Quitter la France pour le Canada ? Demarches avant depart

Publié le lundi 24 février 2014 dans MaRiNeTTe à Montréal, MaRiNeTTe expatriée, MaRiNeTTe voyage !  |  12 Commentaires  | Voter Hellocoton

Une fois n’est pas coutume, voici un petit guide pratique qui servira davantage aux personnes souhaitant quitter la France pour s’expatrier au Canada (ou ailleurs) qu’à vous raconter ma vie ! (ça fait pas de mal certains penseront peut-être !). Trève de plaisanteries, lorsqu’on m’a proposé cette opportunité de travail à Montréal et que le “oui” est devenu une option très probable, j’ai été assez étonnée de ne pas trouver d’article récapitulant l’ensemble des démarches à effectuer… Les informations se retrouvent au final à droite à gauche mais peu de “guide pratique à l’expatriation” à suivre. C’est donc l’objectif de cet article. Pour ceux qui sont déjà passés par là, n’hésitez pas à me dire si j’oublie des choses, pour ceux qui sont à la recherche d’informations, n’hésitez pas à poser vos questions s’il manquait des infos ou si ce n’était pas clair !

 

Il est important de penser à chaque petit détail afin de partir l’esprit tranquille et de pouvoir se plonger directement dans sa nouvelle vie une fois sur place !

 

expat_canada_montreal

 

S’expatrier pour travailler au Canada : Obtenir son visa de travail

Côté démarches pour mon visa, je dois avouer avoir été chanceuse (mais cela m’a tout de même paru long et fastidieux !) puisque c’est l’entreprise qui m’a recrutée ici à Montréal qui a pris en charge cette partie.

Mes conseils vont donc être limités.

Ce que je peux vous dire c’est que les demandes de visa (aussi bien pour un visa de travail qu’un visa étudiant) peuvent se faire directement en ligne sur le site du gouvernement du Canada à l’adresse suivante : http://www.cic.gc.ca/francais/ vous y retrouverez également toutes les bonnes infos à connaître pour être certain de ne louper aucune étape dans votre demande.

 

En gros, lorsque vous faites une demande de permis de travail, il y a tout un tas de documents à fournir en amont (dossier à remplir par l’entreprise pour prouver qu’ils ont effectué les démarches nécessaires pour trouver de la main d’oeuvre sur le territoire sans y parvenir, justifiant donc leur recours à de la main d’oeuvre étrangère, accompagné du CV et diplômes qui vont bien) pour obtenir l’approbation du gouvernement Canadien et les formulaires nécessaires. A noter que l’obtention finale du permis aura lieu lors de votre arrivée sur le territoire. Ne rien oublier donc dans votre dossier pour passer la douane en sortant de l’avion.

 

Ce jour là il vous faut :

  • Une lettre de votre future entreprise “vantant vos mérites” et expliquant en tous cas en quoi vous allez leur être utile.
  • Un avis relatif au marché du travail. C’est LE document clef. Celui qui vous sera délivré à l’issue de votre première demande pour certifier que le gouvernement accepte que le poste vous soit attribué.
  • Le certificat d’acceptation du Québec (qui va avec le document précédent).
  • Ajoutez à cela votre CV et vos diplômes.
  • Quelques formulaires complémentaires si vous souhaitez arriver avec votre conjoint. Ces documents sont restés entre les mains de Mr MonChéri puisque nous n’avons pas voyagé ensemble. Point important, au Québec, la cohabitation depuis plus d’un an vous rend “conjoints de fait” et permet donc à votre conjoint (non officialisé en France) de bénéficier d’un permis de travail ouvert suite à l’obtention du vôtre, grâce à la simple signature du document IMM 5409 auprès de votre mairie française.
  • 150$CAN qui vous seront réclamés à la douane. (Et ouais, tu payes pour entrer !)

 

Une fois le certificat d’acceptation du Québec reçu, tu peux tout de même considérer que le plus gros est fait et donc préparer ton départ. Pour ma part j’ai attendu ce document pour poser ma démission en France et donc définir ma date d’arrivée sur le territoire Canadien. C’est là que la course contre la montre démarre parce qu’au départ, tu vas forcément penser avoir le temps… mais le temps passe… vite !

 

Avant de quitter la France pour s’expatrier (au Canada ou ailleurs) : Se mettre au clair avec la Sécu

Pour les futurs expatriés au Canada, une chance : la sécurité sociale française possède un accord avec ce pays. Les démarches sont donc relativement simples.

Pour ma part, lorsque j’ai cherché à obtenir des renseignements par téléphone auprès de la sécurité sociale, les différents services se sont tout de même pas mal renvoyé la balle l’un l’autre ma baladant par la même occasion de numéro en numéro, jusqu’à la caisse des français à l’étranger, qui ne correspond pas dans ma situation.

Qui dit Visa de travail au Canada dit aussi le droit à la sécurité sociale Canadienne, et même obligation puisque vous êtes expatriés. Pour cela, il suffit finalement simplement de prouver que vous n’êtes plus affiliés au régime de sécurité sociale en France.

 

Rien de plus simple : Demander par téléphone (3646) un rendez-vous afin d’obtenir le formulaire SE-401-Q-207.

 

Pour la Caisse de sécurité sociale des Hauts de Seine à laquelle j’étais rattachée, il m’a suffit de me présenter sur les horaires de permanence un mardi matin, aux bureaux de la Défense (situés dans le hall de la gare RER/métro). J’avais peur de la foule mais finalement personne devant moi. Le papier était même déjà prêt sur le bureau de la personne qui m’a reçue. J’ai confirmé ma date de départ, ai récupéré mon formulaire SE-401-Q-207 complété, et suis retournée travailler en moins de 1/4 d’heure !

Ce papier vous sera utile pour faire votre demande d’inscription à la sécurité sociale Canadienne, on y revient dans un prochain article sur les démarches à l’arrivée !

 

Idée ++

N’oubliez pas de faire le tour de vos médecins, mises à jour d’ordonnances, changements de lunettes, détartrage et contrôle de sécurité, … avant de partir ! Ce ne sera certainement pas votre priorité à l’arrivée et vous serez donc bien contents d’être à jour pour quelques mois.

 

Résiliez vos abonnements /contrats

N’oubliez pas de résilier tous vos abonnements, mettre fin à vos contrats. Cela passe par Internet, le téléphone, EDF, GDF, votre assurance habitation et automobile, vos différents abonnements (nous avions pas exemple un abonnement à Vineabox), votre carte de transport.

 

Pour résilier votre passe Navigo

Il suffit d’envoyer un email à gestion@agencenavigoannuel.fr avant le 20 du mois précédent la date de résiliation. Ils vous confirment quasi immédiatement la bonne prise en compte. Pensez tout de même à interdire leur prélèvement sur votre compte ou à bien vérifier votre compte au moment venu de la résiliation, ils avaient pour ma part tout de même prélevé la mensualité… rapidement remboursée après réclamation via cette même adresse email.

 

Pensez à TOUS les changements d’adresse

Généralement tu pars sans trop savoir où tu vas arriver, ou du moins, sans adresse définitive. Mon conseil est donc d’avoir un “point de contact” en France pour tout ce qui est de l’administratif and co. Très pratique aussi pour le courrier.

Pour ma part, j’ai fait changer mon adresse pour l’adresse de mes parents. C’est donc désormais eux qui reçoivent l’ensemble du courrier pouvant encore arriver (même s’il devrait normalement y en avoir de moins en moins).

 

En vrac : la banque, les impôts (en précisant que vous partez à l’étranger puisque vos revenus perçus là-bas ne seront alors pas imposables sur le territoire français. Après un coup de téléphone, j’ai simplement eu à confirmer le tout par email en indiquant mon numéro fiscal, mon ancienne adresse, et ma nouvelle adresse de contact), assurance habitation / syndic si vous êtes et restez propriétaire en France, …

 

Faites une demande de permis de conduire international

Il vous faudra bien souvent repasser un permis de conduire dans votre pays d’accueil. Déjà parce que selon les pays, le permis étranger ou même la version internationale ne sont acceptés que quelques mois (3 mois généralement) après votre arrivée sur le territoire, mais aussi parce que bien souvent, le permis vous sert de pièce d’identité, bien plus pratique que d’afficher vos IDs étrangères à chaque fois ! Enfin, repasser son permis à l’étranger n’est généralement pas une grosse dépense. Dommage de s’en priver donc.

Cependant, je vous conseille tout de même de faire une demande de permis de conduire international avant de quitter la France. Cela vous permettra une certaine tranquillité le temps de vous installer dans votre pays d’accueil.

 

Pour cela :

  • Imprimez le formulaire suivant https://www.formulaires.modernisation.gouv.fr/gf/cerfa_14881_01.do et  le remplir avant de le retourner par courrier à votre préfecture avec :
  • 2 photos d’identité (aux normes) avec nom au dos
  • Photocopie couleur du permis
  • Photocopie couleur de la carte d’identité
  • Justificatif de domicile (si hébergement : copie de l’id de l’hébergeur + lettre sur l’honneur)
  • Enveloppe au nom/adresse pour retour affranchie en recommandé avec AR 40g

 

Quelques semaines plus tard, votre permis international sera chez vous !

 

Réservez votre billet d’avion

Tout est quasi prêt pour votre grand départ ? LA date et fixée et les démarches bien lancées ? Il est temps de réserver votre billet d’avion pour officialiser tout cela !

 

Pour réserver vos vols pour le Canada, il existe désormais pas mal de comparateurs de prix tels que Alibabuy. Dans tous les cas, je vous conseille à priori de prendre un aller-retour, quitte à ne pas utiliser le retour mais l’aller simple étant souvent très onéreux. De mon côté j’ai opté pour une date suffisamment lointaine pour peut-être pouvoir utiliser le retour lors d’un petit séjour… A voir !

 

Réservez un logement pour vos premiers jours

L’idéal, si vous en avez la possibilité c’est même de réserver pour le premier mois. Cela vous permet d’être relativement tranquille lors de votre arrivée, de découvrir votre nouvelle ville et ses quartiers avant de devoir prendre une décision pour votre futur logement. De mon côté, je démarrais mon nouveau travail dès le lendemain et j’étais donc ravie les 2 premières semaines de ne pas trop avoir à m’inquiéter de faire des visites d’appart.

 

Désormais adepte du concept, j’ai donc réservé mon premier mois de logement sur le site Airbnb. N’hésitez d’ailleurs pas à passer par ce lien de parrainage si vous souhaitiez découvrir Airbnb (profitez de 18€ de réduction sur votre première commande en vous inscrivant via ce lien).

 

Avant de quitter la France pour s’expatrier au Canada : Déménagez vos biens

Vous êtes quasi prêts à parti mais il vous reste tout de même le moment tant redouté de vider votre logement… Certains choisiront de tout abandonner pour tout recommencer. D’autres voudront vraiment tout emporter et choisiront l’option container. D’autres encore feront un tri minutieux (ou pas) pour faire quelques cartons à envoyer vers leur nouvelle vie.

 

C’est cette dernière option que j’ai choisie, ne pouvant me résigner à tout abandonner, souhaitant éviter trop de stockage en France, et m’évitant ainsi quelques achats à l’arrivée pour les objets du quotidien.

 

Pour un envoi de France vers Montréal avec CTIA

Pour un envoi de vos biens depuis la France vers Montréal, je vous conseille l’entreprise CTIA basée à Orly. Déjà, le contact est hyper patient ! J’ai fait ma fille hésitante jusqu’au bout puisque ma date de départ s’est finalement confirmée assez tard, j’ai aussi modifiée la date d’enlèvement de mes colis puisque je n’étais finalement pas prête à temps, et j’ai environ doublé le volume à transporter, le dernier jour… Tout cela sans aucun problème !

 

Vous pouvez contacter CTIA via l ‘adresse email suivante : ctia-orly@ctia-transport-aerien.com

 

Vous pouvez soit déposer vous mêmes vos biens à Orly, soit les faire enlever à votre domicile (avec un coût de 50€ pour la région parisienne). Ensuite, vous payez 300€ les 100 premiers kilos puis 2,5€ le kilo supplémentaire. J’ai fait envoyer 190kg et le tarif est donc imbattable par rapport à tous les devis de déménageurs spécialisés que j’ai pu recevoir.

En plus, avec CTIA, vous estimez le nombre de colis et le poids mais c’est eux qui vous le confirment à l’arrivée dans leur entrepôt et la facture vous parvient donc par la suite. Vous pouvez envoyer toute taille / forme de paquets !

 

Ils sont aussi relativement flexibles sur la date d’envoi. Vous pouvez donc stocker vos marchandises chez eux quelques temps avant de les faire envoyer à Montréal, notamment si vous souhaitez prendre le temps de trouver votre logement avant de vous encombrer par exemple.

 

Pour récupérer vos biens envoyés à Montréal après envoi via CTIA

Attention, petit bémol à l’arrivée, la compagnie CTIA ne fait plus la livraison sur Montréal. Il vous faut donc vous débrouiller pour aller récupérer vos biens aux entrepôts de la compagnie aérienne (proche de l’aéroport de Montréal). Bon, ce point m’inquiétait mais au final tout s’est bien passé. Cela dépend du volume que vous envoyez bien sûr. Pour ma part, c’était juste, mais tout est rentré dans la voiture !

 

La marche à suivre :

CTIA vous confirme le numéro de vol et horaire d’arrivée de vos marchandises. De là il vous suffit d’appeler la compagnie à Montréal si vous souhaitez vérifier que tout est bien arrivé avant de vous y rendre.

Rendez-vous ensuite au 800 Stuart Graham – suite 120 – à Montréal en possession de votre numéro de LTA (numéro d’envoi, l’idéal étant d’imprimer le document envoyé par CTIA). De là, ils vont vous remettre un document (après vous avoir déchargé de 77,30$CAN) qu’il faut aller faire tamponner par le service de douane à 3 kilomètres de là (au 2200 Avenue Reverchon, Pointe Claire). Prévoyez d’avoir sur vous votre permis de travail, l’inventaire de votre envoi et soyez prêts à répondre aux quelques questions d’usage sur le contenu de vos paquets. Vous retournez ensuite à l’entrepôt, laissez votre document tamponné et on vous apporte votre palette avec vos colis !

 

Il paraît qu’en semaine il risque d’y avoir du monde. J’ai fait cela un dimanche. Personne. Ni à l’un, ni à l’autre.

 

Quelques idées complémentaires avant de quitter la France pour s’expatrier :

Les idées complémentaires, qui pourraient s’avérer utiles une fois sur place, en vrac :

  • Effectuez une procuration à la Poste afin de permettre à la personne qui recevra votre courrier de pouvoir aussi réceptionner les éventuels courriers recommandés. Et pour ça, rien de plus simple. Il suffit de vous rendre dans n’importe quelle Poste, d’y remplir / signer un formulaire (pièce d’identité à l’appui) qui sera alors transmis automatiquement à la Poste de future destination de votre courrier. La personne que vous mandatez n’a donc pas besoin d’être présente avec vous. Cette démarche est totalement gratuite.
  • Effectuer une procuration à la banque. Certains décideront peut-être de fermer leur compte français ? A priori cela ne coûte pas grand chose de le garder ouvert, d’autant que vous y avez peut-être encore des engagements (emprunts, prélèvements qui courent encore, …) mais aussi des revenus à venir (revenus locatifs par exemple). C’est aussi assez pratique pour les 1ers jours sur place, même s’il est peu recommandé de trop utiliser sa carte française à l’étranger selon les accords de votre banque… Tout cela pour dire que si vous conservez votre compte bancaire, il peut aussi être utile d’en donner la procuration à quelqu’un en France. Cela permettra notamment à cette personne de pouvoir intervenir en votre nom en cas de problème sur votre compte (vol de votre carte ?) ou d’être le point de contact pour votre banquier. Ma banquière m’a par exemple expliqué qu’il pouvait lui arriver de bloquer temporairement un compte sur lequel elle pensait voir des mouvements frauduleux, notamment depuis l’étranger, si elle n’arrivait pas à joindre le titulaire. Dans ce cas, mieux vaut donc qu’elle puisse avoir un point de contact vivant à la même heure qu’elle et qui pourra donc lui confirmer que je suis bien à Montréal et ai bien utilisé ma carte bancaire !
  • Demandez une lettre de recommandation à votre propriétaire, cela peut toujours être utile pour rechercher un futur logement.
  • Demandez une lettre de recommandation à votre banque. Selon les pays, les banques, les propriétaires, … les vérifications d’historique sont plus ou moins demandées. J’avais notamment lu qu’ouvrir un compte en banque au Canada n’était pas toujours évident (notamment pour obtenir une carte de crédit, puisqu’un compte est ici ouvert par défaut en “débit” uniquement, ce qui ne te permet pas, par exemple, de payer en ligne). Cela ne coûte donc rien de demander à votre banque française une petite lettre certifiant la bonne gestion et la solvabilité ! (Attestation de fonds accompagnée éventuellement d’un relevé de compte).
  • Débloquez votre téléphone portable, et activez l’option étranger. A moins que vous ne le résiliez comme indiqué plus haut ! Pour ma part, le forfait Free à 2€ me permet dans un premier temps de conserver mon numéro français pour presque rien. Toujours pratique à l’arrivée notamment. Attention, chez Free, il faut activer l’option étranger pour pouvoir émettre et recevoir des appels.
  • Glissez un adaptateur dans votre bagage cabine. Toujours pratique si problème à l’arrivée.
  • Changez un peu d’argent (je suis passée pour ma part au bureau de change Opéra, 1 bis rue Auber à Paris).
  • Équipez vous pour les conditions climatiques de votre pays d’accueil. Et là, je dis merci les copines ! J’avais pour ma part très peur du froid puisqu’arrivant en janvier au Canada… Je dois dire avoir été bien aidée sur ce sujet !

 

Je crois que vous êtes prêts ! Bon voyage !

On se retrouve bientôt pour les démarches à l’arrivée à Montréal !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous pourriez aussi aimer...

Envie de commenter ?

    12 Blabla ! sur "Quitter la France pour le Canada ? Demarches avant depart"

  1. AAAh le guide de survie des européens à Montréal! Il m’a beaucoup aidée aussi!

  2. Gonzalez dit :

    Jaimerais rentrer en contact avec vous car plus complexe pour moi de partir avec mon mari et mon fils de 2 ans mais nous avons vraiment envie d’elever notre enfant la bas. Sandrine 0660297102

    • Marinette dit :

      Bonjour Sandrine, à vrai dire, je ne comprends pas vraiment la question. Je relate simplement ici des infos suite à ma propre expérience mais ne suis en rien une experte conseille de la situation…

  3. Julie, Patrick dit :

    super clair! On pensait que cela demandais plus, merci et à bientôt donc!

  4. Oumar dit :

    Bonjour,
    Je souhaiterais entrer en contact avec vous, car je compte m’installer au Canada (à Montréal ou Québec) d’ici peu… Pouvez-vous me communiquer votre e-mail svp? Mon contact : mcoumar.sarr@gmail.com. Merci à vous!

  5. Pierrot dit :

    Bonjour

    Est pour une expatriation de retraité, les démarches sont elles moins complexes?

    • Marinette dit :

      Bonjour Pierrot, aucun renseignement pour ma part sur ce point ! C’est ici mon expérience de jeune travailleuse qui peut probablement aider ceux dans cette situation. Je n’ai pas fouillé le reste.

  6. Laetita Carpentier dit :

    Bjr mon mari et moi aimerions nous instaler au quebec ou a montreal pour y elever nos enfants.la vie au canada on en reve mais le pb en france aucun moyens d avoir des infos claires et direct par exemple comment fait on pour partir y travailler qd en france on est au chômage ?
    j ai pleins d autre questions de ce genre j aimerais vraiment rentree en contact avec bous merci d avance de prendre le temps.
    L.C

    • Marinette dit :

      Bonjour Laetitia, à noter que je relate simplement ici des infos suite à ma propre expérience mais ne suis en rien une experte conseille de la situation… pas certaine de vraiment pouvoir vous aider…

  7. Bonjour !

    Ah super cet article ! Avec mon mari et notre fils de 5 ans on rêve de s’expatrier au Canada !

    Ceci dit les démarches me posent problème, c’est confus et surtout, je n’ai pas l’impression qu’on soit assez “intéressant” pour prétendre à immigrer la-à-bas !

    Belle journée,

    • Marinette dit :

      J’avoue avoir eu la chance que mon employeur traite pas mal de choses pour moi, mais si tu as un dossier bien préparé, avec la liste des documents à prévoir, c’est un peu de préparation mais loin d’être insurmontable !