Rentrer à la maison

Publié le lundi 13 juillet 2015 dans MaRiNeTTe expatriée  |  4 Commentaires  | Voter Hellocoton

Quand tu vis ailleurs que ton chez toi initial, c’est assez déstabilisant pour les vacances. Tu “rentres” chez toi pour les vacances justement. C’est ce qu’on a fait en juin.

 

Un mois “chez nous”, en France.

 

Un mois à voir la famille et les amis. Un mois à faire comme si de rien n’était et qu’on n’était pas partis. Un mois quand même à faire la course entre les invitations pour s’assurer de voir tout le monde – ou presque – parce que malgré tout, non, ce n’est pas comme si de rien n’était. Le temps est toujours compté et on ne sait jamais quand sera la prochaine opportunité de se voir et partager un autre verre, un autre repas, ces autres sourires et éclats de rire.

Un mois aussi pour comprendre parfois qui sont les gens qui comptent vraiment. Et ceux, qui, par la force du temps, la force de la distance, comptent désormais un peu moins. Pas toujours par la faute du cœur (ou du moins pas toujours le nôtre), mais bien par la faute de la vie qui fait que nous avons désormais chacun la nôtre, de vie, d’un côté et de l’autre de l’Atlantique, et que, si avec certains, cette distance s’efface dès l’instant où on se retrouve, avec d’autres, elle reste comme une ombre planante au-dessus de nos conversations qui perdent en naturel.

Et puis il y a aussi ceux qu’on ne revoit pas. La faute au temps qui manque cette fois-ci. Mais toujours aussi la faute à la vie qu’on s’est construite avec des priorités pas toujours compatibles. Ceux qui resteront là, dans notre tête et notre cœur malgré le nouveau loupé. Et puis ceux pour qui, on le sait bien, la tentative encore échouée était la dernière.

 

Alors, on est rentrés “chez nous” pour les vacances, mais dans un chez nous qui ne l’est plus vraiment finalement.

 

maison

 

Mardi dernier, on est donc repartis de “chez nous” pour rentrer “à la maison” cette fois-ci. Et nous voilà ici, dans notre petite maison de Montréal, avec cette étrange sensation de n’être jamais partis. Parce que finalement, si on est de simples locataires ici, avec un visa à durée déterminée, si on ne regarde pas les condo à vendre, si on sait bien que retour, il y aura, en rentrant “à la maison”, on rentre aussi un peu “chez nous” finalement. C’est désormais ici qu’on partage la plupart de nos verres, nos repas, sourires et éclats de rire. Une maison qui restera aussi toujours un peu particulière puisque c’est associée à elle qu’on gardera les premiers souvenirs à 3. Les premiers jours de Mister Caribou, ses premiers sourires et éclats de rires.

Quand on rentre “à la maison”, on ne rentre pas vraiment “chez nous” mais on rentre en tous cas bien “chez lui”, le seul qui soit. Alors finalement “chez nous”, c’est vraiment ici aussi !

 

On reprend donc tranquillement nos marques “à la maison”. Des marques pas vraiment perdues. On retrouve nos balades quotidiennes. Nos commerces. Mister Caribou redécouvre son tapis d’éveil laissé ici le temps du voyage. On mesure les progrès réalisés pendant ce mois passé bien trop vite. On a re-gonflé la piscine, mis de l’eau. Acheté des chaises pour la terrasse. Je crois qu’on est prêts pour passer l’été “à la maison”, en se disant que peut-être, un jour, on aura un “chez nous” à nous tous !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous pourriez aussi aimer...

Envie de commenter ?

    4 Blabla ! sur "Rentrer à la maison"

  1. Mandie_net dit :

    Lorsque nous sommes rentrés de notre mois en Provence ça nous a aussi un peu déstabilisé de revenir à nos “habitudes” à trois avec un mini qui a grandi entre temps et qui n’a plus les mêmes habitudes. (genre commencer ses premieres nuits de 10 heures alors que quelques jours avant il se réveillait encore 1 à 2 fois par nuits pour boire)
    Bon retour 🙂

    • Marinette dit :

      Haha il vous a fait ça dans le bon sens : bonne surprise du retour ! Le mien, sacré coquin, me le fait à l’envers. Et ça semble durer. J’ai pensé qu’il était un peu perdu ici mais ça fait maintenant quasi 10 jours que nous sommes de retour… pourtant les réveils nocturnes restent là, calés comme du papier à musique ! Par contre nous, on a bien repris nos marques, et on aurait même l’impression de n’être jamais partis !

  2. Mathilde dit :

    C’est toujours étrange ces retours en France…
    Je lis que vous êtres en visa à durée déterminée, comptez-vous lancer une RP ??
    Il va falloir se prévoir une sortie bonnes adresses depuis le temps… 🙂

    • Marinette dit :

      C’est la grande question ! On se laisse jusqu’à octobre (mon retour au boulot) pour se décider, selon ce que ça donnera côté pro pour Mr MonChéri à ce moment là. (Notre visa expire en octobre 2016 donc ça nous laisse tout de même le temps de voir, même si je sais que ça prend bien du temps tout ça, et que je suis nettement moins dispo pour la paperasse maintenant !). Et sinon, c’est quand tu veux pour la sortie, tu me fais signe quand ça t’arrange, je suis relativement flexible de mon côté, du moment que je peux venir en poussette 😉