La famille et celle d’ici

Publié le jeudi 23 novembre 2017 dans MaRiNeTTe expatriée  |  1 Commentaire  | Voter Hellocoton

On a les amis, les vrais. Ceux de là-bas. Ceux qu’on a laissé en choisissant de partir s’installer ailleurs. Mais ceux sur qui on compte tout de même au quotidien. Ceux avec qui on a tout partagé. Ceux qu’on a choisis. Avec qui on a vécu. Ceux qui nous connaissent mieux que personne. Ceux avec qui on a partagé des aventures, un bout de vie, voire même parfois, notre vie. Ceux en qui on a confiance. Ceux qu’on a parfois appelés au milieu de la nuit. Ceux qu’on a parfois plantés à la dernière minute. Ceux avec qui dormir dans le même lit n’est pas un problème, parce que ça ne veut rien dire de plus.

 

On a les amis laissés là-bas. Ceux sur qui on compte tout de même mais ceux de qui on s’éloigne parfois quand même. Ceux qu’on revoit demain comme si de rien n’était. Et ceux qu’on ne reverra finalement pas. Ceux avec qui la distance ne change rien. Et ceux avec qui cette distance devient “trop loin”.

 

On a les amis chers à notre cœur, ceux qu’on a choisis. Ceux qu’on aimerait ne pas avoir laissés, si loin, mais on le sait, la distance ne changera rien. On y croit. On le voit.

 

Et puis, on a les amis d’ici. Ceux qu’on s’est faits, petit à petit. Des connaissances nommées amis, parce qu’il faut bien se refaire une vie. Ceux à qui on raconte parfois le quotidien. Mais ceux qu’on aurait du mal à appeler pour un rien.

 

On a la famille, la vraie. Celle qu’on n’a pas choisie. Mais qui nous est plus chère que la terre entière. La famille qu’on a laissée, remplis de regrets. Mais on le sait. La distance n’est que détail dans cette histoire. On parle sur Skype et on s’envoie des Whatsapp. On oublie le temps qui passe. L’année sans se voir. Demain on sera à table, et ça sera comme si on s’était vus hier. Un cousin de plus par là. Une tête de gagnée par ici. Quelques rides peut-être aussi. De l’expérience, et surtout des expériences. Heureuses ou malheureuses. Douloureuses. Mais qu’on passera sous silence. Comme pour oublier le temps perdu. Celui où on ne s’est pas vus.

 

marinette-saperlipopette-famille

 

On a la famille, la vraie. Celle qu’on n’a pas choisie. Mais avec qui on a grandi. Celle qui nous fait ce dernier signe, derrière les barrières douanières, lors des départs, et des jolis sourires, les jours de retours. La famille qu’on a quittée, il y a toutes ces années, mais avec qui on ne se demande jamais, comment cela va se passer. Parce que, rien a changé.

 

Et puis, on a la famille d’ici. Celle qu’on a choisie. Ce petit cocon bien rond qui nous fait tenir d’aplomb. Qu’on met parfois du temps à fignoler, parce que, ce n’est pas toujours facile à avouer. La famille qu’on a rencontrée hier, au hasard d’un verre (ou d’un éclair !). La famille qui nous connait à peine. Mais qui sait pourtant déjà tant. Nous ressemble et nous comprend aussi tellement. La famille qu’on appelle à l’aide, ou à la fête. La famille que, demain, on quittera peut-être, mais on n’en a que faire. On le sait. La distance ne changera rien. Si ce n’est que les verres trinqueront un peu moins.

 

On a la famille d’ici. Celle qu’on a choisi. Sans s’y attendre. Sans le comprendre. Sans même le chercher, il faut bien se l’avouer. Mais qui nous est désormais plus chère que la terre entière. Elle aussi.

 

On a les amis, les vrais. Ceux de là-bas.

On a les amis, d’ici aussi.

On a la famille, la vraie. Celle qu’on n’a pas choisie. Mais qui nous est plus chère que la terre entière.

Et puis on a la famille d’ici. La plus jolie des surprises.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous pourriez aussi aimer...

Envie de commenter ?

    Un blabla sur "La famille et celle d’ici"

  1. Marion dit :

    Hello hello,

    Un petit message pour te dire merci, merci d’avoir mis tous ces mots sur tous les maux que j’éprouve depuis que je suis arrivée au Canada à Montréal il y a 9 mois, depuis que j’ai “tout” quitté pour voir comment ça se passerait ici…

    Ton texte me parle énormément, j’ai même presque l’impression, en le lisant, que je l’ai écris.

    Un grand merci, d’apaiser ma tristesse d’être partie “loin d’eux” mais également d’approuver tous ces moments avec ma “nouvelle famille”, pleine d’amis, de connaissances, de passages et surtout… surtout de partages.

    Merci ! 🙂