Escapade, à la cabane à sucre, le temps d’un repas

Mars est déjà là et avec ça le temps des sucres qui débute, ici, au Québec. Le temps des sucres, c’est le temps du sirop d’érable. C’est la fin de l’hiver, et pourtant le moment où tu vas t’enfermer au milieu de la forêt, encore un peu enneigée, et faire une orgie de nourriture toujours plus grasse et plus sucrée de plat en plat, avec des plats qui s’enchaînent d’ailleurs sans fin. Le moment où tu te remplis l’estomac plus que de raison donc. Mais ce n’est pas tant parce que c’est la fin de l’hiver. Période où tu serais censé ressortir les salades et non pas les gros plats réconfortants. Mais plutôt parce que la nature en a décidé ainsi : c’est au redoux que le sirop d’érable est recueilli, ou plutôt, l’eau d’érable, sur le tronc des érables qui reprennent vie après la période d’hibernation. Alors on fait un peu la fête pour ça. Et surtout, on met du sirop d’érable partout !

 

Le temps des sucres c’est cette période où tu vois des forêts d’arbres reliés les uns aux autres par des fils / tubes bleus. Avec parfois quelques seaux accrochés de ci de là. Plus loin, l’eau ainsi recueillie est bouillie dans de grands chaudrons afin de réaliser le sucre. C’est alors qu’on parle de cabane à sucre dans sa version originale !

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Aujourd’hui, lorsqu’on va à la cabane à sucre, c’est bien plus pour manger que pour admirer le spectacle. La plupart sont d’ailleurs devenues des concept presque industriels et on pourrait se croire à la cantine, alors, si l’ambiance y est festive, j’ai préféré de mon côté découvrir une petite cabane familiale et qui respecte encore la tradition. C’est ainsi qu’en avril dernier (mais il était trop tard pour vous en parler à l’époque), j’ai découvert la cabane Erablière des Portes de Fer qui vient tout juste de réouvrir ses portes pour la nouvelle saison 2015 et que je vous recommande vivement ! De notre côté, c’est sûr, cette année, on y retourne (Je dois faire découvrir ça à Mr MonChéri) et la réservation est d’ailleurs déjà posée. Parce qu’attention, les places partent vite ! Ici, pas de grande tablée façon cantine, seulement 2 jolies tables pour une vingtaine de personnes max. Alors forcément, c’est limité. Mais c’est tout le charme de l’endroit.

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

C’est par une journée ensoleillée de fin avril que nous sommes arrivés sur les lieux l’an dernier, en à peine 25 minutes de voiture depuis Montréal. On se gare à quelques centaines de mètres de la cabane ce qui rend la chose encore plus authentique. Pas de grand parking juste devant le bâtiment. Ici on termine le trajet à pieds histoire de se mettre dans l’ambiance de cette forêt d’érables !

 

La jolie table nous tendait les bras et nous avions bien hâte de découvrir le menu en cours de préparation dans les cuisines qui s’ouvraient derrière nous. D’ailleurs en parlant de jolie table, j’aurai voulu partir avec ! Une belle et grande table en bois comme j’aurai aimé avoir chez moi (J’ai bien tenté quelques modèles lorsqu’on a choisi nos nouveaux meubles en septembre dernier mais sans succès auprès de Mr MonChéri !), le tout joliment dressé avec notamment des billot de bois en guise de dessous de plat. Exactement ce que je recherchais ! (Même que pour ça, j’ai pu repartir avec un billot pour contenter mon envie du moment !).

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Un menu Cabane à sucre revisité

Ici, le menu est quelque peu revisité pour le mettre au goût du jour et surtout, le rendre un peu plus fin que dans la plupart des cabanes à sucre, qui, je me répète mais… ont parfois bien plus l’air d’une cantine que d’un bon restaurant.

 

Et si le départ sort vraiment de la tradition (mais pour le plus grand plaisir de mes papilles de petite française !) on retrouve très vite les repères traditionnels !

 

C’est donc avec un plateau fromages et charcuterie qu’on commence les festivités. Juste de quoi nous mettre l’eau à la bouche : pâté de campagne aux tomates séchées, pâté de foie de canard au Porto, creton maison et fromages du Québec… c’était bon ! Le tout accompagné d’un chutney de tomates.

 

A voir si le menu est le même cette année ! N’hésitez pas à me dire si vous y passez avant moi !

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Si c’était la mise en bouche, on continue avec ce qui pourrait être l’entrée : soupe aux pois (voici de la pure tradition ! Et on ne se gêne pas pour y ajouter une tonne de sirop d’érable qui trône au centre de la table mais passe bien vite de mains en mains), le tout accompagné d’oreilles de crisse (entendre par là du gras de lard frit. Beurk. Ça, j’ai vraiment du mal !).

Ouf, on pourrait presque s’arrêter là !

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

On entre ensuite dans les choses sérieuses. Non pas qu’on n’y était pas encore mais… vous n’avez rien vu ! Parce que… c’est maintenant qu’arrive le jambon ENTIER sur la table ! Un bon jambon fumé qui baigne dans le sirop. Le jambon du genre que tu n’as vraiment plus faim mais ne peux quand même t’empêcher de te resservir… Heureusement, ils ont aussi prévu qu’on puisse en rapporter chez nous par la suite. ça m’aurait fait mal au cœur de laisser tout ça !

 

Convivialité de la cabane oblige, le jambon est accompagné de son grand couteau et c’est à nous de nous en débrouiller. J’ai fait ma parfaite québécoise en m’attelant à la tâche !

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Puis, comme un jambon ne se suffit pas à lui seul, hein, il vient avec des pilons de poulet enroulés de lard et eux aussi laqués à l’érable. Oui oui. Et aussi  des fèves au lard et à l’érable sans lesquelles la tradition ne serait pour le coup pas vraiment respectée. Enfin on retrouve, ouf, une petite salade !

 

Je vous rassure, après ça, il est quand même temps de clôturer le repas ! Mais attention, on clôture en dessert et donc en sucre, encore ! Loin du pancake traditionnel cette fois-ci on savoure une jolie tarte tatin, des petits choux à la crème et des guimauves maison… à l’érable bien sûr ! Le café sera obligatoire pour faire digérer… Mais c’était tellement bon qu’on oublierait presque qu’on a beaucoup trop mangé ! Et attention, à la sortie, la traditionnelle tire d’érable est proposée et ne se refuse pas ! Alors je vous conseille la promenade digestive dans les hauteurs de la forêt, juste derrière, avant de rejoindre votre voiture, histoire de profiter un peu plus longuement de cette jolie journée mais aussi de ne pas vous retrouver avec une seule idée en tête dans votre voiture : ne plus jamais manger !

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Vous pouvez aussi profiter de l’excursion pour aller jeter un oeil à la cabane, juste derrière la salle où vous aurez mangé. C’est là qu’on y prépare le sirop et ça vaut le coup d’oeil et les explications ! Et surtout, n’oubliez pas de repartir avec votre can de sirop ! Parce que si si, je vous assure, ça va finalement prendre bien peu de temps pour que vous ayez envie de remettre ça !

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Cabane-sucre-erabliere-portes-fer

 

Informations complémentaires :

Érablière des Portes de Fer
737, chemin Rouillard
Mont Saint-Hilaire
QC, J3G 4S6
Téléphone : 450 467 31 21

 

Ouverture 2105 = jeudi, vendredi, samedi et dimanche, du 5 mars au 19 avril 2015

 

Prix 2015 = 45$ par adulte, hors taxes, hors pourboire (Cela a un peu augmenté depuis 2014 puisque c’était 37$) Ce qui nous fait un tarif plutôt en haut du marché mais croyez-moi, pour une fois, cela vaut la peine de se faire plaisir !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous pourriez aussi aimer...

Envie de commenter ?