Le regime sans proteines bovines : ce qu’il ne faut pas manger

Publié le lundi 16 avril 2018 dans MaRiNeTTe allaite, Régime sans protéines bovines  |  Pas de commentaire  | Voter Hellocoton

Une fois l’annonce faite : “il est allergique, il faut passer au régime sans protéines bovines”, tout se précipite un peu. Dans mon cas, j’allaite Petit Nemo. C’est donc mon propre régime alimentaire qu’il a fallu modifier. Certains veilleront peut-être seulement à celui de leur enfant. D’autres décideront de passer toute la famille sous le même régime. Pour éviter les risques. Par solidarité. Voyez le comme vous voulez. Quoi qu’il en soit, il faut changer les habitudes. Et ce, du jour au lendemain ! Lorsqu’on nous l’a annoncé, hors de question de m’autoriser une dernière bouchée de fromage, “pour la route” (ou en tous cas pour le savourer réellement avant la privation). Non, je suis rentrée à la maison, et ai directement trié les placards pour y supprimer tous les interdits. Parce qu’avec un régime sans protéines bovines, ce qu’il ne faut pas manger ne se limite pas à l’évident…

 

regime-sans-proteine-bovine-marinette-saperlipopette

 

La viande

On entend souvent parler des enfants allergiques au lait de vache. Il faut alors bien faire la différence. Certains ne supporteront “juste” pas le lait “pur”. C’est en effet le produit qui présente la plus grande concentration de la dite protéine en cause dans les allergies (ou les difficultés à digérer). D’autres seront totalement allergiques à cette dite protéine. Quelle que soit sa concentration. On la supprime donc totalement de l’alimentation.

 

Terminée donc la viande de bœuf. On supprimera aussi la viande de veau. J’allais écrire “bien sûr”. Mais en réalité, rien n’est vraiment évident. On a bœuf en tête. Le passage à la boucherie est parfois un challenge. Parce qu’en effet “benh non, le veau non plus, évidemment”.

 

Attention aussi à tout bien contrôler. On va le voir plus tard avec les produits transformés. Mais puisqu’on parle viande… vérifiez bien la composition des saucisses si vous souhaitez en acheter. Même une saucisse de porc peut être faite avec un mélange de bœuf (c’est indiqué dans les ingrédients, bien sûr) (les étiquettes d’ingrédients deviendront vos meilleures amies… ou plutôt, votre pire ennemi !).

 

Enfin, attention à toutes les charcuteries. La majorité des saucissons comportent du lait. Et… exit le lait bien sûr. Donc bye bye le saucisson. Certains saucissons de boucher pourront convenir, mais toujours bien surveiller. À noter, en France, on a trouvé le “Fuet” au rayon saucisse sèche, mais sans lait, qui m’a donc sauvé la mise de plusieurs cravings pendant les – trop – nombreux apéros des fêtes, moments ô combien plus compliqués…

 

Les produits laitiers

Deuxième catégorie de produits à exclure : les produits laitiers, bien sûr ! Là pas de mystère. On bannit les yaourts, le beurre, la crème, les fromages en tous genres. La petite surprise en plus : on oublie aussi tout ce qui vient de la chèvre (et autre ruminant en réalité) ! Non non, on ne se réconfortera pas avec un bon fromage de chèvre… Les protéines sont semble-t-il trop proches pour prendre le risque, bien souvent, elles ne seront pas tolérées non plus.

 

Le lait

Évidence des évidences : on oublie le lait ! Et si cela semble le plus évident, et parfois aussi le plus simple, puisqu’il y a désormais toute une offre de laits végétaux qui font très bien l’affaire (on parle d’habitude alimentaire, pas encore d’équilibre ou d’apports, je vous donne mes petits conseils sur les produits à privilégier dans le prochain épisode !) c’est en réalité l’un des points capital de l’histoire. Parce que le lait… il y en a partout !! Je le disais plus haut : jusque dans le saucisson ! Mais pas que… dans la majorité des biscuits industriels, mais aussi bon nombre de pâtisseries ou autres desserts, dans le chocolat, dans certaines sauces, même parfois dans les bouillons de poulet !

 

D’où le point suivant…

 

Régime sans protéines bovines : apprendre à bien lire les étiquettes d’ingrédients

En réalité, si vous êtes adeptes de l’industriel, ou du déjà prêt, il va vous falloir passer beaucoup BEAUCOUP de temps à lire les étiquettes. De notre côté, on l’a fait au début. D’abord parce qu’il est difficile de totalement changer ses habitudes du jour au lendemain. On recherche donc encore quelques produits à acheter. Ensuite, parce qu’on était curieux. Curieux de voir. Curieux de savoir. Et on a rapidement confirmé la chose : dans les produits industriels, il y a de la protéines bovines (bien souvent du lait) PARTOUT (ou presque). L’exemple du saucisson et du fuet plus haut en est un bon. Je pense qu’on est resté 20 bonnes minutes devant le rayon, à détailler chacune des étiquettes de chacune des marques présentes. Pour ne finalement trouver “que” ce fameux fuet qui convenait.

 

Les étiquettes seront parfois très faciles à lire. LAIT. Ou SUBSTANCES LAITIÈRES. Easy. On laisse là, dans le rayon. D’autres fois, il faudra un peu plus y prêter attention. Voici notamment tous les termes qui vous sont désormais interdits : lacto-, lact- ou lacta-, et leurs dérivés, mais aussi albumine, caramel, caséine, caséinate, ghee, globuline, gélatine, acide siterique.

 

Régime sans protéines bovines : se méfier du bio

Attention à l’intuition première qui est de se diriger vers l’offre bio pour limiter les risques. Je ne sais pas pourquoi mais le bio nous a souvent semblé une alternative plus accessible. Alors, c’est vrai, et faux en même temps. Un yaourt bio ne sera bien sûr pas sans lait. “Organic” n’est en rien “Végétal”. Le rayon bio pourra parfois vous proposer quelques alternatives. C’est souvent là par exemple que vous aurez le lait d’amandes ou autres laits végétaux. Mais plus toujours, ces offres végétales ayant tendance à se démocratiser, elles sortent du rayon pour se retrouver ailleurs. Il va falloir fouiller pour trouver vos marques.

 

Une petite anecdote personnelle en passant : lors de notre séjour en France, repas de famille obligent, les plateaux de fromages ont été plus que présents. Même si je n’étais pas “pour” acheter du “Fauxmage” en temps normal, il me fallait impérativement une alternative pour occuper mon pain (et surtout mon esprit) au dit moment de l’arrivée du plateau de fromages. On a donc par réflexe été visiter le magasin bio du coin. Pensant qu’on aurait plus de chances d’y trouver notre (mon) bonheur qu’ailleurs. Finalement, on s’est fait envoyer sur les roses, accompagné d’un “Vous feriez mieux de vous faire à l’idée qu’il faut vous en passer”. Ce magasin, pourtant relativement grand, ne proposait donc aucune offre végétale du côté des fromages… alors qu’on a finalement trouvé plusieurs options au Carrefour du coin.

 

Régime sans protéines bovines : on oublie les sorties au restaurant

Et oui, le restaurant devient compliqué avec un régime d’exclusion des protéines bovines (même en prenant garde a son choix, les patates sont souvent cuites au beurre, et les œufs brouillés se voient parfois affublés d’une dose de lait).

 

Alors rassurez-vous, vous pourrez tout de même en trouver quelques uns, qui sont, soit végétaliens histoire de vous assurer la sécurité, soit simplement bien à l’écoute de leurs clients. Mais on s’entend que l’épisode du resto devient pas mal plus une épreuve en soi. Personnellement voir la carte si alléchante me défiler sous les yeux et procéder par élimination pour finaliser mon choix plutôt que par préférence, dur dur. C’est aussi là que bien sûr, la famille se fait un peu plaisir, juste sous vos yeux, même si à la maison, ils jouent plutôt bien le jeu. Alors oui, c’est normal, mais ça n’empêche que ce n’est pas facile.

 

De notre côté, on a donc préféré faire tout simplement une croix sur les resto, à quelques rares exceptions près. Allez, on se rattrapera plus tard ! 

 

Dans la même veine, on oublie les repas chez les copains. Parce que bon, passer pour la chieuse qui redemande 3 fois “Tu es bien sûr que c’était de l’huile pour la cuisson de tes œufs, et non du beurre ? Ah et dans la purée, tu as mis quoi ?” ça va 5 minutes mais c’est éprouvant à la longue. De même que de s’entendre chaque fois dire “Bon benh pour toi j’ai pris des fruits comme tu ne pourras pas manger le gâteau” (oui oui, je suis passée par des phases de frustration extrême avec mon régime alimentaire, alors ce genre de remarque me mettait comme un coup de massue, parfois, il vaut mieux tout simplement ne pas s’y exposer, point barre). Et puis, on oublie ceux qui n’y comprennent rien, et insistent 10 fois pour te passer le plateau de fromages, ou tentent de te défier en mode “Rho c’est quand même pas une bouchée qui va changer quelques chose”.

 

Régime sans protéines bovines, et coup de massue : le Soja

Vous savez quoi ? Bonne nouvelle pour certains : le soja apporte assez souvent une alternative intéressante dans le régime sans protéines bovines. Tant pour satisfaire vos envies que pour assurer les apports nécessaires en protéines. Vous trouverez du lait de soja. Des yaourts de soja. Des crèmes glacées, à base de soja. De nombreuses boulangeries / pâtisseries lancent leur offre “vegan”, à base de soja dans 95% du temps, les fauxmages sont 1 fois sur 2 à base de soja, etc etc.

 

Sauf que…

 

Près de la moitié des bébés qui souffrent d’allergie aux protéines bovines réagissent aussi aux protéines du soja. Et ouais, pas de bol… Si c’est une si bonne alternative, c’est justement parce que la protéines est très proche ! Elle est donc tout aussi difficile à digérer pour un bébé au système digestif immature. Bref. Chez nous, exit le soja aussi. Et là… en parlant d’étiquettes d’ingrédients à lire, je vous conseille de faire l’expérience, à la recherche de “lécithine de soja” par exemple. Allez, ça ne devrait pas prendre bien longtemps avant que la pêche soit bonne ! Il y en a littéralement PARTOUT… On oublie aussi totalement les resto hein ! Parce que malheureusement, les vegan ADORENT le soja… On m’y a un jour répondu (dans un resto qui se voulait pourtant un peu haut de gamme, et où je pensais donc aller en toute sécurité et pouvoir m’y faire un minimum plaisir) que je pouvais “prendre une assiette de frites, ce serait le plus sûr je pense”.

 

Voilà… bon appétit bien sûr !

 

Allez, j’ai l’air de dramatiser mais souvenez-vous : je vous ai dit que finalement on a plutôt bien trouvé nos marques et nos propres alternatives dans cette histoire. Et on est bientôt à un an du dit régime. Alors la prochaine fois, je vous partage nos secrets et vous fais entrer dans notre cuisine !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous pourriez aussi aimer...

Envie de commenter ?