Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle http://saperlipopette.marine-landre.fr Blog lifestyle : cuisine, beauté, mode, voyages, déco, et maintenant maman... Actuellement à Montréal ! Fri, 30 Oct 2015 23:55:39 +0000 fr-FR hourly 1 http://wordpress.org/?v=4.2.5 Brunch au Beaver Hall, Bistro gourmand par Europea [Montreal]http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/brunch/beaver-hall-europea-montreal/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/brunch/beaver-hall-europea-montreal/#comments Fri, 30 Oct 2015 01:56:29 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=15271 La semaine dernière, nous avons eu le plaisir d’aller découvrir la toute récente carte du brunch au Beaver Hall, le bistro gourmand par Europea. Un vrai moment de plaisir ! D’autant que cela tombait très bien : mon dernier week-end avant la reprise du boulot était placé sous le mantra « plaisir », avec un bon repas […]

The post Brunch au Beaver Hall, Bistro gourmand par Europea [Montreal] appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>

La semaine dernière, nous avons eu le plaisir d’aller découvrir la toute récente carte du brunch au Beaver Hall, le bistro gourmand par Europea. Un vrai moment de plaisir ! D’autant que cela tombait très bien : mon dernier week-end avant la reprise du boulot était placé sous le mantra « plaisir », avec un bon repas at home, une grosse journée détente au spa, et donc, ce bon moment au restaurant qui venait parfaitement s’ajouter au programme ! Une chance supplémentaire, et l’astuce qui va avec pour nos prochaines sorties : un Mister Caribou qui a dormi quasiment 2 heures dans sa poussette, nous laissant profiter comme il se doit de cette pause au restaurant, on retiendra de planifier nos sorties après la séance piscine, cela semble plutôt bien fonctionner pour profiter pleinement de notre repas, sans même déranger les voisins, et en réussissant à manger chaud, et  l’un et l’autre au même moment !

 

brunch-beaver-hall-montreal

 

Mais revenons-en à nos moutons, ou plutôt, notre brunch ! Un long moment qu’on entendait parler de l’Europea et que ce dernier nous fait plutôt les yeux doux… c’est sûr, on viendra aussi y manger un jour. Alors découvrir la carte de son bistro gourmand, aka le Beaver Hall, et en plus pour le brunch, un repas que j’affectionne particulièrement, c’était déjà du plaisir avant même d’être installés devant nos assiettes. Et je gâche le suspens dès maintenant pour vous annoncer que nous n’avons vraiment pas été déçus ! La nouvelle carte brunch du lieu est vraiment parfaite ! Et vous pouvez me croire sans crainte puisque nous l’avons dégustée… de A à Z ! Ou presque !

 

Côté boissons pour le brunch au Beaver Hall

Côté boissons, on a le choix ! Café, thé, certainement chocolat (j’avoue ne pas avoir posé la question !), mais surtout, mimosa (et oui, on fêtait tout de même la fin de mon congé alors on se devait de trinquer !), et 2 smoothies se trouvent à la carte du brunch. Je dois vous dire que le smoothie aux fruits rouges (fraises, framboises, bleuets) a certainement été la déception du repas, si je devais en choisir une ! Légèrement trop consistant à mon goût, avec de plus de petits pépins qui restent sous les dents. Le smoothie caraïbes (mangue, banane, noix de coco) est quant à lui bien plus doux ! Il n’empêche qu’on les a terminés sans se faire prier, et que Mister Caribou nous a même un peu aidés lorsqu’il s’est réveillé !

 

brunch-beaver-hall-montreal

 

Avant-goût pour le brunch au Beaver Hall

Vous le savez, ce qu’il me manque souvent dans les brunchs Montréalais, c’est le côté menu, ou la possibilité d’en créer un. Je rêve souvent d’une corbeille de viennoiseries que je ne trouve nulle part ! Ou du moins de commencer mon repas par un côté « petit déjeuner » et « partage » et non pas d’entamer directement avec une seule assiette salée.

 

Au Beaver Hall, nous avons dégusté une brioche juste magique ! Tout droit sortie du four, elle sentait bon le beurre et le lait. Hyper moelleuse. Elle vient avec 2 petits pots de confiture (orange et bleuets) et croyez-moi, si j’avais osé, j’aurai bien demandé qu’on me mette la fin dans un petit sac pour la remporter chez moi. On a vraiment pris du plaisir rien qu’en plongeant le couteau dedans ! Alors je ne vous raconte pas une fois que les dents s’y sont mises aussi !

 

On a poursuivi avec un petit pot de cretonnade de porc. J’avais souvenir du creton comme de quelque chose d’assez gras et plutôt lourd donc. Mais là, rien à voir. Cette cretonnade était presque mousseuse ! (On s’est jeté dessus comme des affamés oubliant un peu que ce n’était que le début – pardon mais c’était trop bon !)

 

brunch-beaver-hall-montreal

 

brunch-beaver-hall-montreal

 

Côté salé pour le brunch au Beaver Hall

A la carte salée du brunch au Beaver Hall, plusieurs plats dont la célèbre (à en croire les commentaires) poutine du Beaver Hall ! Mais aussi un BLT, une salade de chèvre, et un tartare de bœuf. Je ne peux rien vous dire de la salade de chèvre mais, si le BLT ne nous a pas fait nous rouler par terre, la brouillade d’œufs qui est servie avec, elle, aurait très bien pu le faire ! Franchement, on reviendrait presque pour ne commander que ça ! Et j’exagère à peine. Bien sûr, tout le monde sait faire cuire des œufs. Et brouillés encore plus. Mais entre les faire cuire, et les faire cuire juste comme il faut, il y a parfois une grande différence ! Alors chapeau bas pour cette assiette qui, contre toute attente, a su remporter nos faveurs (Dites dites, on pourrait la mettre au menu, sans le BLT ??). On se souviendra aussi du tartare de bœuf pour son côté croquant (mais je ne vous en dis pas plus histoire de vous laisser quelques surprises si vous décidez d’aller le déguster), et de la poutine bien sûr , parce que pour une fois, on a pu en apprécier chacune des saveurs présentes, sans se dire qu’on mangeait juste des frites qui font couic couic ! (D’ailleurs, ici, point de frites, l’affaire est réglée !).

 

brunch-beaver-hall-montreal

 

brunch-beaver-hall-montreal

 

brunch-beaver-hall-montreal

 

Côté sucré pour le brunch au Beaver Hall

Côté sucré, on s’est régalés avec les crêpes suzettes à l’ancienne, flambées devant nous ! Des crêpes à la limite du pancake tellement elles étaient épaisses, mais vraiment moelleuses et savoureuses avec ce caramel à l’orange ! Vous pourrez aussi demander des toasts et confiture ou bien du granola maison, ou simplement une petite verrine sucrée si, comme moi, vous aimez terminer sur une note sucrée mais que vous n’avez plus vraiment faim pour ça !

 

brunch-beaver-hall-montreal

 

Notre avis sur le brunch du Beaver Hall

Vous l’aurez compris, on a adoré le brunch au Beaver Hall ! Alors il est vrai qu’on a eu la chance de déguster une bonne partie de la carte. L’expérience est donc un peu différente que si je n’avais du choisir qu’un seul plat ! Mais je me suis donc aussi posé la question. Au final, les prix sont vraiment raisonnables (15,50$ les plats salés). Si j’ai l’occasion de revenir, je pense donc commander une brioche et un petit pot de cretonnade à partager, en plus d’une assiette salée. Ces petits à côté étant tout ce qui rend, pour moi, l’expérience « brunch » intéressante et différente d’un repas classique de semaine !

 

Le brunch vient d’être lancé et n’est pas encore très connu (le lieu était auparavant fermé les samedi midi et dimanche), ce qui laisse pour l’instant l’endroit accessible et relativement calme ! Profitez-en avant qu’il n’y ait une longue file d’attente !

 

Enfin, le service est vraiment irréprochable, et les serveurs ont tous pris le temps pour répondre à nos (nombreuses) questions (et oui, lorsqu’on voit que les gens sont réceptifs, on en profite encore plus !).

 

brunch-beaver-hall-montreal

 

On notera, ce qui n’a rien à voir avec le brunch, la petite remarque de Mr MonChéri leur reconnaissant une très belle carte des vins. Et notre grande envie de revenir un soir pour tester les risottos customisables ! (Entendez par là qu’on peut y ajouter de ingrédients au choix !)

 

brunch-beaver-hall-montrealBrunch au Beaver Hall
Les samedi et dimanche midi – de 11h à 14h
1073 Côte du Beaver Hall
Montréal QC, H2Z 1S5

 

 

Un grand merci au chef Jérôme Ferrer pour l’invitation

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Brunch au Beaver Hall, Bistro gourmand par Europea [Montreal] appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/brunch/beaver-hall-europea-montreal/feed/ 1
On fait quoi à Montreal l’automne ?http://saperlipopette.marine-landre.fr/voyages/montreal-top-10-activites-automne/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/voyages/montreal-top-10-activites-automne/#comments Tue, 27 Oct 2015 16:07:02 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=14012 Déjà quelques semaines que l’été a rendu son tablier à Montréal, et même si cette année, il a semblé jouer les prolongations durant quasiment tout le mois de septembre, l’automne est pour de bon arrivé et les fameuses « couleurs » avec lui ! De notre côté, on en a profité à fond, d’autant que nous étions […]

The post On fait quoi à Montreal l’automne ? appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>

Déjà quelques semaines que l’été a rendu son tablier à Montréal, et même si cette année, il a semblé jouer les prolongations durant quasiment tout le mois de septembre, l’automne est pour de bon arrivé et les fameuses « couleurs » avec lui ! De notre côté, on en a profité à fond, d’autant que nous étions encore en congé alors je peux vous dire qu’on a vadrouillé comme il se doit. Je reviens vous raconter (et surtout vous montrer) tout cela très vite. Mais pour patienter, voici un condensé de quelques activités phare à faire à Montréal ou au Québec pour profiter de l’automne au maximum !

 

1. Partir à la cueillette des pommes

THE activité s’il n’y en avait qu’une seule à choisir pour ton bon Québécois qui se respecte dès la mi-septembre : la traditionnelle cueillette des pommes ! Découverte l’an dernier pour ma part, nous avons fait l’impasse dessus cette année, mais on en profite quand même pour manger des pommes !

 

>> En savoir plus sur la cueillette de pommes au Québec

 

Cueillette-pommes

 

2. Admirer les couleurs de l’été indien / Se balader au Québec pour profiter des couleurs de l’été indien

Ma préférée ! Admirer les jolies couleurs de l’été indien. Attendre avec impatience que les arbres tournent doucement au rouge, au jaune, s’embrasent de 1000 couleurs en laissant tout de même quelques restes de vert. Puis croiser les doigts pour un joli ciel bleu. Les couleurs s’observent de partout, et même au détour des rues de Montréal !

 

Mais si on peut très bien rester en ville, le top, c’est tout de même de partir en vadrouille ailleurs au Québec. Pas besoin d’aller bien loin, une escapade au Parc du Mont Saint Bruno est suffisante pour une journée en plein air et les jolis paysages ! Mais les destinations sont nombreuses au Québec pour en prendre plein la vue. Le Parc de la Mauricie (peut-être le moins impressionnant finalement puisque beaucoup de conifères) découvert l’automne dernier, ou encore le Parc de la Jacques Cartier que nous avons pu admirer cette année. Mention spéciale pour la route des vins et les Cantons de l’Est dont nous revenons juste, destination qui gagne toutes mes voix quant aux paysages ! Une chose est sûre, on repartira encore l’automne prochain dans un joli chalet pour profiter d’un nouveau week-end entre amis à s’extasier devant le paysage !

 

>> En savoir plus sur l’été indien au Mont Saint Bruno

>> En savoir plus sur l’été indien au Parc de la Mauricie

 

Saint-bruno-montreal-automne

 

3. Découvrir les secrets des canneberges

Après la cueillette des pommes, le ramassage des canneberges ! Une nouvelle découverte bien Québécoise faite cette année et je peux vous dire que c’est vraiment impressionnant ! Je reviens très vite vous montrer ça en images… et en explications ! Une chose est sûre, si vous ne l’avez jamais fait et que vous êtes dans le coin, il faut absolument mettre la visite à votre programme de l’automne !

 

4. Profiter des dernières chaleurs

Que l’été joue les prolongations ou non, l’automne est ici, souvent, plein de surprises ! On peut passer du -4°C neigeux au +15°C en une nuit. Alors l’automne, surtout, on n’hésite jamais à sortir lorsque le soleil et sa douce chaleur pointent leur nez ! On ne sait que trop bien que cela ne va plus durer !

 

5. Manger de la citrouille, et autres courges sous toutes leurs formes !

Oui, je suis fan de courges, potiron et surtout potimarron. Mais la courge butternut fait bien mon affaire aussi. En purée, en soupe, rôtie, ou encore un peu plus cuisinée en risotto ou dans des pâtes fraîches, les courges c’est un peu mon plaisir d’automne ! Et quand on voit les étales des marchés en ce moment, je ne peux qu’être comblée !

 

6. Préparer un repas de Thanksgiving

En manque de repas de famille ? Les grandes tablées du dimanche midi qui n’en finissent plus sont vos amies ? Lancez-vous dans le traditionnel repas de Thanksgiving (ou Action de Grâce pour les vrais Québécois !).

On a loupé le coche cette année puisque nous étions justement en vadrouille pour admirer les couleurs (et oui, Thanksgiving tombe justement sur le week-end de 3 jours plutôt bien placé pour avoir une chance de voir le plus de couleurs !) mais rien n’est perdu pour les retardataires : le Thanksgiving américain est fin Novembre, rien n’interdit de jouer à ce tour là !

 

>> En savoir plus sur le traditionnel repas de Thanksgiving / Action de Grâce

 

Thanksgiving-menu-traditionnel

 

7. Faire un tour au Jardin Botanique

Profitez du tout début de l’automne pour faire un tour au Jardin Botanique lorsqu’il y a encore suffisamment de végétation mais surtout, lorsque « La Magie des Lanternes » (Jardin de lumière) est déjà lancée ! Généralement de début septembre à fin octobre, le Jardin présente une exposition de lanternes chinoises qui semble plutôt sympa ! (Oui je suis sympa, je vous donne même des conseils sur ce que je n’ai pas encore pris le temps de faire). Vous pourrez aussi profiter pour y admirer le Grand Bal des Citrouilles qui présente des centaines de cucurbitacées décorées.

Dans le même genre, mais pas mal plus éloigné, Foresta Lumina au Parc des Gorges de Coaticook vaut vraiment le détour !

 

8. Fêter Halloween

Parce qu’une occasion de faire la fête entre amis ne se refuse pas !

 

9. Assister à la marche des zombies

Parce que certains déguisements / maquillages sont quand même juste fou fou, il faut le voir une fois en vrai !

 

>> En savoir plus sur la marche des zombies à Montréal

 

Zombie-walk-montreal

 

10. Profiter de MTL à table pour une soirée au restaurant

Généralement la 1ère semaine de novembre, le festival MTL à Table propose des menus 3 services à 21$, 31$ ou 41$, pendant 11 jours, dans de jolies tables Montréalaises ! (Et cette année, la nouveauté voudrait que certaines adresses proposent même un menu brunch à 21$ !)

Seule contrainte : ne vous y prenez pas trop tard pour réserver ! Allez d’ailleurs, nous, on a un peu oublié cette année alors… j’y vais de ce pas !

 

Belle fin d’automne à tous !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post On fait quoi à Montreal l’automne ? appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/voyages/montreal-top-10-activites-automne/feed/ 1
7 mois en un eclair !http://saperlipopette.marine-landre.fr/maman/fin-conge-maternite/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/maman/fin-conge-maternite/#comments Mon, 26 Oct 2015 01:39:23 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=15263 Quand j’ai choisi de ne pas prendre la totalité de mon année de congé maternité à laquelle j’avais droit, ici, au Québec, c’était avec un tas d’arguments en tête. Je savais que quoi qu’il arrive, quelle que soit la durée, le retour serait certainement difficile. Difficile à 3 mois parce que bébé est encore vraiment […]

The post 7 mois en un eclair ! appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>

Quand j’ai choisi de ne pas prendre la totalité de mon année de congé maternité à laquelle j’avais droit, ici, au Québec, c’était avec un tas d’arguments en tête. Je savais que quoi qu’il arrive, quelle que soit la durée, le retour serait certainement difficile. Difficile à 3 mois parce que bébé est encore vraiment tout petit. Difficile à 1 an parce qu’on a bien trop eu le temps de prendre des marques dans ce rythme sans rythme. Difficile à 7 mois parce que c’est justement l’entre deux. Un bébé qui n’est plus si petit. Mais pas encore vraiment grand. Un nouveau rythme qu’on a tout de même bien eu le temps de prendre.

 

Mais je me disais surtout que « 7 mois, c’est déjà pas mal long » !

 

Et pourtant…

 

Benjamin_3jours

Photo par Aline Dubois

 

Pourtant 7 mois, c’est demain matin ! 

 

7 mois de congé, mais surtout, 7 mois que Mister Caribou a pointé son nez. Demain matin, à l’heure où  mon réveil sonnera (pour la 1ère fois depuis 7 mois, au passage), on venait, il y a 7 mois de cela, de faire la rencontre qui change une vie. Tu venais d’arriver parmi nous. Comme une petite tornade tranquille. Mais qui depuis, nous révèle toute sa puissance jour après jour.

7 mois si riches de rencontres, de découvertes, de premiers sourires, de nouveaux « man-man-man-man-man… », de grosses « marrade » comme on dit chez nous et de mignonitude à n’en plus finir.

 

7 mois sans une seule nuit complète au compteur, avec parfois des doutes et des peurs.

 

7 mois de toi. 7 mois de nous. 7 mois à trois.

 

Mais surtout, 7 mois passés en un éclair. Tout ça me semble hier. Et encore, à peine.

 

Pourtant… Demain matin, de retour au boulot, on retrouve la « vraie vie ». La nouvelle vraie vie. Une vie à 3, sans horaire ni contraintes, c’était plutôt chouette. Mais c’est peut-être demain que tout commence vraiment, réellement ! Savoir se donner des règles. Ne plus profiter sans compter. Regarder sa montre. Courir après le temps et ces doux moments qui ne sont plus rien qu’à nous, que pour nous.

 

7 mois qui nous ont permis de te découvrir et d’apprendre à te connaître, de nous re-découvrir aussi, sous ce nouveau jour.

 

7 mois qu’on s’apprivoise avant de se jeter dans le bain.

7 mois de parenthèse magique et enchantée. Parfois difficile aussi. Mais seulement une parenthèse.

 

La vraie vie revient et reprend ses droits. Demain le réveil sonne. Le métro n’attendra pas. Demain on va devoir reprendre un rythme. On va devoir se remettre à courir. Te faire courir, aussi.

 

Alors ce soir, on t’a couché un peu plus tard. On a joué un peu plus que d’habitude, tous les 3. On a étiré le temps, comme pour prolonger ces instants, avant de les laisser pour de bon derrière nous.

 

Pour la première fois depuis 7 mois, ce dimanche soir a un goût de dimanche soir… 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post 7 mois en un eclair ! appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/maman/fin-conge-maternite/feed/ 0
Allaitement : Ce qu’on ne m’avait pas dithttp://saperlipopette.marine-landre.fr/maman/allaitement-on-ne-mavait-pas-dit/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/maman/allaitement-on-ne-mavait-pas-dit/#comments Wed, 21 Oct 2015 15:32:54 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=15240 Bientôt 7 mois pour mon Mister Caribou. 7 mois aussi d’aventure « Allaitement ». Les débats font rage sur le sujet. Les points de vue diffèrent. Les habitudes aussi. Au Québec, tu es regardée de travers si tu oses sortir un biberon pour ton bébé. En France, ce serait parfois presque l’inverse. Allaiter en public ?! No […]

The post Allaitement : Ce qu’on ne m’avait pas dit appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>

Bientôt 7 mois pour mon Mister Caribou.

7 mois aussi d’aventure « Allaitement ».

Les débats font rage sur le sujet. Les points de vue diffèrent. Les habitudes aussi. Au Québec, tu es regardée de travers si tu oses sortir un biberon pour ton bébé. En France, ce serait parfois presque l’inverse. Allaiter en public ?! No way. Ou alors au contraire un acte naturel et quasiment de fierté.

 

Pour ma part, aucune certitude. Aucun jugement. Pas d’avis arrêté. Allaiter ? Quelque chose que je ne connaissais pas il y a 7 mois de cela. Comment aurais-je pu le juger ?

J’ai commencé en me disant « Autant tenter, on verra bien comment cela se passe, il sera alors temps de prendre une décision ». Une pseudo indécision peut-être honteuse pour les pro-allaitement. Peut-être aberrante pour les anti-allaitement.

Donner le meilleur à mon bébé était une volonté. Mais lui donner aussi dans les meilleures conditions en était une autre. L’allaitement aurait pu mal se passer. Mon seul avis était donc la nécessité de tester. (Bon quoi qu’il arrive, ayant accouché au Québec, on ne m’a quasiment pas laissé le choix. Ni dans les explications en amont qui font l’éloge à n’en plus pouvoir de l’allaitement (Donner le biberon = Ne pas donner toutes ses chances à ton bébé). Ni le jour de sa naissance : On m’a posé Mister Caribou sur la poitrine à peine sorti de mon ventre. Aucune autre alternative ne m’a été proposée. J’imagine que j’aurais pu élever la voix si mon choix avait été autre. Mais j’étais déjà bien épuisée par le combat tout juste mené par mon corps pour donner la vie, je ne vois pas où j’aurais pu trouver la force d’en mener un autre à ce moment là).

 

Et vous savez quoi ? Tout s’est super bien passé ! Un bébé qui a tout de suite trouvé le sein. Qui a tout de suite su téter. Qui ne m’a jamais fait mal (ou presque, avouons que les 3 premiers jours n’ont pas été les plus agréables en début de chaque tétée – l’infirmière passée à la maison quelques jours après mon accouchement a été étonnée de ma non réaction lorsqu’il prenait le sein, vu leur état, mais j’ai envie de dire qu’avec les dents serrées les 15 premières secondes, « c’était pas si pire », puis en 3 jours, les douleurs ont disparu et tout est devenu très facile).

 

Allaitement-mister-caribou

 

Photo par Aline Dubois

Seulement, on ne m’avait pas dit…

On ne m’avait pas dit le stress de la prise de poids. On ne m’avait pas dit la remise en questions perpétuelle lorsque celle-ci ne décolle pas comme il faudrait.

 

On ne m’avait pas dit les commentaires qui allaient venir de bon train. Les propositions de biberon d’un côté. Les interdictions de biberon de l’autre. Les jugements de vouloir persévérer. Les jugements de parfois vouloir offrir un biberon malgré tout.

 

On ne m’avait pas dit ce corps qui ne serait plus mien. Ce corps qui ne serait d’ailleurs plus vraiment un corps. Mais un distributeur. Ou presque. Un corps déjà pas mal abîmé. Un corps à disposition, qui pourrait parfois être malmené de nouveau au gré de l’humeur du jour.

 

On ne m’avait pas dit la disponibilité sans faille qu’il faudrait. (Oui, celle-ci était évidente, mais entre l’évidence et la prise de conscience…). On ne m’avait pas dit que faire une course en centre ville, sans bébé, relèverait d’un miracle, d’une désormais exception à la règle, et surtout, d’un moment qui serait tout sauf un moment de tranquillité ou de repos. Parce que non, les yeux rivés sur le téléphone à vouloir savoir comment ça se passe, et rivés sur la montre à faire en sorte de ne pas dépasser les 2h qu’on s’est accordé entre 2 tétées, ce n’est pas vraiment de tout repos.

 

On ne m’avait pas dit les nuits. On ne m’avait pas dit les réveils que je serais seule à pouvoir gérer. On ne m’avait pas dit qu’ils se multiplieraient parfois. Ou qu’ils ne sembleraient jamais disparaître. On ne m’avait pas dit les « c’est parce que tu allaites ». On ne m’avait pas dit la fatigue. Les levers en mode zombie. L’automatisme que deviendrait la tétée, à défaut de ce moment de bonheur et de partage dont beaucoup parlent.

 

On ne m’avait pas dit les poussées de croissance. Les besoins d’affection qui s’exprimeraient uniquement par le fait de se faire tétouiller le sein de façons parfois plus ou moins violente. On ne m’avait pas dit les étoiles dans les yeux de mon fils lorsqu’il me retrouverait après quelques heures, mais des étoiles qui ne signifient que « bouffe, bouffe, bouffe ! »

 

On ne m’avait pas dit que je serais la seule à pouvoir le calmer. Mais que le seul moyen pour y parvenir serait encore et toujours de le mettre au sein.

 

Et puis surtout, surtout, on ne m’avait pas dit que le plus difficile, ce n’était pas de commencer… Oh Non. Mais bien de s’arrêter.

De décider pour ma part qu’il est temps de passer à autre chose. De céder à ces « tu veux pas lui donner un biberon ? ». De me dire que oui, j’ai fait ma part du boulot. Et que justement, je vais le reprendre, le boulot, alors il faut bien qu’il sache se nourrir sans moi, loin de moi. De décider d’une deadline. 6 mois d’allaitement exclusif. J’en avais déjà fait 5. Puis 5 et demi. Autant aller jusqu’à 6. Certainement un peu psychologique, cette date anniversaire. Mais c’était écrit quelque part : « 6 mois d’allaitement exclusif ». Alors tant qu’à avoir commencé, tant qu’à avoir persévérer, autant aller au bout.

 

Mais je ne suis pas la seule à décider.

 

On ne m’avait pas dit ce petit pincement au cœur le 1er jour où, sans crier gare, je lui propose un biberon qu’il accepte sans rien dire.

 

Mais on ne m’avait surtout pas dit que cela ne voulait en rien dire que c’était gagné. On ne m’avait pas dit les hurlements qui s’en suivraient les jours suivants. La lutte acharnée pour lui mettre un biberon dans la bouche. On ne m’avait pas dit qu’il en pleurerait à s’en étouffer. Qu’il serait capable de rester la journée entière sans manger. Que je serais incapable de le prendre dans mes bras sans qu’il ne se débatte comme un sauvage pour trouver le si précieux sein, désormais seul point d’intérêt.

 

On m’avait dit que les débuts seraient difficiles. On m’a appris les positions. Les timings. Les sensations. La persévérance à avoir. Au Québec, on est même coachées pour ça, avant l’accouchement, le jour de l’accouchement, puis tout au long des premiers mois. Coachées pour ne pas lâcher prise. Pour ne pas se laisser envahir par la fatigue et céder à la première envie de donner un biberon. Parce qu’ici, si le congé maternité dure aussi longtemps, c’est bien parce que tu deviens maman à plein temps. Maman. Mère. Mère nourricière.

 

Mais personne ne m’a dit comment arrêter. Personne ne m’a avertie que ce serait encore plus dur que tout le reste. Que je lui arracherais son petit cœur encore si fragile. Que je verrais ses petits yeux rougis d’incompréhension. Que je devrais lutter contre tout ça.

 

Tout ça, pour finalement craquer qu bout de 2h de combat. Parce que non, je ne peux pas le laisser comme ça.

On ne m’avait pas dit que dans 5 jours je retourne au boulot, et que j’en serai encore là.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Allaitement : Ce qu’on ne m’avait pas dit appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/maman/allaitement-on-ne-mavait-pas-dit/feed/ 22
Une journee à Portland [USA]http://saperlipopette.marine-landre.fr/voyages/visiter-portland-maine-usa/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/voyages/visiter-portland-maine-usa/#comments Thu, 08 Oct 2015 15:14:46 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=15217 Après une journée à longer les côtes du Maine à la découverte des jolis phares, coupée d’une séance repos sur la plage, c’est à Portland que nous avons posé les pieds pour découvrir une jolie petite ville faite de briques rouges du sol au plafond (ou presque !). Petite, mais tout de même la plus […]

The post Une journee à Portland [USA] appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>

Après une journée à longer les côtes du Maine à la découverte des jolis phares, coupée d’une séance repos sur la plage, c’est à Portland que nous avons posé les pieds pour découvrir une jolie petite ville faite de briques rouges du sol au plafond (ou presque !). Petite, mais tout de même la plus grande des villes du Maine ! Et oui ! Il faut dire que ce que l’on visite n’est pour le coup qu’une toute petite partie de la ville qui elle s’étend bien plus largement que les quelques rues en briques rouges et son vieux port qui attirent les touristes.

 

Portland-Maine

 

Portland-Maine

 

La vieille ville de Portland

La vieille ville de Portland est le point principal d’attrait pour les touristes ! Un grand parking à proximité de l’artère centrale (Exchange Street) et nous voilà au cœur de l’animation. Sous nos pieds, de jolis trottoirs en briques eux aussi. Et partout autour de nous, de grand bâtiments du 19è siècle. Briques et escaliers extérieurs de rigueur. On se promène la tête en l’air sans oublier d’admirer les jolies vitrines de cette charmante rue commerçante.

Je l’ai lu quelque part et n’ai donc rien inventé mais il faut bien le reconnaître : on est ici loin de ce que Montréal pourrait appeler la vieille ville. Pas de boutiques à touristes remplies de magnets et autres t-shirt à l’effigie de la ville, que de jolies vitrines qui donnent envie de rentrer à chaque nouveau pas de porte !

 

Portland-Maine

 

Portland-Maine

 

Le vieux Port de Portland

En redescendant de quelques rues, on arrive directement sur le vieux port de Portland. Petite odeur de mer et de poisson, mais surtout, une grosse envie de lobster (homard) ! On peut s’avancer sur les quais mais aussi simplement longer l’artère principale : la Eastern Promenade.

 

Portland-Maine

 

Portland-Maine

 

Itinéraire dans Portland

En partant du Sud de Exchange Street, remonter doucement la rue vers le Nord.

Arrivé sur Congress Street, tourner sur votre gauche pour remonter la rue qui présente bons nombres de bâtiments historiques.

 

Portland-Maine

 

Portland-Maine

 

Portland-Maine

 

On redescend ensuite sur High Street pour arriver sur le vieux Port et longer Commercial Street. C’est cette rue qui se prolonge en Eastern Pormenade Trail, jusqu’au Visitor Center (où nous avons pu admirer les invités d’un mariage des plus… kitsch !).

 

Portland-Maine

 

Portland-Maine

 

Portland-Maine

 

Portland-Maine

 

De là, on remonte sur Hancock Street pour rejoindre Middle Street. On redescend par Exchange Street (mais vous pouvez en choisir une autre pour varier) pour passer par Wharf Street avant de s’en retourner vers chez nous.

 

Portland-Maine

 

Portland-Maine

 

Portland-Maine

 

Les bonnes adresses de Portland

Holy Donuts

Holy Donuts, 7 Exchange Street, Portland, Maine.

Malheureusement pour nous, nous sommes passés à l’aller en nous disant qu’on reviendrait plus tard histoire de rapporter pour le soir de bons donuts bien frais. Benh voilà qui nous apprendra à vouloir le meilleur : rupture de stock à notre retour ! Et on a tenté la 2è adresse de la ville pour faire choux blanc aussi. Alors si vous êtes de passage à Portland, rendez-vous directement dans ce petit café du Donuts, il paraît qu’il ne faut vraiment pas le manquer ! (Ici les Donuts sont à base de pomme de terre !)

 

Portland-Maine

 

House of Jerky

House of Jerky, 13 Exchange Street, Portland, Maine.

Bon là, on a laissé les garçons visiter pour nous, puisque ce n’était pas poussette friendly. On pensait y repasser au retour et puis pareil, déjà fermé ! Attention au horaires donc. A priori les prix sont assez élevés donc on n’y va pas pour manger mais le coup d’œil vaut le détour ! De la viande séchée à n’en plus finir !

 

 

Boutique Little

Boutique Little, 42 Exchange Street, Portland, Maine.

La plus jolie des boutiques pour enfants ! C’est simple, j’aurai pu tout acheter ! Une jolie mise en scène, de jolies pièces, et plein de belles idées pour refaire chez soi des DIY déco ou divertissement ! J’adore !

 

Mount Desert Island Ice Cream

Mount Desert Island Ice Cream, 51 Exchange Street, Porland, Maine.

De supères crèmes glacées à t’en blinder l’estomac ! Oui oui, j’aime ça mais vraiment, c’était presque trop ! Mais les parfums sont tous plus originaux les uns que les autres.

 

Portland-Maine

 

Wharf Street

J’ai beaucoup aimé cette petite rue en briques un peu tordues et ses nombreuses petites terrasses et autres restaurants. La prochaine fois, c’est sûr, on poussera l’une de ses portes !

 

Et puis… on oublie pas les lobster roll ! Mais on en avait déjà mangé au The Lobster Shack at Two Lights un peu avant ! Sans ça il paraît que la bonne adresse de Portland c’est Portland Lobster Co (180 Commercial Street).

 

Portland-Maine

 

 

Où loger à proximité de Portland ?

Nous avions réservé un chalet à quelques kilomètres de Portland, dans les terres, au bord d’un lac sur le site Airbnb. Une bonne adresse que je vous recommande (Malgré une petite note faite à la proprio concernant le ménage pour les cuisiniers = four, bbq, … qui ne semblaient pas avoir servi depuis des mois !!) : de l’espace, de beaux équipements, un jardin au top et des jeux pour enfants, un lac juste en face. Bref, c’était chouette. 
Et hop, un petit lien pour profiter d’un parrainage sur Airbnb (profitez de 18€ de réduction sur votre première commande en vous inscrivant via ce lien).

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Une journee à Portland [USA] appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/voyages/visiter-portland-maine-usa/feed/ 0
Et puis, il devient grandhttp://saperlipopette.marine-landre.fr/maman/bebe-devient-grand-debut-garderie/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/maman/bebe-devient-grand-debut-garderie/#comments Thu, 01 Oct 2015 13:27:56 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=15210 Peut-on dire d’un bébé de 6 mois qu’il est déjà un grand ? Qu’il n’est finalement plus un bébé ? Peut-il changer à ce point si rapidement ? Peut-on oublier si vite, la petite tête qu’il avait, les petites mains incapables de s’agripper, les petits pleurs qu’il émettait  ? Son petit corps qui ne bougeait […]

The post Et puis, il devient grand appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>

Peut-on dire d’un bébé de 6 mois qu’il est déjà un grand ? Qu’il n’est finalement plus un bébé ?

Peut-il changer à ce point si rapidement ?

Peut-on oublier si vite, la petite tête qu’il avait, les petites mains incapables de s’agripper, les petits pleurs qu’il émettait  ? Son petit corps qui ne bougeait qu’avec notre aide ?

Peut-on perdre à ce point la notion du temps ? Croire que tout cela était hier. Réaliser que 6 mois sont passés ? Une demie année ? La quasi totalité de mon congé que je pensais naïvement « si long » ?

Peut-on oublier à ce point qu’on a eu une vie avant ? Que dormir la nuit complète n’était alors pas un doux rêve. Qu’improviser une sortie pouvait se faire en 3 minutes ? Que mon esprit, parfois, n’était occupé que par ma petite personne ? Qu’une soirée filles, ne rimait pas avec bébé friendly ?

 

White-mountains-usa

 

Les jours passent et se ressemblent souvent. Et pourtant, les mois passent, et, oh non, ne se ressemblent pas ! Désormais Mister Caribou roule, tourne, avance, chouine, pleure aussi, encore et toujours. Il rampe quelques centimètres. Puis une minute plus tard c’est près de 3 mètres qu’il a parcouru. Il s’assoit. Il choisit ses jeux. Il ne dort pas. Il nous pousse à bout. Puis il nous fait des sourires ravageurs.

 

Depuis 10 jours, il mange des purées avec un appétit qu’on lui découvre aujourd’hui comme énorme, comme si, il avait toujours su faire ça ! Depuis 4 jours, il boit au biberon. Même que ça semble finalement passer aussi bien que le lait de maman ! A croire qu’il a connu ça toute sa vie. D’abord 1 par jour. Aujourd’hui 2. Bientôt pour tous ses repas. 

 

Il me tend les bras, s’agrippe à moi, se jette sur ma poitrine, me défie de ce regard qui sous entend que je l’abandonne.

Puis il prend finalement son envol.

La semaine dernière en choisissant son jouet seul. Avant-hier en s’éloignant doucement pour en chercher un autre. Hier en me montrant qu’il était prêt à manger sans moi. Et ce matin… il rentre à la garderie !

 

6 mois que nous ne faisons qu’un.

6 mois intenses de lui et moi.

6 mois (et 9 avant) que mon corps est toujours sien.

6 mois qui se terminent aujourd’hui.

La fin de l’unicité qu’on a créée pour les premiers mois d’une maman et son bébé. Parfois si importante. Parfois si éprouvante. Le début de ses journées sans nous, sans moi. Le début de ses aventures à lui aussi. De sa propre vie.

 

Hier, on était collés, on était liés. Ce matin, il ne le sait pas encore vraiment, il n’est pas bien sûr de lui, il va m’en vouloir très fort, me faire ce regard si violent rempli de ce sentiment d’abandon, me laisser tout aussi abasourdie que lui derrière cette porte, face à laquelle il m’aura fallu faire la fière, lui faire des sourires, comme si de rien n’était.

 

Il ne le sait pas encore vraiment, mais il n’a plus besoin de moi, du moins, plus « que » de moi. Il existe aussi désormais par lui, pour lui.

 

Aujourd’hui, pour la première fois, il va vivre sa vie. Sans moi. Comme un grand. Sauf qu’il sera encore bien trop petit pour me la raconter ce soir en rentrant.

Mon petit garçon. Déjà.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Et puis, il devient grand appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/maman/bebe-devient-grand-debut-garderie/feed/ 18
Missfresh ou comment repondre à la question du menu du soir !http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/box-food-kit-montreal-missfresh/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/box-food-kit-montreal-missfresh/#comments Wed, 30 Sep 2015 17:45:28 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=15203 Depuis 6 mois de congés, il faut composer des menus midi et soir. Bon, on adore cuisiner alors ce n’est pas vraiment un problème. Mais il faut avouer que parfois, on se retrouve quand même à se demander ce qu’on pourrait bien préparer. On n’est pas du tout plats préparés, achat à emporter ou autres […]

The post Missfresh ou comment repondre à la question du menu du soir ! appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>

Depuis 6 mois de congés, il faut composer des menus midi et soir. Bon, on adore cuisiner alors ce n’est pas vraiment un problème. Mais il faut avouer que parfois, on se retrouve quand même à se demander ce qu’on pourrait bien préparer. On n’est pas du tout plats préparés, achat à emporter ou autres commandes pour livraison alors on compose, on innove, parfois aussi on reste classiques quand même, et puis, d’autres fois, on perd totalement l’inspiration !

 

Alors on découvre les jolies box food qui poussent un peu partout sur Montréal en ce moment j’ai l’impression. Des copains nous vantent les mérites de Culiniste, ma boîte mail ceux de Missfresh et mon Facebook me pousse à utiliser Kwisto. Au final ? Des ingrédients livrés à domicile, chaque semaine, pour préparer de bonnes recettes, livrées aussi avec les ingrédients. Une bonne alternative pour couper court au manque d’inspiration, de temps à autre, mais aussi, peut-être, au manque de temps d’aller faire les courses une fois le boulot repris le mois prochain !

 

Vous vous souvenez de l’antique Hellofresh testé il y a de ça plusieurs années maintenant (non mais que le temps passe hein !) sur Paris ? J’adorais ! (Mais ils ont fermé boutique !) Alors forcément je n’ai pu que vouloir en savoir un peu plus de ces jolies offres Montréalaises…

 

Ce mois-ci, on a testé Missfresh ! Et on a bien mangé !

 

Les offres Missfresh

2 types de box sont disponibles chez Missfresh :

  • La boîte Classique
  • La boîte Végé

 

Un nombre de repas au choix :

  • 3 repas pour la semaine
  • 5 repas pour la semaine

 

Duo ou famille :

  • 2 personnes
  • 4 personnes
  • 6 personnes

 

Au final, tu modules ton achat vraiment comme bon te semble !

 

Côté prix chez Missfresh

Le prix varie bien sûr en fonction des choix plus haut.

Mais pour vous donner une idée :

  • La box 3 repas pour 2 personnes = 68,94$ (= 11,49$ par repas par personne)
  • La box 3 repas pour 4 personnes = 119,88$ (= 9,99$ par repas par personne)
  • La box 5 repas pour 2 personnes = 104,90$ (= 10,49$ par repas par personne)

 

Je ne vous les fais pas tous, vous voyez en gros l’idée. et tous les détails sont disponibles sur le site !

 

Au menu chez Missfresh ?

5 plats sont proposés chaque semaine. Plats principaux uniques. Dont 3 sont adaptés pour les végétariens. (La box végétarienne n’est donc disponible qu’en version 3 repas). Des plats imposés que l’on commande la version 3 ou 5 repas, mais le site indique d’avance quel est le menu. Vous pouvez donc passer votre commande en toute connaissance de cause.

 

Des plats qui changent chaque semaine et présentent généralement une petite touche d’originalité.

 

Mon avis sur Missfresh ?

Pour ma part, j’ai testé la version 3 repas et nous avons reçu de quoi préparer 2 plats de viande et 1 plat de poisson, pour 2 personnes. Le tout accompagné de légumes frais et de quelques herbes et épices qui l’étaient tout autant. La petite note en plus à laquelle on ne penserait pas forcément. C’est d’ailleurs ce point qui me plaisait vraiment à l’époque de Hellofresh. Peut-être un peu moins marqué ici mais tout de même présent. La morue était accompagnée d’une sauce au safran et de cresson, la salade de poulet se présentait avec des jolies feuilles d’endives, du céleri et des pommes, une association jamais tentée mais qui fonctionne très bien, le tout avec un peu de thym pour relever l’ensemble et enfin le poulet venait avec une salade de roquette et non une simple laitue.

 

missfresh

 

Côté quantité, nous avons été agréablement surpris. On a chaque fois très bien mangé ! Et plus encore. Nous avons même tentée l’une des recettes pour 4 personnes (avec les quantités reçues pour 2) et nous ne sommes pas morts de faim ce soir-là ! (Attention, toutes les recettes ne fonctionneraient pas pour 4 mais elles sont chaque fois LARGEMENT suffisantes pour 2). Mais on aurait apprécié une petite note sucrée ensuite.

 

Côté qualité, rien à redire non plus. Tout arrive impeccablement emballé. Les légumes sont beaux. La viande et le poisson aussi. On sent les produits de qualité. Le transport est assuré en toute fraîcheur avec un emballage des plus hermétique. J’étais d’ailleurs surprise par le carton si gros, si isolé, et le nombre de ice pack qui accompagnaient le tout. Honnêtement, cela m’a même semblé un peu trop. Le colis pourrait rester la journée devant ma porte qu’il serait encore frais le soir (mais comme on choisit notre créneau de livraison entre matin ou soir, le risque est normalement faible). Je me suis même demandée pourquoi ces cartons n’étaient pas récupérés ensuite tellement ça m’a fait mal au cœur de devoir le jeter. Je pense qu’ils sont pour une bonne partie du prix du service et si j’étais contente de voir le soin pris pour l’emballage de mes produits, cela me laisse tout de même un peu perplexe.

 

missfresh

 

Côté présentation, la box arrive avec les fiches recettes associées. Des recettes qu’on retrouve aussi en ligne sur le site. C’est plutôt bien fait. Petit regret cependant sur le format recto verso de la recette avec les quantités en recto et la recette en verso qui demande un aller-retour pas toujours évident pour vérifier l’une ou l’autre des quantités. Et puis allez, je fais ma fille qui critique mais tout ne peut pas être que trop beau (vous pourriez alors me traiter de vendue !) : je trouve que les photos qui accompagnent les recettes, et surtout les étapes, manquent parfois un peu d’attrait. Puis bon en vrai, est-ce qu’on a vraiment besoin des photos des étapes ? C’est encore une fois un ajout papier / impression couleur (et investissement en temps du côté de l’équipe qui les réalise !) qui pourrait être limité, selon moi.

 

Venons-en au prix. Je vous en présentais quelques-uns plus haut. On va dire qu’on se parle de 10/11$ par repas par personne. Là, le point dépendra très certainement de vos habitudes. Il est sûr que si ces repas un peu plus quali remplacent une soirée au restaurant (ou une livraison) comme c’est le cas pour l’un de nos couples d’amis, alors, ce n’est pas cher ! Si on se parle par contre d’un comparatif aux courses qu’on pourrait faire au supermarché en temps normal, aussi quali les produits soient-ils, cela reste bien plus élevé. Normal. On paye le service rendu. La livraison. L’emballage aussi donc ! Mais suis-je prête à mettre ce prix ? Là est la question !

 

Finalement, je suis toujours contente de recevoir ce genre de box. J’aime ne pas avoir à faire mes courses de temps en temps. J’aime ne pas avoir à réfléchir à mon menu du jour. J’aime suivre une recette parfois. J’aime le moment où arrive le colis. J’aime prendre mon temps pour l’ouvrir et détailler les ingrédients, relire les recettes, et savourer d’avance ce qu’on va préparer puis déguster. J’apprécie vraiment tout cela et Missfresh le fait à merveille puisque les bonnes surprises et la qualité sont au rendez-vous. C’est sûr que dans un mois, avec boulot et enfant, un nouveau rythme à prendre, la tentation sera encore plus grande et le service encore plus appréciable. Mais je tique toujours sur le prix qui cette fois-ci me semble vraiment particulièrement élevé, même si cela se justifie / s’explique !

 

(Bon par contre avec ma petite offre ci-dessous, ça devient tout de suite vraiment intéressant alors… GO ! Testez et faites-vous aussi votre propre avis !)

 

Profitez de 30$ de réduction lors de votre première commande

sur missfresh.com grâce au

code promo Missfresh : MARINE30

 

Merci à Missfresh et son équipe pour cette découverte !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Missfresh ou comment repondre à la question du menu du soir ! appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/box-food-kit-montreal-missfresh/feed/ 4
Citoyennete Canadahttp://saperlipopette.marine-landre.fr/montreal-canada/citoyennete-canada/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/montreal-canada/citoyennete-canada/#comments Mon, 28 Sep 2015 16:00:10 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=15195 Une discussion classique dans la vie d’expat à Montréal (et certainement ailleurs aussi d’ailleurs) est celle des visa. Avec celle de rester ou partir. Mais les 2 vont plus ou moins ensemble. Il y en a qui décident bien sûr de partir de leur plein gré (et ce sera certainement notre cas lorsque le moment […]

The post Citoyennete Canada appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>

Une discussion classique dans la vie d’expat à Montréal (et certainement ailleurs aussi d’ailleurs) est celle des visa. Avec celle de rester ou partir. Mais les 2 vont plus ou moins ensemble. Il y en a qui décident bien sûr de partir de leur plein gré (et ce sera certainement notre cas lorsque le moment sera venu) mais la majorité des gens se trouvent en réalité coincés par des histoires de visa et donc d’autorisation à rester sur le territoire ou encore à y travailler.

 

Beaucoup de français rencontrés ici ne pensent qu’à une chose : pouvoir rester le plus longtemps possible et aussi s’affranchir de leur entreprise. Dans mon cas par exemple, j’ai un visa de travail fermé, qui est donc lié à mon entreprise. Autrement dit, si je quitte mon entreprise (ou mon entreprise me quitte !) et bien je perds mon visa, ce qui entraînerait donc un retour direct à la case maison. Ce n’est pas un problème pour nous puisque je suis justement venue au Canada pour une histoire de boulot ! Mais pour d’autres, cette solution (se lier à une entreprise) était la seule pour obtenir un visa et donc pas toujours en accord avec leurs envies professionnelles. Bref, tout ça pour dire que beaucoup, beaucoup, font la demande de résidence permanente, dans un premier temps, puis, de citoyenneté. Et là, ça ne rigole pas : cérémonie et tout le tralala !

 

Ma sister vit au Canada depuis un bail. Un PVT en 2007. De retour ensuite en 2010. Et depuis, elle n’attend qu’une chose : devenir citoyenne. Pour elle, le Canada, c’est sa vie et pas seulement une escale durant celle-ci. Bon, il faut dire qu’en plus d’être fan de leur culture, de leur bouffe, de leur climat, elle est aussi installée avec un Canadien, dans leur propre condo à Montréal, et en vadrouille quasi tous les week-end à courir après les festivals, les concerts et autres manifestations de montgolfières ! Ma sister, tu la croises ici, tu la prends pour une Québécoise ! Il était donc logique qu’elle prenne la nationalité Canadienne. Et c’est désormais chose faite depuis quelques semaines.

 

Mi-juillet, je l’ai accompagnée à sa cérémonie de citoyenneté ! A faire une fois dans une vie d’expat !

 

Comment se passe la cérémonie de citoyenneté au Canada ?

Au Canada, toute personne acceptée à devenir citoyen, doit assister à une cérémonie de citoyenneté. C’est l’étape finale après le long parcours de formulaires administratifs, de tests de connaissance sur le Canada, et après avoir reçu le fameux « go » ( = tu as le droit de devenir citoyen), il faut, pour valider le tout, aller jurer allégeance à la reine d’Angleterre.

 

citoyennete-canada

 

Ce matin là, les heureux élus du jour n’étaient pas moins de 300 (302 ou 303 peut-être ? Ma mémoire me fait défaut !) venus de quelques 70 pays (72 peut-être ?) rassemblés dans un hôtel du centre ville. On y croise des personnes seules, des jeunes couples, mais aussi pas mal de familles. Parfois seulement le père ou la mère dans les prétendants et les autres (à priori déjà Canadiens donc) dans le public. Tout le monde s’est mis sur son 31. Certains semblent être habités d’une pointe d’émotion. Les flashs crépitent déjà pour immortaliser le moment. Alors que rien n’a commencé.

 

Rendez-vous pris à 9h, j’étais pour ma part stressée de voir l’heure tourner sur le trajet sans que nous ne soyons arrivés à bon port dans les temps. Mais pour les futurs élus qui passeraient par là : point de stress à avoir ! A l’heure dite du rendez-vous, une file de 300 personnes se forme pour passer devant un agent du gouvernement qui va vérifier tous les documents (et en profiter pour remettre un petit sac chargé de « cadeaux ») avant de remettre un numéro de siège. Autant vous dire que cette étape dure assez longtemps. Allez, quasi 1heure. Et que donc vous pouvez arriver tranquillement un petit quart d’heure de retard pour zapper une partie de l’attente ! (Pour ma part, en tant que spectatrice, j’était tranquillement installée dans le fond de la salle à compter les minutes qui défilaient et me demander quand est-ce que la cérémonie en elle-même allait bien vouloir commencer).

 

10h pétantes, ou presque on nous annonce l’arrivée de la juge de la citoyenneté, maître de cérémonie. Et là ça ne rigole pas. Tout le monde prend un air très sérieux. Et la juge entre en salle comme si c’était vraiment la cérémonie de sa vie (Il faut savoir que les cérémonies de citoyenneté à base de 300 personnes peuvent parfois avoir lieu toutes les semaines ! Rien de bien extraordinaire donc…). Bref, on comprend tout de même que pour les gens présents, prêts à recevoir leur citoyenneté Canadienne, le moment est important ! Aaaah ils savent y faire avec la mise en scène !

 

Après un petit discours (que j’ai trouvé plutôt long) (traduit simultanément par madame la Juge en anglais et en français) (et qui pour ma part était commenté en direct live par mon voisin plutôt pro Québec et anti Canada – dommage pour une cérémonie de remise de citoyenneté… Canadienne !!) les prétendants sont invités à se lever, à lever aussi leur main droite, et à prêter serment de citoyenneté. Le serment est lu tour à tour en français et en anglais et chacun doit répéter dans la langue se son choix. Mais attention, des agents veillent au grain pour vérifier que vous parlez bien pendant le serment. Pas question de rester silencieux !!

« J’affirme solennellement que je serai fidèle et porterai sincère allégeance à Sa Majesté la Reine Élizabeth Deux, Reine du Canada, à ses héritiers et successeurs, que j’observerai fidèlement les lois du Canada et que je remplirai loyalement mes obligations de citoyen(ne) canadien(ne). »

 

citoyennete-canada

 

S’en est suivie la phase la plus longue de toute la cérémonie pour les pauvres spectateurs : l’appel une à une des 300 personnes présentes pour se voir remettre le certificat de citoyenneté (heureusement, la Juge est accompagnée d’une greffière qui s’occupe d’une moitié de la salle ! Mais contre toute attente, elle ne semble pas vraiment pressée et prend parfois le temps de papoter avec les nouveaux citoyens, ce qui finalement est plutôt sympa pour eux mais… très long pour nous !).

 

Un mini discours plus tard, tout le monde est invité à se féliciter. On croirait distribuer la paix du Christ à l’Eglise. Un émouvant « Ô Canada » vient clôturer la partie officielle de cette cérémonie.

Ô Canada !
Terre de nos aïeux,
Ton front est ceint de fleurons glorieux.
Car ton bras sait porter l’épée,
Il sait porter la croix ;
Ton histoire est une épopée
Des plus brillants exploits
Et ta valeur de foi trempée,
Protégera nos foyers et nos droits,
Protégera nos foyers et nos droits.

 

Et puis, la Juge se prête à une séance photos avec les volontaires (euh… tout le monde !) (là, vous remerciez d’avoir une Marinette dans le public qui a été faire la file direct sans attendre de se retrouver derrière les 300 jeunes citoyens !), après avoir quitté sa place en tête de salle avec un cérémonial qui reste encore étonnant !

 

Il est midi. On se sauve pour reprendre une vie normale ! Avec une Canadienne de plus dans la famille ! 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Citoyennete Canada appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/montreal-canada/citoyennete-canada/feed/ 3
De jolis livres à son nom !http://saperlipopette.marine-landre.fr/maman/livres-personnalises-myzebrabook/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/maman/livres-personnalises-myzebrabook/#comments Thu, 24 Sep 2015 14:41:55 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=15177 Si Mister Caribou n’a pas encore 6 mois, une chose est sûre : il est déjà en train de se constituer une bibliothèque des plus belles ! Imagiers en tous genres, petites histoires du soir, livres de maman dans son enfance, … je me prends à découvrir (et redécouvrir) quelques coups de cœur !   Pour […]

The post De jolis livres à son nom ! appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>

Si Mister Caribou n’a pas encore 6 mois, une chose est sûre : il est déjà en train de se constituer une bibliothèque des plus belles ! Imagiers en tous genres, petites histoires du soir, livres de maman dans son enfance, … je me prends à découvrir (et redécouvrir) quelques coups de cœur !

 

Pour l’instant, lui, ce qu’il aime par-dessus tout, c’est les manger, les livres ! Alors on les garde un peu à l’abris et on lui laisse un livre de bain en plastique… qui ne ressemble plus vraiment à un livre d’ailleurs !! Mais croyez-moi, dès que j’en ressors un « normal » de la boîte secrète, ses petits yeux s’illuminent, ses mains tapent par terre, et son sourire se dessine (ok, sa bouche s’ouvre aussi, sait-on jamais que j’approcherais le livre un peu trop près…).

 

My-zebra-book

 

On prend déjà l’habitude de lire quelques livres pas ci par là. Les imagiers pour lui montrer les choses, les livres à toucher pour lui faire sentir les choses, et puis, les jolies histoires pour lui en raconter, des choses.

 

My-zebra-book

 

My-zebra-book

 

My-zebra-book

 

Alors quand les livres sont personnalisés, c’est encore mieux ! Mister Caribou apprend à reconnaître son prénom lorsqu’on l’appelle, alors imaginez quand la fin de l’histoire n’est autre que celui-là !

 

Et puis, il paraît que lui lire des histoires exerce son imaginaire. Et moi, je veux qu’il vive au pays des rêves pour pas mal de temps encore.

 

My-zebra-book

 

My-zebra-book

 

My-zebra-book

Livres MyZebraBook – Offerts par la marque

Le site MyZebraBook propose des livres personnalisés pour enfants. Deux types d’histoires sont disponibles : L’abécédaire (ou « Les comptines de… » qui voit, à chacune des pages, un nouvel animal arriver pour offrir les lettres du prénom de l’enfant et ainsi reformer son nom complet) et le livre des talents (qui expose page après page quelques qualités de l’enfant, liées à un métier, toujours en prenant en point de départ les lettres du prénom). On peut ensuite choisir le visuel de la couverture puis le type de couverture (souple, rigide) et laisser un petit mot d’introduction sur la 1ère page du livre. La personnalisation est donc vraiment complète, la qualité est au rendez-vous, le site est super simple d’utilisation pour valider sa commande, et le tout arrive bien plus vite qu’on ne pourrait l’espérer ! (Et pourtant, je suis au Canada !). Enfin, les livres sont mignons à souhait avec des dessins colorés mais aux traits légers. Parfaits pour accompagner les enfants pendant quelques années je pense ! (Avouons-le, Mister Caribou ne comprend pas encore vraiment ce que je lui raconte mais je suis sûre de faire un carton d’ici quelques mois avec ces 2 jolies histoires !)

A partir de 29, 50€.

*****

Profitez en ce moment d’une réduction sur votre commande avec le code promo MyZebraBook : « Marinette »

*****

 

 

My-zebra-book

 

My-zebra-book

 

My-zebra-book

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post De jolis livres à son nom ! appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/maman/livres-personnalises-myzebrabook/feed/ 0
Les cotes du Maine, entre plage et phares [USA]http://saperlipopette.marine-landre.fr/voyages/cotes-maine-phares/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/voyages/cotes-maine-phares/#comments Wed, 23 Sep 2015 14:47:21 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=15132 Après notre journée sur la route entre Montréal et le Maine, nous voici réveillés de bon matin dans notre petite maison au bord du lac, prêts à affronter la chaleur (et la foule !) de ce week-end de la fête du travail. Et non, nous n’étions pas les seuls à avoir eu la même idée […]

The post Les cotes du Maine, entre plage et phares [USA] appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>

Après notre journée sur la route entre Montréal et le Maine, nous voici réveillés de bon matin dans notre petite maison au bord du lac, prêts à affronter la chaleur (et la foule !) de ce week-end de la fête du travail. Et non, nous n’étions pas les seuls à avoir eu la même idée et à nous rendre à la plage pour profiter de ce dernier week-end d’été. Les routes du Maine, et surtout celle longeant la côte entre Portland et Ogunquit étaient pleines à craquer ! Heureusement, on n’avait pas seulement envie de se poser sur la plage, mais bien de découvrir la région. Et les quelques stops touristiques pour découvrir les phares du coin étaient nettement moins prisés (même si nous n’étions pas les seuls pour autant !).

 

lac-maine-portland

 

lac-maine-portland

 

lac-maine-portland

 

lac-maine-portland

 

Une petite balade à la fraîche pour admirer le réveil embrumé du lac face à notre maison pour le week-end, un bon petit déjeuner avalé, et nous voilà tous fins prêts pour les découvertes du jour, avec, à notre tête, notre super guide Cindy (Merci merci pour les jolies balades !).

 

Quelques kilomètres à parcourir dans la campagne du Maine avant d’atteindre la côte à proprement parler. Et là encore, dépaysement total ! Des terrains énormes avec de jolis maisons plantées en leur centre. Des maisons parfois en bois, parfois en pierre, toujours avec beaucoup de style, propre au pays ! Des étoiles qui surplombent souvent le haut des garages. D’ailleurs, les garages aux US, on en parle ? Une seconde maison à part entière ! Aaah, comme j’aime voir les papys, mamies assis dans leur fauteuil, juste à l’ombre de leur porte de garage grande ouverte, à observer le temps qui passe !

 

Et puis d’un coup, après un dernier virage, la route principale, et la foule de touristes qui se précipitent à la plage !

 

Cape Neddick et le Nubble Lighthouse

Légèrement au sud de Ogunquit, célèbre plage du coin (mais juste inaccessible ce jour là, à moins de vouloir faire la queue 2h pour une place de parking !) se trouve le Cape Neddick et son phare Nubble Lightouse (Lampe Rocher).

 

Il faut savoir que le Maine compte plus de 60 phares sur ses côtes, dont le plus au sud est celui du Cape Neddick. Je vous rassure, nous n’avons pas fait les 60 ! Loin de là ! Bien que je suis sûre que la balade pourrait être sympa…

 

Le phare du Cape Neddick se dresse sur une petite île rocheuse face à la côte. Elle semble presque accessible aux piétons (90m la séparent du continent) mais son accès est interdit. Dommage ! On peut quand même se dégourdir les jambes 5 minutes sur les quelques rochers qui lui font face. Ce phare est considéré comme l’un des plus beaux phares du pays, rien que ça, et a été allumé pour la première fois en 1879. D’ailleurs, à peine sortis de la voiture, on a cru avoir remonté le temps avec un touriste à nos côtés, équipé de façon plutôt originale !

 

Cape-neddick-phare-portland-maine

 

Cape-neddick-phare-portland-maine

 

Cape-neddick-phare-portland-maine

 

Cape Porpoise et le Goat Island Light

On reprend la route vers le nord, en longeant la côte, pour arriver doucement au Cape Porpoise. Il s’agit d’un petit village de pêcheurs qu’on a traversé rapidement en voiture mais qui invite à la promenade tranquille ! Au bout, on arrive sur une petite place avec un petit resto et des petits sentiers pour une mini promenade et surtout, pour apercevoir, au loin, le phare de Goat Island. On se croirait retournés sur un sentier des douaniers en Bretagne !

 

Cape-porpoise-portland-maine

 

Cape-porpoise-portland-maine

 

Cape-porpoise-portland-maine

 

Cape-porpoise-portland-maine

 

Cape-porpoise-portland-maine

 

Old Orchard Beach

Changement de paysage ! En continuant toujours plus vers le nord, on arrive cette fois-ci à Old Orchard, célèbre plage du coin. Plus rien à voir avec la Bretagne, nous sommes bien aux USA ! Ici, plage rime avec grand ponton, boutiques et bars à gogo. Il y a même une mini fête foraine pour le bonheur des plus jeunes, et bien sûr, beaucoup beaucoup de fast food. Ça grouille de pointe de pizza et autres cornets de frites ! La plage est pas mal bondée mais on se trouve tout même un petit coin sympa pour poser nos serviettes et retrouver le plaisir des pieds qui s’enfoncent dans le sable chaud. Mister Caribou quant à lui n’aura pas vraiment apprécié la mer froide sur ses petons mais rien de mieux que de trouver de nouveaux jouets à mettre à la bouche !

 

Une fin d’après-midi tranquille entre sable fin et petite promenade dans les 2 rues commerçantes des environs.

 

Old-orchard-beach-portland-maine

 

Old-orchard-beach-portland-maine

 

Old-orchard-beach-portland-maine

 

Old-orchard-beach-portland-maine

 

Old-orchard-beach-portland-maine

 

Old-orchard-beach-portland-maine

 

Old-orchard-beach-portland-maine

 

Old-orchard-beach-portland-maine

 

Old-orchard-beach-portland-maine

 

Dyer Cove et le Cape Elizabeth Light

Pour se rendre ici, il faut suivre les indications de Two Lights State Park, sans pour autant entrer dans le parc, mais bien aller au bout de la route.

 

Là, une petite jetée vous donnera une jolie vue sur le Phare de Cape Elizabeth, avec un paysage de retour en Bretagne ! Et puis, surtout, vous aurez accès au resto « The Lobster Shack » qui semble un peu être the place to be du coin ! La file de voiture pour se garer mais aussi pour commander à manger en témoignent ! Un peu de persévérance, ça va finalement plutôt rapidement donc rien ne sert de s’effrayer. Ici, on commande, on prend son ticket, on cherche une place pour s’asseoir au soleil, face à la mer, on attend tranquillement que notre numéro soit appelé puis hop, on déguste un plat de fritures, avec une vue imprenable. C’est bien sûr connu pour le Lobster Roll, fameux sandwich au homard du coin. Mais pour quasi 20$ le sandwich… vous pouvez probablement vous régaler en commandant autre chose ! Bon, on s’est dit que ce serait tout de même dommage de venir et ne pas y goûter (et je voulais absolument manger un Lobster Roll pendant le week-end !) donc on a craqué et on en a partagé un. C’est bon. On va pas cracher sur du homard hein. Mais 20$ quoi. Les petites crevettes frites qu’on a pris avec nous ont bien plus calé l’estomac !

 

two-lights-park-phare-portland-maine

 

two-lights-park-phare-portland-maine

 

two-lights-park-phare-portland-maine

 

two-lights-park-phare-portland-maine

 

two-lights-park-phare-portland-maine

 

En tous cas, la vue était vraiment chouette. Une jolie pause à s’accorder dans la journée ! A noter que beaucoup semblent habitués au lieu et arrivent avec un panier rempli de rafraîchissements pour accompagner leur déjeuner. Une bonne idée à adopter aussi ! Puis on termine le repas avec une petite promenade digestive sur la jetée pour admirer le phare d’un peu plus près.

 

two-lights-park-phare-portland-maine

 

two-lights-park-phare-portland-maine

 

two-lights-park-phare-portland-maine

 

Yeux-mister-caribou

 

Cape Elizabeth et le phare de Portland (ou Portland Head)

Attention, petite feinte du Maine, Le phare de Portland est à Cape Elizabeth alors que le phare Cape Elizabeth est à Dyer Cove… Logique, quand tu nous tiens !

 

C’est donc légèrement plus au Nord, encore, qu’on va admirer le majestueux Portland Head qui est le plus vieux phare du Maine ! (Il date de 1791). Ici, on peut profiter d’une chouette marche dans les environs, contrairement aux autres phares que nous avons vus pour lesquels la promenade est assez limitée. Déjà,, on peut approcher le phare et en faire le tour ! Ensuite, un petit sentier en part (La Cliff Walk) et se prolonge le long de la côte avec quelques vues sur le phare et sur son voisin : le Spring Point Ledge Lightouse de South Portland.

 

Cape-elizabeth-phare-portland-maine

 

Cape-elizabeth-phare-portland-maine

 

Cape-elizabeth-phare-portland-maine

 

Cape-elizabeth-phare-portland-maine

 

Cape-elizabeth-phare-portland-maine (7)
Cape-elizabeth-phare-portland-maine

 

Cape-elizabeth-phare-portland-maine

 

Cape-elizabeth-phare-portland-maine

 

Et voilà pour notre route des phares entre Ogunquit et Portland !

 

Carte_USA_details_portland

 

 

Où loger à proximité de Portland ?

Nous avions réservé un chalet à quelques kilomètres de Portland, dans les terres, au bord d’un lac sur le site Airbnb. Une bonne adresse que je vous recommande (Malgré une petite note faite à la proprio concernant le ménage pour les cuisiniers = four, bbq, … qui ne semblaient pas avoir servi depuis des mois !!) : de l’espace, de beaux équipements, un jardin au top et des jeux pour enfants, un lac juste en face. Bref, c’était chouette. 
Et hop, un petit lien pour profiter d’un parrainage sur Airbnb (profitez de 18€ de réduction sur votre première commande en vous inscrivant via ce lien).

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Les cotes du Maine, entre plage et phares [USA] appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/voyages/cotes-maine-phares/feed/ 1