objectif non reconnu”. Devant le peu de solution pour le faire réparer (ou je l’envoi à l’atelier à Strasbourg pour un SAV couteux, ou je rachète un objectif neuf/ d’occasion), je me suis décidé à tenter de régler le problème moi-même.
    Après avoir déconnecté l’objectif du boitier, J’ai dévissé les quatre vis du pas de fixation pour accéder à la mini carte mère de l’objectif. Il s’est avéré que parmi les 5/6 connecteurs électronique relié à la carte, l’un d’entre eux s’était un peu déconnecté. Je l’ai délicatement rebranché, puis ai remonté l’objectif. Résultat, le problème était réglé!!!

    Donc pour toux ceux qui rencontrerait un problème similaire après un choc sur l’objectif, avant d’employer les grands moyens, essayez de tenter cette petite opération à la portée d’un débutant, cela pourra vous faire économiser plusieurs centaines d’euros.

    Martin

    MOTS CLEFS : NEX 3N, REPARATION, OBJECTIF 16/50, OBJECTIF NON RECONNU, DEMONTAGE, REPARER