Revue ciné : L’Etrangère

Publié le jeudi 17 mars 2011 dans J'ai testé pour vous !  |  Pas de commentaire  | Voter Hellocoton

L’Etrangère, au cinéma le 20 avril 2011

 

Habituée des avant-premières, c’est tout de même assez rare que je parle des films avec plus d’un mois d’avance. Cependant, ayant eu l’occasion de voir L’Etrangère hier soir, je me sens encore plongée dans l’histoire et préfère coucher sur le papier mes impressions immédiatement plutôt que d’attendre quelques semaines et de perdre mes sentiments.

 

Ce qu’on peut lire sur L’Etrangère

 

“Pour protéger son fils de son mari violent, Umay, une jeune femme turque d’origine allemande, quitte Istanbul et retourne vivre dans sa famille à Berlin. Mais les membres de sa famille, prisonniers des valeurs de leur communauté, ne l’accueillent pas comme elle l’espérait. Umay est obligée de fuir à nouveau pour épargner le déshonneur aux siens.”


l-etrangere filmCinema

 

Mon avis sur L’Etrangère

 

Déjà, je dois dire que je n’étais pas plus attirée que ça par le scénario et ce que j’avais pu en lire. Et c’est un tort !

Je vous déconseille donc de vous y arrêter, tout comme je vous déconseille de regarder la bande-annonce, qui, elle, à l’inverse, dévoile beaucoup trop l’histoire, selon moi (je ne l’ai regardée que ce matin et ai eu l’impression de revoir l’ensemble des passages principaux du film…).

 

L’Etrangère, c’est donc un drame racontant l’histoire d’une femme turque d’origine allemande qui décide de retourner vivre à Berlin pour protéger son jeune fils d’un mari trop violent et surtout d’une vie où elle se sent prisonnière et malheureuse. Mais contre toutes attentes, elle n’est pas la bienvenue dans sa famille…

 

Film réalisé par Feo Aladag et qui a été primé par de nombreux festivals. Un peu déçue lorsque j’ai vu qu’il démarrait en allemand… peur que cela le rende long et difficile à suivre. Finalement, il n’y a pas énormément de paroles. Juste ce qu’il faut. Le début est assez lent, mais on se prend rapidement dans l’histoire. Et même si l’on n’est pas concerné par ce genre de préoccupations (place, rôle, responsabilités… de la femme dans la société selon les cultures, ici Turque) on s’identifie rapidement au personnage d’Umay, attachante et déchirante.

 

Le film en lui-même est d’ailleurs déchirant, et si les écrits ne donnent pas envie, il faut tout de même y aller ! Triste réalité de certaines… cela donne aussi une toute autre dimension aux remarques d’amies Algériennes par exemple, qui peuvent dire “non mais je ne peux pas faire ça”. Aujourd’hui, et même si je comprenais avant, je prends conscience de la gravité des situations familiales dans ces cultures.

 

L’Etrangère est un film triste et retournant, bouleversant. Un très bon film, en somme.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous pourriez aussi aimer...

Envie de commenter ?