Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle http://saperlipopette.marine-landre.fr Blog lifestyle : cuisine, beauté, mode, voyages, déco, ... Actuellement à Montréal ! Thu, 16 Apr 2015 20:20:55 +0000 fr-FR hourly 1 http://wordpress.org/?v=4.1.1 Brunch au Passe Compose [Montreal]http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/brunch/passe-compose-montreal/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/brunch/passe-compose-montreal/#comments Thu, 16 Apr 2015 20:20:55 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=14413 Une éternité me semble-t-il que ce brunch a eu lieu. Et pour cause. C’était l’an dernier en réalité ! Et jamais je n’en ai parlé. Mieux vaut tard que jamais… Voilà que je ressors les archives de ma mémoire pour vous parler du brunch du Passé Composé, adresse qui vous sera certainement assez souvent citée […]

The post Brunch au Passe Compose [Montreal] appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
Une éternité me semble-t-il que ce brunch a eu lieu. Et pour cause. C’était l’an dernier en réalité ! Et jamais je n’en ai parlé. Mieux vaut tard que jamais… Voilà que je ressors les archives de ma mémoire pour vous parler du brunch du Passé Composé, adresse qui vous sera certainement assez souvent citée si vous demandez à des Montréalais « Où bruncher ce week-end ? ». A juste titre : le petit bistro du Passé Composé est situé en plein cœur du Plateau, un peu à l’écart de l’Avenue Mont Royal mais à 2 pas seulement du Parc La Fontaine. Idéal pour un dimanche ensoleillé qu’on poursuivra par une ballade au Parc !

 

Je vous déconseille cependant le dimanche hivernal : la première salle est relativement petite, la porte qui s’ouvre sans cesse en laissant entrer ce gros courant d’air frais (froid !) avec elle est juste très désagréable ! Et pour notre part, c’est justement là que nous étions installés, et on le sait, souvent, pour bruncher à Montréal, lorsqu’on a une table, c’est déjà ça, on ne va pas faire les difficile pour attendre qu’une place se libère dans la seconde salle…

 

Au menu du Brunch au Passé Composé ?

Les spécialités de la maison ? Grilled cheese, pain doré (pain perdu) et œufs pochés. Tout ce qui fait un brunch à Montréal donc ! (Ou presque, car ça manquerait un peu de viandes pour certains, mais rassurez-vous, il s’agit là des plats « de base » qui sont très bien accompagnés au menu !).

 

Dans nos assiettes ce jour là (ou plutôt, sur notre table), un joli smoothie surmonté de fruits frais, un café (filtre à volonté, qui va de paire avec le plat brunch).

 

Brunch-montreal-passe-compose

 

Une soupe à l’oignon pour ma part. Oui, je suis fan de soupe à l’oignon ! (Je crois même qu’il me serait possible de me nourrir uniquement de soupe à l’oignon ! Je vous ai parlé de la soupe à l’oignon dégustée à Mont Tremblant ? Dans une miche de pain ? Un régal ! Pardon pardon, je m’égare).  Alors lorsque je l’ai vue au menu du jour… je n’ai pas pu résister ! Et oh surprise, ici, la soupe à l’oignon est une version mixée, bien épaisse, et bien agrémentée de pain, fromage, le tout relevé comme il faut d’une dose de poivre et quelques herbes. Je veux bien y retourner juste pour ça ! C’était parfait pour accompagner mon brunch ce jour de grand froid !

 

Brunch-montreal-passe-compose

 

Côté plat, je me suis laissée tentée par l’un des grilled cheese. Spécialité de la maison on a dit. Version L’extravagant avec au programme : Chorizo, fromage de chèvre, courge butternut (je crois que c’est en partie ce qui m’a fait craquer (comment ça, je ne vous ai pas parlé de ma passion pour les courges ?! Mais si…)), pesto, roquette, yogourt de chèvre et ciboulette. Le tout avec une salade verte joliment présenté.

 

Brunch-montreal-passe-compose

 

Il faut avouer que les associations sont plutôt bien choisies, les plats généreux et savoureux !

 

Du côté de mes amis, il y avait bien sûr les fameux œufs pochés champêtres, à en croire l’internet mondial ce doit être le plat favori pour un brunch au Passé Composé ! Loin de moi cette idée puisque qui dit champêtre dit champignon (ici une poêlée de pleurotes) mais je suis gentille : je vous le montre tout de même en photos ! Et puis, il paraît que pour les amateurs, ça vaut vraiment le détour ! Et je dois avouer que champi mis à part, le pain brioché, l’épaule de porcelet fumé, et les saveurs de persil… ça me donnerait presque envie !).

 

Brunch-montreal-passe-compose

 

Pour la note sucrée, on a tous pioché dans les crêpes aux bananes recomposées (à base de Nutella, coco, bananes bien sûr, amandes, ananas caramélisé, … rien que ça !).

 

Brunch-montreal-passe-compose

 

Et j’avoue avoir aussi piqué ma fourchette dans le pain doré Panko. Et oui, faut bien goûter à tout pour se faire un avis !

 

Brunch-montreal-passe-compose

 

En conclusion, on mange vraiment bien au Passé Composé, mais je dois dire être sortie de là en trouvant l’addition un peu plus salée qu’à mon habitude pour les brunchs à Montréal, et avec un petit regret aussi quant au service reçu qui manquait clairement de sympathie ! (et je ne vous refais pas mon laïus sur le sucré / salé, option menu pour un brunch, ici on peut clairement faire des mix plat / dessert mais qui ressemble donc vraiment à un repas de n’importe quel jour, et pour ce combo, si vous ajoutez en plus une boisson, l’addition devient vraiment élevée).

 

Brunch-montreal-passe-composeLe Passé Composé
950, rue Roy E
Montréal, QC H2L 1E8
- Pas de réservation pour le brunch / Ouvert samedi et dimanche -

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Brunch au Passe Compose [Montreal] appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/brunch/passe-compose-montreal/feed/ 0
Vivre sa grossesse au Quebec / Canadahttp://saperlipopette.marine-landre.fr/montreal-canada/suivi-grossesse-quebec-canada/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/montreal-canada/suivi-grossesse-quebec-canada/#comments Tue, 14 Apr 2015 15:49:10 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=14461 Déjà presque 20 jours que Mister Caribou est avec nous « pour vrai », mais 9 mois de plus qu’il occupe notre esprit, et mon bidon surtout, nous accompagnant dans cette aventure Québécoise, et participant de fait à la découverte de tout un tas de particularités, ou différences culturelles avec notre cher pays dans le suivi de […]

The post Vivre sa grossesse au Quebec / Canada appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
Déjà presque 20 jours que Mister Caribou est avec nous « pour vrai », mais 9 mois de plus qu’il occupe notre esprit, et mon bidon surtout, nous accompagnant dans cette aventure Québécoise, et participant de fait à la découverte de tout un tas de particularités, ou différences culturelles avec notre cher pays dans le suivi de grossesse. Si ici la maternité me semble bien plus considérée qu’en France, c’est bien dès les premiers de mois de grossesse qu’on sent la différence. Mais contre toute attente, c’est alors dans le sens inverse : un suivi qui m’a paru bien moins présent, bien moins sérieux (ou du moins « rapproché » puisque sérieux tout de même). Alors concrètement, comment ça se passe un suivi de grossesse au Québec ? Quelle est la différence avec le système français ?

 

Grossesse

 

Petit tour donc d’une grossesse vécue au Québec

(A noter que s’agissant de ma première grossesse, les différences mises en avant ne sont que des ressentis ou « on-dit », alimentées de témoignages d’amies et autres proches).

 

Le 1er trimestre de grossesse au Québec

Le test de grossesse est positif ! Help, doc’, qu’est-ce que je fais ?!

Quelques symptômes annonciateurs plus tard, j’ai, comme tout le monde, foncé à la pharmacie pour acheter un test de grossesse. Le premier prix affiché m’a un peu refroidie. Dans les 70$ si ma mémoire est bonne. J’avoue ne pas avoir fait le tour entier du rayon puisque j’avais déjà entendu dire que notre ami Dollarama proposait des tests de grossesse à… 2,5$ !! Oui oui… Ni une ni deux, la décision était prise, on allait tenter l’affaire avec un test certainement bas de gamme mais qui après tout, pouvait bien nous donner l’info attendue tout de même !

30 secondes chrono (à peine !) et hop le test indiquait déjà « Positif ». De toutes façons j’étais sûre de mon coup. Pas vraiment besoin de re-confirmer avec un test haut de gamme…

 

1er conseil donc – le test de grossesse :

A moins que vous ne vouliez connaître tous les détails possibles sur votre éventuelle grossesse, filez chez Dollarama ! Simple, économique (surtout !) et efficace (« Oui » ou « Non », c’est tout ce qu’on lui demande après tout).

 

MAIS, comme tout le monde aussi je suppose, une fois le résultat affiché, et passées les 1ères émotions qui vont avec, hop, direction le médecin pour demander à faire une prise de sang qui me confirmerait définitivement le tout (en même temps qu’obtenir un « tout va bien » rassurant de la part d’un médecin).

 

Obtenir un rendez-vous chez le médecin :

Si comme moi vous n’avez pas de médecin de famille ici au Québec et ne souhaitez pas attendre des heures votre tour dans une salle d’attente puante, 2 options :

  • Rendez-vous au CLSC de votre quartier pour les consultations « sans rendez-vous » (en vrai il faut généralement vous présenter à l’ouverture pour vous inscrire sur la liste du jour et obtenir plus ou moins une heure de passage (ou en tous cas le nombre de personnes avant vous)).
  • Certaines cliniques proposent aussi des rendez-vous à prendre la veille au soir. C’est le cas par exemple de la Clinique médicale 1851 (1851 rue Sherbrooke Est, bureau 101, Montréal H2K 4L5), pour laquelle il suffit d’appeler Bonjour Santé (438 896 0074) à partir de 20h pour avoir un horaire de passage le lendemain. Je recommande vraiment !

 

Bon, c’est quand même là que ça se corse ! Ici, au Québec, pas de prise de sang de confirmation ! « Vous avez fait un test de grossesse ? Il était positif ? Bon benh voilà ! » qu’on m’a dit ! Merci. Aurevoir.

 

En gros, tu as donc plus ou moins 3 mois pour trouver où faire ton suivi (si, toujours comme moi, tu n’as pas encore de médecin de famille ou de gynécologue, je recommande de trouver où tu souhaites accoucher et faire ton suivi sur place), croiser les doigts pour qu’il y ait de la place, obtenir ton 1er rendez-vous (à 3 mois donc) et attendre patiemment que la date arrive, sans trop vraiment réussir à te dire que oui oui, tu es bien enceinte.

 

Annonce-grossesse

 

Et oui, ici, au Québec, AUCUN SUIVI pendant les 3 premiers mois. A quoi bon investir dans un suivi alors que les chiffrent annoncent qu’une grossesse sur 10 se termine en fausse couche durant les 3 premiers mois ? Le suivi commencera donc une fois la grossesse plus « sûre ».

Alors, non, on n’a pas vraiment besoin d’un suivi rapproché durant les 3 premiers mois, on est bien d’accord. Mais un minimum de confirmation médicale pourrait tout de même être rassurant… Et puis… pour celles pour qui ces 3 premiers mois sont aussi les derniers, je trouve cela un peu dur de ne pas savoir à quoi t’en tenir…

 

Choisir où accoucher / Faire son suivi de grossesse à Montréal

Je dis choisir mais comprenez bien que selon les périodes de l’année, le choix n’est pas vraiment possible. Il faut de la place, et de ce que j’ai entendu, ce n’est pas toujours gagné.

Pour ma part, j’ai eu de la chance. Ne connaissant pas du tout les hôpitaux et autres corps médicaux du coin, mes critères étaient assez simples : je voulais que ce soit le plus proche possible de chez moi ! J’ai donc tout d’abord regardé les options possibles avant d’aller me renseigner / lire quelques avis / retours d’expériences sur chacune d’entre elles. Le plus simple était le CHUM Saint Luc.

 

S’inscrire pour un suivi de grossesse au CHUM Saint Luc

Pour s’inscrire au CHUM Saint Luc, il faut appeler au 514 890 8355.

Ne soyez pas étonné, vous tomberez directement sur un répondeur. J’ai cru que cela ne servait à rien d’y laisser un message, que ce serait peine perdue. MAIS NON ! Laissez un message ! Il faut y indiquer son nom, prénom, adresse postale, numéro de carte d’hôpital (si vous l’avez – ce n’était pas mon cas et ça n’a pas posé de problème), ainsi que les dates de vos dernières règles et préciser s’il s’agit ou non d’une première grossesse.

Contre toute attente, on m’a rappelée le lendemain pour me confirmer qu’il y avait de la place sur la session me concernant, c’est-à-dire pour un accouchement prévu fin mars 2015, début de suivi mi-septembre 2014 (correspondant à ma 12è SA). On m’a aussi donné quelques autres rendez-vous à prendre en amont. Et hop, c’était parti ! Encore un peu d’attente pour arriver au dit 1er rendez-vous mais la machine était lancée.

 

Quelques autres possibilités pour un suivi de grossesse à Montréal :

  • Sainte Justine. Attention cependant, il faut avoir effectué une échographie de datation au préalable pour pouvoir obtenir un rendez-vous. Rendez-vous au 514 345 4662.
  • Quartier latin. Les chances semblent être vraiment faibles pour obtenir une place là-bas. Rendez-vous au 514 285 5500.
  • Royal Victoria. Pour un suivi anglophone. On m’a cependant alertée que les « mœurs sont différents » mais je ne sais pas en dire davantage.
  • Maisonneuve Rosemont. J’avais pu avoir une place aussi (j’avais doublé les chances par sécurité) que j’ai donc annulée préférant la proximité de Saint Luc et les nombreux témoignages positifs, mais Maisonneuve Rosemont semble très bien aussi. Rendez-vous au 514 252 3578.

 

Le 2è trimestre de grossesse au Québec

Rencontre avec une nutritionniste

Alors, si ici (au Québec), on ne te suit pas pendant les 3 premiers mois, une fois la date de la 12è SA passée, ça ne rigole plus ! C’est parti pour le marathon des premiers rendez-vous avec en haut de la liste la rencontre avec une nutritionniste. Oui oui. Vous avez bien lu. Parce que bon, c’est important de bien nous répéter que NO alcool et NO tabac pendant 9 mois ! (Bon ok je caricature un peu, ils en profitent pour nous faire un petit bilan histoire de vérifier quelles sont nos habitudes alimentaires et nous faire une petite leçon de comment bien se nourrir). Je ne pense pas être le public idéal pour ça puisqu’on est plutôt « bons » là-dedans, même si on sait aussi se faire plaisir à base de Junk Food, on sait très bien ce qui est bon, moins bon, équilibré ou non. On a donc vraiment rien appris pendant cette rencontre, et je me demande à quel point ceux qui sont quoi qu’il arrive totalement à côté de la plaque sur ce sujet arrivent à rééquilibrer le tout rien qu’avec cette petite leçon ?

 

1er rendez-vous de suivi de grossesse

Le 1er rendez-vous à l’hôpital, qui intervient donc à 12 SA, est un peu particulier puisqu’il s’agit d’un rendez-vous de groupe suivi ensuite d’une rendez-vous individuel. Le rendez-vous de groupe a pour objectif de présenter les lieux, puisque c’est ici que nous ferons tout notre suivi ainsi que l’accouchement, mais aussi le fonctionnement et les différentes étapes, rendez-vous à ne pas manquer, … On en profite aussi pour nous refaire un laïus sur la nutrition pendant la grossesse, au cas où le rendez-vous de la veille avec la nutritionniste soit déjà très loin dans notre mémoire…

 

Vient ensuite le suivi individuel. Questionnaire de base sur notre historique de santé mais aussi sur notre situation familiale et « psychologique ».

 

Oui, au Québec, ils sont très tournés sur la psychologie ! On nous demande quelques détails temporaires sur notre histoire avec le papa (euh… de quoi je me mêle ?!) mais aussi sur notre situation au Québec. Dans mon cas, arrivée un peu trop récemment à leur goût, et « sans famille » sur place, ils ont décidé que j’allais avoir besoin d’un suivi psychologique pendant ma grossesse… Si si, je promets ! On m’a fait voir une psychologue à mon rendez-vous suivant alors que j’avais certifié très bien aller… Et je ne vous parle pas des questionnaires du genre « Vous sentez-vous heureuse en ce moment ? » « Vous sentiez-vous aimée de vos parents dans votre enfance ? » « Vous arrive-t-il d’avoir peur de votre conjoint ? » « Avez-vous parfois envie de pleurer sans raison ? » « Votre conjoint hausse-t-il parfois le ton ? », … au point que je suis ressortie de là en me disant que peut-être je n’étais pas censée être aussi sereine que je l’étais…

 

Une fois t’avoir un peu plombé le moral donc, on passe à l’examen « physique », une des rares fois au final où j’aurai le droit à un examen gynécologique pendant toute ma grossesse ! (Le suivant ayant eu lieu à 38 SA…).

RAS, on se revoit dans 1 mois !

 

Ah oui, on te demande aussi si tu prends bien l’acide folique et les vitamines qui vont bien. Oups. Parents irresponsables que nous sommes…

 

1ère échographie (Entre 12 et 14 SA)

La première échographie, un peu magique, celle où tu découvres ton bébé, où tout devient un peu plus concret, un peu plus sécurisant aussi, et plus réaliste pour le papa, a lieu entre 12 et 14 SA.

A priori rien de bien particulier ou différent par rapport à ce qui se passe en France. Mis à part le fait qu’on m’a demandé d’aller re-vêtir la blouse qui va bien avant de rejoindre la salle d’attente commune, dans laquelle nous avons bien dû patienter plus d’une heure, moi les mollets à l’air avec mes baskets que j’avais quand même rechaussées… et ma blouse fendue dans le dos. J’ai adoré…

 

Mais le principal était là : une jolie tête bien formée, 2 bras, 2 jambes, 2 mains, 2 pieds, et tout ce qu’il faut d’autre ! On m’a aussi donné la date de mon terme. Projection… nous voilà !

 

C’est aussi lors de cette échographie qu’ils mesurent la clarté nucale. Examen qui sera complété d’une prise de sang pour dépister les risques de trisomie 21.

 

L’avantage du suivi à Saint Luc est que tout se fait au même endroit (à quelques étages prêts). Aussi bien pour le suivi, pour les échographies que pour les prises de sang. Une seule adresse. Bien pratique.

 

Les prises de sang

Plusieurs prises de sang à effectuer au début du 2nd trimestre, notamment pour contrôler les maladies génétiques et pour vérifier toute carence éventuelle.

  • Pour ma part, j’ai couplé les 2 premières : entre 11 et 13 SA, un prélèvement qui servira à vérifier que tout va bien et qu’il n’y a pas de carences par exemple, du côté de la maman, pouvant être néfastes au bon développement du bébé, mais aussi le groupe sanguin et autres vérifications d’usage. Un autre pour le dépistage de la trisomie 21.
  • Entre 15 et 17 SA, un second prélèvement pour compléter le dépistage de la trisomie 21.

 

A noter qu’au Québec, on ne te donne généralement jamais tes résultats d’analyses. C’est ton médecin qui les reçoit et te les communique SI NÉCESSAIRE. Autant dire que c’est assez rare que tu saches où tu en es vraiment. Même pour les résultats de la trisomie, j’ai du réclamer des précisions sur les résultats lors de mon rendez-vous de suivi suivant. Et c’est resté assez vague. Alors autant vous dire que mon taux de fer ou de magnésium… je l’ignore !

 

2è échographie – et DERNIÈRE !

La 2ème échographie a lieu entre 19 et 21 SA. C’est celle souvent tant attendue où l’on découvre le sexe de l’enfant. Les discussions autour des prénoms deviendront alors bien plus intenses. Et la maman pourra commencer à craquer côté shopping…

 

Là encore, très similaire à ce qui se passe en France.

 

La différence majeure réside plutôt dans le fait que cette échographie est aussi la dernière ! Entendez-moi bien. Il reste alors près de la moitié de la grossesse à parcourir. Mais c’est la dernière fois que vous voyez cette petite chose bouger en vous. Par la suite, il faudra laisser faire votre imaginaire. Ici, pas de 3è échographie qui permette de vérifier la position ou la taille du bébé. Paraît que ça se fait tout aussi bien « au toucher » et qu’à part en cas de problème, une 3è échographie est donc vraiment inutile. Profitez donc bien de ce moment car je vous le dis… après, c’est long !!

 

Marine_fecondite-quebec

 

Les autres visites de suivi de grossesse

Pendant les 33 premières semaines, les visites sont mensuelles. Bi-mensuelles entre 33 et 38 SA. Puis à chaque semaine jusqu’à 40SA (jour où nous sommes « dû »).

 

À chaque visite, ou presque, je vois un docteur différent (au début seulement des internes d’ailleurs, le médecin repointe son nez uniquement sur les dernières visites, sauf si problème bien sûr) en fonction des tours de garde.

 

A chaque visite, analyse d’urine, vérification de la prise de poids, tension, mesure du ventre et écoute du cœur du bébé. That’s it. Aucun examen gynécologique. Alors je ne dis pas que je rêvais qu’on aille me regarder par là mais j’ai tout de même été bien étonnée qu’aucun contrôle ne soit effectué avant 38 SA quand j’entendais mes amies, en France, au même terme que moi, qui m’annonçaient que leur col était déjà (ou pas d’ailleurs) ouvert…

 

Je me suis aussi un peu inquiétée de ne toujours pas sentir mon bébé bouger à quelques 25 SA. « Faudra l’engueuler quand il sera plus grand alors » qu’on m’a répondu ! Sans me rassurer ou investiguer davantage…

 

Bref, un suivi à double vitesse qui se veut parfois oppressant sur le côté psychologique mais qui te laisse tout de même un peu dans l’incertitude de l’autre. Le bébé et ses constantes semble finalement bien suivi alors que la maman peut-être un peu moins.

 

Le 3è trimestre de grossesse au Québec

Au 3è trimestre, on poursuit les visites qui vont dont se rapprocher sur la fin, comme indiqué plus haut.

Quelques autres rendez-vous sont à prendre.

 

Le test de glucose

Le test de glucose (pour dépister un éventuel diabète de grossesse) a lieu au cours de la 26 SA. Une première prise de sang à jeun. Puis on boit une solution hyper sucrée (« il faut la boire dans les 5 minutes »), avant de refaire une seconde prise de sang 1h après puis une dernière 2h après absorption.

 

C’est long ! Alors il faut arriver de bonne heure le matin. Et surtout, ne pas faire la maline ! On dit partout que ce test est difficile. « Attention, si vous vomissez, il faudra recommencer ». Autant vous dire que j’étais concentrée. Sans trop comprendre non plus pourquoi toutes ces mises en garde puisque tout allait plutôt bien. J’ai compris ma douleur lorsque, à la fin du test, je suis partie pour une virée shopping (enfin pas non plus une grosse virée hein, j’avais uste une mini course à faire). J’ai finalement annulée l’expédition, envoyé un message à Mr MonChéri qui était à la maison en lui disant de se tenir prêt (et surtout de préparer !) car il fallait absolument que je boive de toute urgence un énorme verre d’eau et qu’il me fasse quelque chose à manger !

 

Après ça, je me suis sentie tout le week-end comme si j’avais la gueule de bois. Mais pour le coup, je ne sais pas si c’était vraiment lié. Un conseil en tous cas : prenez avec vous de quoi vous réhydrater après l’examen ainsi qu’une collation avant de vous remettre en marche !

 

Les cours prénataux

Au Québec, les cours prénataux sont un ensemble de 4 réunions d’informations. Réunions de groupe, avec la maman bien sûr et le papa aussi. Cela nous a fait nos sorties du jeudi soir pendant tout le mois de février.

Attention, c’est à vous de vous inscrire auprès de votre CLSC et vous devriez normalement vous y prendre suffisamment d’avance pour effectuer ces cours aux environs de la 24 SA. J’ai un peu traîné de mon côté et nous les avons fait entre la 33è et 36è SA. Autant vous dire que je me suis faite engueulée par l’infirmière qui m’a confirmé les horaires au téléphone.

 

J’avais donc en tête que ces cours allaient être HYPER importants, surtout pour la primipare que j’étais. Comment on souffle, comment on pousse, comment ça marche, tout ça tout ça. Au final ?

 

Des cours un peu trop moralisateurs à mon avis ! On passe bien rapidement sur ce qui est respiration et autres détails du jour J pour finalement s’attarder à comprendre que l’accouchement naturel (et sans anti-douleur !) est bien plus intéressant, sécurit, et tout ce que tu veux qu’un accouchement assisté. (Au passage, je n’ai jamais rencontré d’anesthésiste avant le jour J de mon accouchement lorsque j’ai du dire pour la 3è fois « Envoyez-moi quelqu’un !! », et aucune personne de l’équipe médicale qui a fait mon suivi ne m’avait jamais parlé des possibilités ni même demandé quelles étaient mes intentions là-dessus).

 

Au final au cours prénataux, on parle beaucoup de l’après (comme dirait un médecin avec qui j’ai partagé mon étonnement « L’accouchement ce n’est que quelques heures de votre vie, l’après est bien plus important pour votre bébé »). On en vient donc à parler de l’allaitement notamment. « Oh oui il y a tant d’avantages à l’allaitement ! » Les avantages au biberon ? « Euh et bien tous ceux que nous n’avons pas cité donc on ne va pas s’attarder dessus, vous avez compris et êtes capables de prendre votre décision maintenant ?! ». J’ai cru rêver… 

 

Photo-grossesse

 

Prélèvement pour dépistage du Stepto B

C’est à 38 SA qu’on m’a fait le prélèvement pour dépistage du Strepto B, lors du 1er contrôle gynécologique en somme. Celui-ci peut à priori intervenir un peu plus tôt (vers 35 SA) et permet de vérifier qu’il n’y a pas d’infection chez la maman qui pourrait être transmise au bébé lors de la naissance (faute de quoi un antibiotique est donné en amont).

 

40 SA

Au Québec, la grossesse dure 40 semaines d’aménorhées (SA) et non 41 comme en France. Notre terme officiel est donc prévu à 40 SA mais peut être (et est souvent à priori, surtout pour une première grossesse) dépassé.

 

Un peu frustrant que de se voir revenir de son rendez-vous de suivi de la 40 SA (le dernier donc) en ayant entendu dire « Aucun signe annonciateur pour l’instant ! Même si on ne sait jamais… On vous appelle pour un rendez-vous la semaine prochaine si on ne vous a pas vu d’ici là ».

 

A 41 SA + 1 jour, tu as le droit à une échographie pour contrôler notamment le niveau de liquide amniotique et décider si on laisse encore un peu cet enfant grandir ou s’il est temps de lui faire découvrir le monde.

 

Je ne peux vous en dire plus puisque pour ma part, je suis rentrée chez moi bien penaude après le rendez-vous de la 40 SA mais j’ai débarqué 2 jours après, tout sourire (je ne savais pas encore ce qui m’attendait !) à la maternité annonçant « Je viens pour accoucher !« .

 

Baby_3jours

 

Et la grossesse au Québec du côté des finances ?

Depuis mon arrivée à Montréal, je suis couverte par la RAMQ (équivalent de notre Sécurité Sociale Française). Et je dois dire que ce fut un étonnement très positif lors de cette grossesse puisque je n’ai RIEN déboursé ! Pas un seul centime à sortir de ma poche, pas même pour une avance, et ce que ce soit pour mon suivi, pour les examens complémentaires ou pour mon accouchement et séjour à la maternité.

 

Et maintenant ? On profite du congé maternité façon Québec !

 

Photos par Aline Dubois

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Vivre sa grossesse au Quebec / Canada appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/montreal-canada/suivi-grossesse-quebec-canada/feed/ 4
Viens, on va manger des huitres ! #OysterMania [Montreal]http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/huitres-oystermania-montreal/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/huitres-oystermania-montreal/#comments Sun, 12 Apr 2015 21:17:46 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=14456 Il y a des fois comme ça où le hasard fait bien les choses. L’invitation reçue il y a quelques jours en fait partie : « ça te dis tu de venir manger quelques huîtres pour la soirée de lancement de l’OysterMania ?! ». 9 mois que je n’en avait pas mangé (et en vrai même encore […]

The post Viens, on va manger des huitres ! #OysterMania [Montreal] appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
Il y a des fois comme ça où le hasard fait bien les choses. L’invitation reçue il y a quelques jours en fait partie : « ça te dis tu de venir manger quelques huîtres pour la soirée de lancement de l’OysterMania ?! ». 9 mois que je n’en avait pas mangé (et en vrai même encore plus que ça, puisque, avouons-le, ce n’est pas le genre de plat du quotidien) et qu’on se disait « on se fera un plateau d’huîtres après ! » (Mais on a commencé par les sushis, le tataki, le carpaccio de boeuf, le saucisson, le bon bleu de chez nous, un petit verre par ci par là, … et les huîtres n’étaient pas encore arrivées en haut de la liste !).

 

oystermania-montreal

 

Bref, vendredi soir, on a été manger des huîtres !

Même qu’on en a fait une sortie en famille. On a un hésité. On s’est demandé s’il fallait qu’on ait honte ou pas (oui oui quand même). J’ai enfin été acheter le porte bébé pour ne pas nous encombrer de la poussette. Et puis finalement on s’est dit « Allez, go ! On avait dit qu’on ne se priverait, qu’il ne fallait pas que ça change nos habitudes. On va tenter, on verra bien ! » (Et puis qui ne tente pas… ne sait pas !). (Mais on reparlera de ce nouveau rythme plus tard puisque… revenons à nos moutons. Euh. Nos huîtres !).

 

Donc vendredi soir, on a été manger des huîtres.

Une douzaine d’huîtres par personne. Relevées d’une petite sauce à base de jus de citron, huile de sésame, vinaigre de riz, et coriandre. Avec un petit verre de vin blanc. C’est le concept de l’OysterMania. Pendant quelques jours (du 10 au 16 avril), 10 restaurants de Montréal proposent cette offre pour seulement 10$, avec chaque fois un assaisonnement différent. Une bonne occasion de faire le plein d’iode pour les amateurs !

 

Une première vraie sortie rafraîchissante de notre côté ! Je ne sais pas vous mais moi, ça m’a bien donné envie de bord de mer et de plateau de fruits de mer… C’est quand qu’on part en vacances ?!

 

oystermania-montreal

 

Plus d’informations :

OysterMania Montréal, du 10 au 16 avril 2015

Restaurants participants : Vertigo Steak+Bar, Chez ma grosse truie chérie, L’Assommoir Bernard, Assommoir Notre-Dame, Grange Vin+Bouffe, Decca 77 Brasserie, Huis Clos, Henri St-Henri, Anabel et La Bêtise.

Coupons disponibles sur RestoMania.ca (Pensez à réserver, les places partent vite ! Possibilité de profiter de l’offre directement au restaurant de votre choix mais la boisson est alors non incluse).

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Viens, on va manger des huitres ! #OysterMania [Montreal] appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/huitres-oystermania-montreal/feed/ 0
Mon fromage maisonhttp://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/fromage-maison/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/fromage-maison/#comments Wed, 08 Apr 2015 23:12:19 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=14425 Saumon fumé maison, pâtes maison, fougasses maison, et j’en passe, … Il était logique qu’on arrive un jour à faire notre propre fromage maison ! (Et encore, j’ai zappé l’étape du yaourt maison, mais avec mon boulot… j’aurais presque honte de faire concurrence à mon employeur ! Vous me direz que 7 mois sans les […]

The post Mon fromage maison appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
Saumon fumé maison, pâtes maison, fougasses maison, et j’en passe, … Il était logique qu’on arrive un jour à faire notre propre fromage maison ! (Et encore, j’ai zappé l’étape du yaourt maison, mais avec mon boulot… j’aurais presque honte de faire concurrence à mon employeur ! Vous me direz que 7 mois sans les côtoyer… c’est peut-être le bon moment de me lancer ?! Bref.)

 

C’est donc grâce à U Main Kits que nous nous sommes finalement mis au fromage. Aussitôt reçu notre joli kit à fromages, aussitôt le frigo rempli de laits en tous genres (en vrai on cherchait de lait de Bufflonne mais pour l’instant c’est sans succès, on s’est donc arrêté au lait de chèvre et lait de vache – classique quoi), qu’on était déjà comme 2 gamins à observer notre casserole comme si nous réalisions notre première expérience de chimie !

 

Fromage-maison

 

Au final, réaliser son fromage maison, rien de plus simple ! Il suffit d’un peu de matériel de base (que U Main Kits fourni donc) et d’un minimum d’attention / précision (notamment pour veiller à la température de chauffe puisque chaque fromage aura besoin d’être chauffé à une température différente). Et hop, le tour est joué ! Ou presque.

 

Je ne vais pas vous dévoiler ici les recettes exactes puisque celles-ci sont fournies dans les kits reçus mais globalement, pour faire du fromage, il faudra du lait, bien sûr, de la présure, une pointe d’acide citrique pour aider le lait à cailler, un thermomètre de cuisine pour s’assurer de la bonne température du lait, et après ça, un tissu à fromage en coton, une faisselle pour mouler vos fromages tout en les laissant s’égoutter, du sel parce que sinon, quand même, c’est fadasse (et que ça aide à sécher selon le type de fromage que vous voulez obtenir !).

 

Et selon les fromages, vous pourrez presque les déguster immédiatement après la production.

 

Fromage-maison

 

Fromage-maison

 

Fromage-maison

 

De notre côté, on a déjà testé le Queso Blanco (fromage mexicain qui peut être fait à base de lait de chèvre, ce qu’on a fait, et qui me fait donc un peu penser à de la fêta, notamment de par sa texture) et la Ricotta. Bizarrement, on a tout de même préféré cette seconde tentative qui avait plus de goût, malgré ce qu’on aurait pu penser en utilisant du lait de chèvre pour le Queso Blanco !

 

Côté Ricotta, on s’en est servi aussi pour agrémenter des plats ou même faire une recette à part entière. Et c’était top.

 

ricotta-maison

 

Ricotta au four

  • Placer votre Ricotta sur une feuille de papier sulfurisé.
  • Assaisonner comme bon vous semble. J’ai mis des herbes de Provence mais on aurait pu imaginer une version au cumin par exemple ou même au curry ou paprika. Tout dépendra vos goûts et avec quoi vous servirez votre fromage !
  • Ajouter un filet d’huile d’olive.
  • Placer au four pour 30min à 180°C (en réalité il faut surtout surveiller la coloration du fromage, l’idée étant de lui donner une jolie teinte dorée, sans faire brûler le tout !).

(Petite précision pour l’aspect visuel, comme je souhaitais conserver de la Ricotta pour le plat suivant et aussi pour la goûter « nature » je l’ai coupée en 2, d’où le rendu un peu chaotique de la chose, mais une fois correctement moulée dans la faisselle, votre Ricotta maison aura une forme tout à fait convenable !).

 

ricotta-maison

 

ricotta-maison

 

ricotta-maison

 

Crumble de légumes à la Ricotta

  • Dans un plat qui va au four, découper les légumes : tomates, poivrons et courgettes pour nous !
  • Ajouter quelques morceaux de Ricotta.
  • Assaisonner à votre goût. (On a ajouté des herbes de Provence).
  • Préparer le crumble salé à la Ricotta : 75g de farine, 60g de beurre, 50g de Ricotta. Mélanger le tout jusqu’à l’obtention d’une pâte d’aspect sablée. (J’utilise du beurre salé donc je ne resale pas ma pâte, d’autant que la Ricotta l’était aussi mais à nous, libre à vous de juger pour l’assaisonnement)
  • Répartir le crumble sur vos légumes.
  • Placer au four préchauffé à 180°C pour 30min.

 

ricotta-maison

 

Le kit reçu de la part de U Main Kits (que vous pouvez aussi retrouver sur leur page Facebook pour tout un tas d’info !) nous permet aussi de réaliser du Paneer, que je ne connaissais pas, il s’agit d’un fromage indien, qu’on va donc découvrir sous peu (prochaine tentative !) ainsi que la mozzarella. Celle-ci on la réserve pour s’en faire un bon repas ! On a bien hâte de la tester et de voir le résultat surtout ! Affaire à suivre donc.

 

En tous cas, si malgré les bonnes adresses que je vous ai données pour acheter du fromage à Montréal, vous ne trouviez toujours pas votre bonheur, vous savez désormais ce qu’il vous reste à faire : faire votre propre fromage maison ! Pas si compliqué, et le plaisir en plus de se dire « c’est moi qui l’ai fait ! », sans parler des possibilités infinies de personnalisation : dans les prochaines tentatives, on tente donc d’épicer un peu le tout : herbes et autres graines de cumin vont être à l’honneur !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Mon fromage maison appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/fromage-maison/feed/ 2
Smoked Meat à Montreal : Schwartz’s / Reuben’s, le match !http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/restau/smoked-meat-montreal-schwartz-reuben/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/restau/smoked-meat-montreal-schwartz-reuben/#comments Mon, 06 Apr 2015 19:29:54 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=14352 Quand on parle de gastronomie à Montréal, de ce qu’il faut découvrir culinairement parlant au Québec, il y a bien sûr la poutine, la visite d’une cabane à sucre, les bagels, … et puis, la smoked meat ! Mais attention, pas n’importe laquelle ! Plusieurs adresses proposent cette spécialité dans la ville mais 2 semblent […]

The post Smoked Meat à Montreal : Schwartz’s / Reuben’s, le match ! appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
Quand on parle de gastronomie à Montréal, de ce qu’il faut découvrir culinairement parlant au Québec, il y a bien sûr la poutine, la visite d’une cabane à sucre, les bagels, … et puis, la smoked meat ! Mais attention, pas n’importe laquelle ! Plusieurs adresses proposent cette spécialité dans la ville mais 2 semblent spécialement connues. L’incontournable Schwartz’s dont le nom doit parler à quasi tout le monde même si on ne sait pas nécessairement ce qu’on y mange, et Reuben’s, concurrent direct à proposer lui aussi son sandwich à la viande fumée et moutarde jaune.

 

Le smoked meat sandwich

La recette est la même partout : 2 tranches de pain blanc, beaucoup, beaucoup, beaucoup de viande fumée, et de la moutarde jaune. Point barre. Pas de tomate, oignon, ou autre cornichon (beurk le cornichon). Juste du pain, de la viande (beaucoup, beaucoup, beaucoup de viande) et de la moutarde ! Recette importée par les immigrants juifs arrivés à Montréal depuis l’Europe de l’Est dans les années 1890-1900 et qui n’a pas pris une ride depuis !

 

smoked-meat-montreal

 

Chez Schwartz’s

L’incontournable Schwartz’s (fondé en 1928) ou désormais « restaurant de Céline Dion » (ou plutôt de son mari René depuis 2012) (est-ce que cela participe à sa notoriété ?! Grande question !) ne désemplit pas ! En heure de pointe, on voit souvent une longue file d’attente s’agglutiner devant les portes au 3895 boulevard Saint Laurent. Un conseil ? Passez directement à la seconde porte : partie Deli où il est possible de commander pour emporter. Bien plus rapide. Alors à moins de vouloir profiter d’une pause en dehors des heures de pointe, c’est la solution idéale ! (Et tout aussi bon !).

 

Schwartz’s – 3895 boulevard Saint Laurent – Montréal

 

Chez Reuben’s

Deuxième adresse incontournable pour la Smoked meat à Montréal (bon, j’avoue, je ne connaissais pas il y a encore quelques mois avant de lire le nom dans le livre « Montréal – 140 découvertes gourmandes » (de Sophie Surantini) mais depuis, je me suis renseignée !) : chez Reuben’s. Attention, 2 adresses sur Sainte Catherine et je vous conseille vivement d’aller dans la « vraie » adresse au 1116 Sainte Catherine Ouest qui est la version restaurant du nom (l’autre étant le « deli »). Là, rien à voir avec Schwartz’s en terme de décor, on se croit vraiment dans un bistro de luxe. Le service est parfait et le décor ancien donne tout de suite une ambiance particulière. On est finalement presque étonnés de voir arriver un « simple » sandwich dans son assiette ! Petit plus à ne pas oublier : je vous recommande les onion rings pour patienter en attendant votre sandwich. Je crois bien que c’est des meilleurs qu’il m’ait été donné de manger, avec du vrai oignon bien charnu à l’intérieur !

 

Reuben’s – 1116 rue Sainte Catherine Ouest – Montréal

 

Reubens-montreal

 

Schwartz’s ou Reuben’s pour un smoked meat sandwich ?

A moins que vous ne souhaitiez profiter d’une pause bien méritée en centre ville après une longe marche touristique, dans un endroit confortable (= Reuben’s), c’est sans hésiter vers Schwartz’s que se dirige mon vote en terme de smoked meat ! La viande y est certes bien plus grasse mais du coup (en toute logique) bien plus fondante en bouche.

 

Peut-être que mes souvenirs me font défaut (n’ayant pas goûté les 2 en même temps), mais j’aurais tendance à dire que c’est incomparable ! Aussi bonne soit-elle, la viande de chez Reuben’s n’a pour moi rien à voir avec celle de Shwartz, plus savoureuse et aussi coupée plus finement.

 

smoked-meat-montreal

 

Je vous laisse juger par vous mêmes si vous en avez l’occasion ! On part quant à nous à la découverte des autres adresses de Montréal !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Smoked Meat à Montreal : Schwartz’s / Reuben’s, le match ! appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/restau/smoked-meat-montreal-schwartz-reuben/feed/ 0
Et si on gardait le style après la grossesse ?http://saperlipopette.marine-landre.fr/mode/look-apres-grossesse/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/mode/look-apres-grossesse/#comments Thu, 02 Apr 2015 22:56:23 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=14396 S’il y a bien un truc que les filles aiment faire, c’est certainement traînasser à lire toutes sortes de choses, que ce soit dans les magazines people, sur les blogs, sur les forums divers et variés (rayez la mention inutile), et je peux vous dire qu’on en lit parfois des vertes et des pas mûres. […]

The post Et si on gardait le style après la grossesse ? appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
S’il y a bien un truc que les filles aiment faire, c’est certainement traînasser à lire toutes sortes de choses, que ce soit dans les magazines people, sur les blogs, sur les forums divers et variés (rayez la mention inutile), et je peux vous dire qu’on en lit parfois des vertes et des pas mûres. Sur tous les sujets. Mais s’il y en a un qui me concerne en ce moment, c’est bien la grossesse et tous ses plaisirs. Ou plutôt, maintenant, la période post-grossesse (mais il y en a à dire sur le avant aussi… on y reviendra peut-être !).

 

J’ai pu lire qu’on ne ferait plus à manger. Qu’il me fallait remplir mon congel de tout et n’importe quoi, mais surtout de nombreux plats préparés, qui me sauveraient la vie le moment venu. Est-ce que j’ose affirmer qu’on mange presque encore mieux depuis ces quelques derniers jours ? Peut-être que ça ne va pas durer… ne crions pas victoire trop vite mais… Une chose est sûre, pour cette première semaine, on arrive encore à passer du temps en cuisine !

 

On peut lire aussi qu’on va se laisser aller. A peine le temps de prendre une douche. Encore moins pour se pomponner. Là, je comprends un peu plus. Ce n’est pas tant le temps qui manque pour prendre sa douche mais plutôt l’organisation à trouver. Autant laisser Mister Caribou seul sur son pouf à quelques mètres de moi pendant que je cuisine, ça ne pose pas de problème, autant l’y laisser lorsque je suis sous la douche et ne le vois ni ne l’entends, ça devient tout de suite plus complexe. Là, j’ai besoin de Mr MonChéri (et j’ai la chance qu’il soit là donc je vous rassure : je me douche chaque jour !!).

 

Par contre, pour ce qui est du style, je dois avouer que c’est plus compliqué. Après avoir porté 9 mois 6 mois (soyons réaliste, on a attendu un peu avant de sauter le pas) des « vêtements de grossesse », faits de jeans à élastiques et autres top rayés (c’est fou ce que la mode pour femmes enceintes tourne quasi uniquement autour des rayures et des poids…), on a juste envie de ressortir un peu la couleur et les formes variées. Sauf que…

 

1. On a toujours du ventre comme si on attendait bébé pour dans quelques mois.

2. Si allaitement il y a, il va falloir apprendre à jongler avec le déshabillage, ou bien opter pour du pratique !

 

Bref, on n’est pas sortis en réalité…

 

Et pourtant, le long hiver Québécois ne fait qu’amplifier cette envie de changement de garde robe, vite vite ! Je veux des robes, du soleil, des fleurs et de la couleur ! Mais je crois qu’on va dans un premier temps miser sur le pratique et « cache misère »…

 

Mini sélection de quelques pièces qui pourraient combler les besoins du moment, dégotées chez Esprit.

 

Esprit-selection

 

L’idée principale étant donc d’avoir des vêtements un peu loose histoire de cacher les formes restantes et gênantes. On dit merci au blouses et autres chemisiers à coupe droite. On cherche aussi des shorts ou autres pantalons qui peuvent donner un petit plus à la tenue sans être prêts du corps, ni trop courts !

 

Côté du haut, si on allaite, on s’oriente vers les top à décolleté qui s’ouvre facilement, merci la boutonnière qui descend suffisamment bas ou le haut cache-cœur. Croyez-moi, vous en aurez vite marre de jongler avec le top à soulever et le débardeur à baisser… Misez simplicité (qui ira souvent avec discrétion) : on retire tout dans le même sens !

 

Et puis, parce qu’on veut quand même se faire un peu plaisir et garder espoir qu’on va vite retrouver son apparence / que le soleil va vite pointer son nez (encore une fois, rayez l’option inutile), on craque pour une petite robe un peu plus ajustée, mais avec l’effet blousant sous la ceinture, on évite tout de même la mauvaise surprise du bidon qui ressort de façon trop voyante / déprimante !

 

Allez, on dit qu’on est prêtes à affronter les semaines  venir tout en restant au top ?!

poignee-mains

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Et si on gardait le style après la grossesse ? appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/mode/look-apres-grossesse/feed/ 0
Le premier jour du reste de notre viehttp://saperlipopette.marine-landre.fr/maman/annonce-naissance/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/maman/annonce-naissance/#comments Tue, 31 Mar 2015 22:10:13 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=14384 26 mars 2015. 6h00 du matin. Montréal.   Photo par Aline Dubois   Un petit cri qui déchire le silence de cette fin de nuit. Le poids et la chaleur d’un petit corps qu’on venait de me poser sur le ventre. Un petit être tout recroquevillé sur lui-même. Celui-là même auquel on a pensé ce soir […]

The post Le premier jour du reste de notre vie appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
26 mars 2015.

6h00 du matin.

Montréal.

 

Baby_3joursPhoto par Aline Dubois

 

Un petit cri qui déchire le silence de cette fin de nuit.

Le poids et la chaleur d’un petit corps qu’on venait de me poser sur le ventre.

Un petit être tout recroquevillé sur lui-même.

Celui-là même auquel on a pensé ce soir du 31 juillet en découvrant son existence, caché tout au fond de moi.

Celui-là même qu’on attendait désormais avec beaucoup d’impatience.

Celui-là même dont on savait la rencontre enfin imminente, la veille au soir, lorsque j’ai dit, timidement, derrière la porte de la salle de bain : « Chéri ? Je crois qu’il faut y aller ».

 

Et pourtant, celui-là aussi, qui est arrivé, transformant d’un coup tout ce qu’on avait pu penser, imaginer, attendre, espérer.

 

La veille au soir, on avait voulu marcher encore un peu, prendre notre temps, tout souriants, car c’était encore une belle journée, pour cette belle nouvelle.

Profiter de l’instant, encore insouciants.

Profiter de ce calme, avant la tempête.

Une tempête qui nous émerveille désormais.

 

26 mars 2015.

6h00 du matin.

Montréal.

 

Un petit être tout parfait qui a débarqué ce jeudi matin, pour ne plus nous quitter, et tout chambouler.

Un petit être tout parfait qui fait de nous des parents, qu’on peut appeler « notre fils », qui un jour dira « papa » / « maman ».

Un petit être tout parfait qui nous transforme en famille.

 

26 mars 2015.

6h00 du matin.

Montréal.

Le premier jour du reste de notre vie.

 

Baby_3joursPhoto par Aline Dubois

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Le premier jour du reste de notre vie appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/maman/annonce-naissance/feed/ 33
Le premier vrai choix à 2 ?http://saperlipopette.marine-landre.fr/grossesse/choix-couple-prenom/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/grossesse/choix-couple-prenom/#comments Tue, 24 Mar 2015 22:48:46 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=14346 Quand tu es en couple, il y a forcément certains choix qui se font à 2. Là où tu étais seule auparavant à prendre tes petites décisions : « Qu’est-ce que je mange ce soir ? », « Est-ce que je sors ce we ? », « Et si je peignais l’entrée en bleu ? », … s’ajoute l’avis de l’autre. Mais […]

The post Le premier vrai choix à 2 ? appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
Quand tu es en couple, il y a forcément certains choix qui se font à 2. Là où tu étais seule auparavant à prendre tes petites décisions : « Qu’est-ce que je mange ce soir ? », « Est-ce que je sors ce we ? », « Et si je peignais l’entrée en bleu ? », … s’ajoute l’avis de l’autre. Mais cela reste généralement des choix plutôt légers et peu impliquants. On se dit d’ailleurs souvent capable (ou non) de faire des concessions pour l’autre. Parce qu’après tout, si les pâtes ne sont pas à la tomate ce soir, elles le seront demain, si le cadre est à droite et non à gauche, on en fera son affaire, et si on part en vacances en Sardaigne et non aux Canaries, ce sera certainement une très belle découverte aussi, et surtout, que partie remise pour la seconde destination !

 

Et puis, il y a des choix un poil plus importants. Des choix de vie. Rester ici ou partir ? Par exemple. Mais après tout, c’est un peu pareil. On prend le pari. On se risque un peu. Mais qui ne risque rien… Et puis si ça ne marchait pas ? Et benh… on rentrera ! Le choix est osé mais… ce n’est pas un engagement à vie !

 

Le jour où on se dit « Je suis prêt(e), faisons un enfant ! ». Aussi. Une vraie volonté d’engagement. Certainement le vrai premier pas vers les vrais choix, les vraies responsabilités. Pour autant, cette décision là est toujours un peu abstraite, non ? Ce n’est pas comme si on signait là tout de suite et que l’enfant allait nous tomber du ciel le jour même. On le décide, on le décrète, certes, mais… qui sait quand cela arrivera ? Et même si cela peut aller très vite, il faudra tout de même attendre 9 mois avant de vraiment se retrouver face à son choix. C’est sûr qu’il s’agit d’un engagement mais un engagement sans date de réalisation, un engagement qui nécessite tout de même, souvent, une phase d’acceptation et de préparation une fois face à la réalité, comme si la décision elle, était un peu surréaliste au moment où on la prend !

 

Photo-grossessePhoto par Aline Dubois

 

Et puis… Un jour il faut choisir un prénom.

 

Et là, c’est différent ! Des bientôt 12 ans (oui oui, aïe aïe aïe !) passés avec Mr MonChéri, c’est certainement la première fois qu’on discute autant sur un sujet, qu’on a autant de mal à se décider, que ni l’un ni l’autre ne dit « Comme tu veux » ou un simple « Ok » mais que toutes les suggestions, toutes les réponses sont, au contraire, bien argumentées.

 

C’est certainement, finalement, le premier vrai choix, la première vraie de vraie décision à prendre à 2. Celle qui va nous engager pour la vie, et surtout, au-delà de nous, celle qui va impacter la vie de notre MiniNous. Le premier choix qui n’est plus modifiable une fois qu’il sera inscrit sur ce bout de papier, d’ici à peine quelques jours. Le premier choix qui nous accompagnera jusqu’à la fin de nos jours. Le premier choix qu’on entendra certainement tous les jours du reste de notre vie. Le premier choix pour lequel nous devons être tous les deux 100% alignés. Le premier choix pour lequel il ne s’agit plus de dire « Allez, on prend le risque » ou encore « Ok mais pour le prochain ce sera… ».

 

D’ailleurs, si on nous demande bien sûr s’il s’agit d’un p’tit gars ou d’une p’tite fille (bien que souvent, en vrai, on me dise « C’est un garçon, n’est-ce pas ? Oh, ça se voit ! »), la question la plus fréquente à laquelle on doit répondre après cela est certainement celle du prénom.

« Et alors, vous avez choisi ? »

« NON ! »

 

Et puis quoi qu’il arrive, chuuuut, on ne vous le dirait pas ! Hors de question de se faire influencer, de se faire remettre des doutes en tête, de se faire critiquer et que cela remette tout en question. Parce que, ce choix, s’il est le premier ayant autant d’impact, n’est, de surcroît (et par la force des choses me direz-vous), pas vraiment évident. Chacun ayant son avis sur tout, ses références aussi, souvent différentes. Trouver l’accord à 2 est déjà compliqué, alors quand on ouvre en plus la discussion pour savoir « ce qu’on en dira » je ne vous raconte pas… On voudrait à la fois ne pas être comme Mr Mme ToutLeMonde, mais rester suffisamment commun pour autant histoire de ne pas prendre de risque non mesuré. Eviter le trop original, trop classique, trop long, trop farfelu, trop ancien, trop connoté, … Aucun prénom ne sera jamais parfait pour tout le monde mais tant qu’à faire, limitons les risques. On doit aussi prendre garde à ce qui nous semble « mignon » aujourd’hui mais devra être capable d’accompagner « un homme » dans sa vie d’adulte aussi… (Oublions donc le mode « futurs parents gaga » le temps d’un instant…).

 

Un choix à 2, que nous devrons assumer à 2 (et à 3 !), aimer à 2 (et à 3 !).

Un premier vrai choix.

LE premier vrai choix.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Le premier vrai choix à 2 ? appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/grossesse/choix-couple-prenom/feed/ 13
Mes bonnes adresses [FOOD] Montrealaiseshttp://saperlipopette.marine-landre.fr/montreal-canada/guide-bonnes-adresses-nourriture/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/montreal-canada/guide-bonnes-adresses-nourriture/#comments Mon, 23 Mar 2015 16:02:41 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=14350 Je dis souvent que finalement, on trouve de tout ici. Finalement, parce que oui, c’était un à priori avant d’arriver au Canada : On ne va pas trouver ce qu’on veut côté alimentaire. Ce cliché de l’Amérique du Nord. Ce cliché du bon fromage français. Ce cliché de nos fruits et légumes. De nos bonnes boulangeries. […]

The post Mes bonnes adresses [FOOD] Montrealaises appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
Je dis souvent que finalement, on trouve de tout ici. Finalement, parce que oui, c’était un à priori avant d’arriver au Canada : On ne va pas trouver ce qu’on veut côté alimentaire. Ce cliché de l’Amérique du Nord. Ce cliché du bon fromage français. Ce cliché de nos fruits et légumes. De nos bonnes boulangeries. De la charcuterie. … Et puis, une fois que tu prends tes marques, que tu fouilles un peu, que tu parcours ton quartier ou même un peu plus loin, tu finis par te rendre compte qu’à Montréal, on trouve tout ce qu’on veut ! Je ne vais pas vous dire que je mange un plateau de fromages tous les soirs, ni que j’achète ma baguette chaque jour en sortant du métro. Non. Mais le jour où mes habitudes de petite française me manquent, le jour où j’ai envie de quelque chose en particulier, et bien, je connais les adresses, je fais le détour, je trouve ce que je veux ! Et le reste du temps ? Je mange TRÈS correctement aussi ! Pas si différemment que ça de chez nous !

 

Voici donc un petit répertoire de quelques-unes de nos adresses préférées pour faire nos courses (ou plutôt « faire notre épicerie » comme ils disent ici) à Montréal !

(Certaines adresses sont bien sûr proches de notre quartier (Mais pas que), j’imagine que beaucoup pourraient trouver leur bonheur ailleurs ! La liste n’est donc que celle de nos habitudes personnelles, pas celles de toutes les bonnes adresses Montréalaises !)

 

bonnes-adresses-montreal

 

Où acheter du bon pain à Montréal ?

>> Boulangerie Les délices d’Amandine

2181 rue Sainte Catherine Est
Montréal, QC H2K 2H9

 

Notre nouveau QG du samedi matin ! Ici, la baguette pourrait avoir été achetée dans une boulangerie au détour d’une rue parisienne que tu y croirais. Et je ne te parle pas du pain de campagne !

Le samedi, les croissants sont 2 pour 1 ! Ce qui défie toute concurrence à Montréal, les prix étant déjà très abordables dans cette boulangerie. On a donc pris nos petites habitudes.

Attention par contre, ne vous faites pas avoir, c’est fermé le dimanche !

 

Où acheter du fromage à Montréal (sans se ruiner) ?

Le fromage à Montréal, ce n’est pas une denrée rare ! Tu en trouves en supermarché, et dans les boutiques attenantes à pas mal de marchés (Marché Atwater, Marché Jean Talon, …). Mais avouons que les prix sont souvent bien plus élevés que ce qu’on voit généralement en France, pour des qualités et des saveurs pas toujours au rendez-vous.

 

>> Fromagerie Atwater du marché Saint Jacques

1125, rue Ontario Est
Montréal, QC H2L 1R2

 

A la fromagerie Atwater du marché Saint Jacques (pour celle qu’on connaît, mais plusieurs adresses à Montréal), les prix restent raisonnables et le choix est là. Attention, on n’y va pas non plus pour acheter du Roquefort Papillon de chez nous mais les tenants des lieux se feront un plaisir de vous présenter tout un tas de fromages du Québec (et du Canada aussi, mais les 2 n’étant pas à confondre !). On y a découvert un  cheddar bien d’ici (Avonlea 2 ans) mais qui pourrait entrer en compétition avec bien des fromages qu’on affectionne et qui sont pourtant moins goûteux ! Et oui, tant qu’à acheter du fromage au Québec, on tente tout de même de découvrir des choses d’ici ! Mais vous trouverez le reste aussi ! Pour l’instant, le choix est limité au sans lait cru pour ma part mais les bleus semblent pas mal et on va bientôt se faire plaisir !

 

Où acheter de la bonne viande à Montréal ?

>> La Maison Du Rôti

1969 Avenue du Mont Royal Est
Montréal, QC H2H 1J4

 

La Maison du Rôti, c’est un peu le QG du français qui habite sur le plateau ! Ici tu trouves de tout, du boudin au gigot en passant par la côte de bœuf. Mais attention, pour cette dernière, on a une adresse toute particulière !

 

>> La Boucherie Père et Fils

1881 Avenue du Mont-Royal Est
Montréal, Qc H2H 1J3

 

Tu veux acheter une bonne côte de bœuf ? Voilà l’adresse incontournable ! Sur internet, c’est d’ailleurs écrit : « Il n’aura pas fallu très longtemps à Olivier Dupuis, maître boucher d’origine française [qui a remporté 3 fois le titre de meilleur boucher de France… rien que ça, mais ça explique tout !], pour se rendre indispensable aux amateurs de bonnes viandes du quartier ».

IN-DIS-PEN-SA-BLE ! Vivement qu’on rallume le barbecue cet été tiens ! Ici tu ne trouves pas de la simple côte de bœuf mais aussi des viandes vieillies (60 jours), ce qui donne encore plus de saveur au tout !

Et puis, même si vous ne venez pas pour acheter, un détour pour passer devant la boutique où les carcasses d’animaux et les côtes de bœuf à vieillir sont exposées, ça vaut le coup d’œil !

 

>> Boucherie Viande S.G. du Marché Saint Jacques

1125, rue Ontario Est
Montréal, QC H2L 1R2

 

Pour tout le reste (c’est-à-dire à moins d’une recherche particulière ou d’une envie de côte de bœuf, notre nouveau boucher du quotidien c’est Viande S.G. au marché Saint Jacques. On y trouve un choix varié, une viande toujours tendre, et des prix raisonnables.

Le bacon y est aussi vraiment bon ! (Oui oui, nous avons désormais toujours du bacon dans notre frigo !) (Plus de jambon blanc par contre – ou rarement > Pour celui-ci, rendez-vous à la fromagerie du même marché, citée plus haut !).

 

>> La réserve du Comptoir

2000 rue Amherst 

Montréal, QC H2L 3L9

 

Amateurs de saucisson, c’est ici qu’il vous faut venir ! D’ailleurs, on n’y va que pour ça ! (Mais c’est juste en face du Marché Saint Jacques donc le détour est souvent minime).

 

>> Boucherie Prince Noir du Marché Jean Talon

7070 Avenue Henri Julien
Montréal, QC H2S 3S3

 

Si vous souhaitez un peu de diversité, vous devriez trouver votre bonheur ici : cheval, lapin, cerf, … ici, il y a de tout !

 

>> Boucherie PorcMeilleur du Marché Jean Talon

7070 Avenue Henri Julien
Montréal, QC H2S 3S3

 

A un pas de la précédente, on entre ici uniquement (ou presque) pour acheter du bacon ! Le meilleur qu’on trouve nous semble-t-il mais on doit avouer ne pas faire le détour juste pour ça !

 

Où acheter son poisson à Montréal ?

>> La Mer

1840 Boulevard René-Lévesque Est

Montréal, QC H2K 4P1

 

La Mer, c’est excentré, mais ça vaut le détour ! Poissons entiers ou en filet, homards vivants, et petits à côté (il y a une petite épicerie attenante qui regorge de 1001 produits ! Et aussi de boîtes Saupiquet pour ceux qui sont en manque ! Haha).

C’est ici qu’on vient chercher le saumon pour faire notre saumon fumé maison. On embarque le poisson entier côté de la pièce froide puis un petit poissonnier nous le récupère de l’autre côté en nous demandant comment on le souhaite ? En filets… (et sans arrête svp) parfait !

 

Où acheter de bons fruits et légumes à Montréal ?

A Montréal, si vous souhaitez de bons frutis et légumes à des prix raisonnables, fuyez les supermarchés ! Vous allez rapidement être effrayés sans ça !

Et aussi étonnant que cela puisse paraître, même si Montréal est célèbre pour ses marchés, ce n’est pas notre lieu de prédilection pour acheter les légumes qui y reviennent finalement assez vite cher (Rha cette habitude de ne pas indiquer les prix au kg mais au panier !…). Finalement, il nous arrive de nous approvisionner de quelques denrées à Jean Talon lorsqu’on y passe, on profite aussi parfois de « ventes en gros » qui sont plus intéressantes lorsqu’on sait qu’on a vraiment besoin / envie d’un fruit / légume en particulier, mais on n’y vient pas (plus) pour remplir notre panier hebdomadaire.

 

>> Fruitamine

1880 (ou quelque chose comme ça) rue Sainte Catherine Est
Montréal, QC H2K 2H5

 

Fruitamine, c’est la nouvelle adresse préférée de Mr MonChéri. Une belle variété, des prix intéressants, souvent des offres 3 (barquettes) pour 5$ et un personnel sympa. Que demander de plus ?

 

De nombreuses petites boutiques du genre existent un peu partout dans Montréal. Je ne peux pas vous assurer qu’elles présentent toutes de bons produits, à un bon prix, mais allez y jeter un œil !

 

>> Panier de légumes Bonne Boîte Bonne Bouffe

Plusieurs points de vente dans Montréal, on a la chance de profiter d’un ami qui nous fait les livraisons. Le panier arrive tous les 15 jours et c’est la surprise pour le contenu, mais on aime ça ! Et surtout… tu ne peux pas trouver meilleur marché ! A 7$, on a des légumes pour la semaine pour 2 personnes, et on en mange vraiment à chaque repas !

 

Et pour le reste ?

Il y aurait bien d’autres adresses à citer ici et je suis sûre qu’on a encore de quoi en découvrir d’autres dans les mois à venir. Mais voici encore quelques petits incontournables en vrac !

 

>> Epices Anatol

6822 St Laurent
Montréal, QC H2S 3C7

 

LA boutique préférée de Mr MonChéri, toutes catégories confondues ! Oui oui ! Et j’avoue, j’aime bien aussi ! Ici, c’est une boutique d’épices alors is vous aimez assaisonner vos plats, venez donc y remplir vos placards ! Mais vous trouverez aussi tout un tas d’autres merveilles et de produits en vrac. C’est simple, tu ne trouves pas quelque chose à Montréal ? Rendez-vous chez Anatol ! (Bon, on parle de produits secs, ne vient pas chercher viande ou fromage, tu me ferais mentir !).

De notre côté, on y achète herbes aromatiques et épices mais aussi de quoi faire notre pâtisserie (poudre d’amandes, farine de boulanger, diverses pépites ou palets de chocolat, …), nos céréales, de la farine de blé pour les pâtes maison, des pistaches à foison (je vous ai déjà parlé de ma passion pour les pistaches ?!), …

 

>> Crêperie Chez Crepanita du marché Saint Jacques

1125, rue Ontario Est
Montréal, QC H2L 1R2

 

Parce que oui, on peut y aller pour manger (bruncher !) mais pas que (et on reviendra avec un autre article pour les adresses où manger à Montréal) ! Je m’arrête de temps en temps y acheter un petit dessert : les sablés bretons et autres Kouign Amann y étant à tomber ! Et je ne vous parle pas du pot de Chocowan ou de caramel maison… Puis, les propriétaires sont les plus adorables du monde alors… ça n’est qu’encore mieux ! (Je dois même confesser « qu’à cause d’eux », il nous est arrivé une fois, à nous, adeptes de la cuisine maison, de se ramener des galettes de sarrasin pour le dîner du soir ! Une première…).

 

>> Dépanneur Peluso

 2500 Rue Rachel Est
Montréal, QC H2H 1S1

 

Ici, c’est pour les amateurs de bières de microbrasseries (québécoises bien sûr !), et donc pour ceux qui aiment varier les plaisirs pour leur bouteille du vendredi soir. Je n’ai pas encore pu profiter de cette belle adresse côté dégustations mais seulement en accompagnatrice pour l’instant et je dois dire que j’ai hâte de pouvoir y ouvrir quelques-unes des bouteilles vues sur place !

 

>> Adonis

2173 Rue Ste-Catherine Ouest
Montréal, QC H3H 1M9

 

Adonis (plusieurs adresses à Montréal), enfin, c’est souvent la solution à toutes tes recherches. La caverne d’Alibaba pour les produits frais cette fois-ci.

Fromages : le choix est limité mais tu y trouveras ton bonheur le tout très bon marché pour la feta, la mozzarella (la vraie !) et la Fourme d’Ambert par exemple.

Viande : plutôt abordable aussi et c’est surtout intéressant pour venir faire quelques réserves avant un grand barbecue entre amis !

Poisson : le rayon offre souvent quelques promotions intéressantes ! A surveiller aussi donc.

Et pour le bonus : le paquet de pain de mie n’est certes pas le meilleur mais bien le meilleur marché ici ! 1,89$ le méga paquet alors qu’on le trouve à plus de 3,5$ n’importe où ailleurs !

 

>> Berendo Café

Achat en ligne

 

Parce qu’ils te livrent ton café le jour même de ta commande, qu’ils sont hyper sympa, et que bien sûr, le café est BON ! (J’en parlais ici).

 

>> Marchés

Parce que même si on n’y va pas forcément pour faire notre plein de courses, il fait bon s’y promener, surtout l’été, au détour d’une balade à vélo, pour traverser les allées pleines de fleurs… (et en automne pour admirer les jolies citrouilles !).

 

Voici pour le fun une petite présentation glanée sur le net des 2 principaux marchés de Montréal, j’ai nommée Marché Jean Talon et Marché Atwater.

 

Marchés Montreal Jean Talon Atwater

 

Et hop, vous voilà armés pour que votre assiette survive à Montréal !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Mes bonnes adresses [FOOD] Montrealaises appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/montreal-canada/guide-bonnes-adresses-nourriture/feed/ 0
HomeMade Pasta [100% – Sans Machine]http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/recette-pates-maison-sans-machine/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/recette-pates-maison-sans-machine/#comments Thu, 19 Mar 2015 19:23:23 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=14332 Des années (sans exagérer !) qu’on parle de faire nos pâtes maison et que jamais nous n’avions sauté le pas. La recette des pâtes maison est pourtant toute simple mais… La faute à « pas de machine ». Des mois que la version KitchenAid me faisait de l’œil mais qu’on n’a pas sauté le pas pour autant. […]

The post HomeMade Pasta [100% – Sans Machine] appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
Des années (sans exagérer !) qu’on parle de faire nos pâtes maison et que jamais nous n’avions sauté le pas. La recette des pâtes maison est pourtant toute simple mais… La faute à « pas de machine ». Des mois que la version KitchenAid me faisait de l’œil mais qu’on n’a pas sauté le pas pour autant. La faute au prix. Sérieusement… Quand on sait qu’une machine à pâtes coûte aujourd’hui dans les 20$ / 30$ pour les modèles de base, pourquoi donc aller en mettre 300$ pour l’adapter sur notre beau KitchenAid, certes, mais quand même… C’est démesuré ! Surtout que soyons honnêtes… Que fait-elle de plus ? Pas grand grand chose…

 

Et puis, l’autre soir, je rentre à la maison et Mr MonChéri me dit « J’ai fait de la pâte pour des pâtes maison ». « Ah oui ? Mais comment on s’en sert maintenant ? » « Justement, je t’attendais pour que tu l’étales ». Oui oui, il est gentil Mr MonChéri… Autant il fait la cuisine à merveille. Autant il a des blocages sur quelques trucs. La vinaigrette de la salade. Ça m’est réservé. L’étalage des pâtes en tous genres. Ça m’est aussi réservé. Mais alors l’étalage de la pâte à pâte (vous me suivez ?) celle-ci on ne me l’avait jamais faite… Imaginez-moi dans ma cuisine, à peine rentrée du boulot, mon ventre plus gros que moi-même, admirant cette jolie boule de pâte et me demandant comment j’allais me sortir de ce nouveau défi culinaire…

 

recette-pates-maison

 

Et bien, vous savez quoi ? 

On ne fait que recommencer depuis ! 

  • 1. On avait arrêté de manger des pâtes (ou presque) et on s’en re-donne à coeur joie !
  • 2. Hors de question de racheter des pâtes industrielles (bon ok, ça dépanne bien quand même).
  • 3. Après quelques entraînements sur la classique tagliatelle, on s’amuse maintenant à varier les plaisirs : lasagnes, ravioli ! (Et ceux-ci on eu du succès, j’ai loupé le coche et pas fait de jolies photos mais je vous reviens très vite pour vous les présenter ! Laissez-nous juste le temps d’en re-manger !)
  • 4. Prochaine étape ? Aromatiser la pâte elle-même pour encore d’autres plaisirs à découvrir ! On attend l’été et les herbes du jardin avec impatience !

 

recette-pates-maison

 

Recette pâtes maison – sans machine ! [Version tagliatelles]

Quantités pour 2 personnes – suffisant pour plat principal.

  • Dans le bol du KitchenAid (ou tout autre robot, ou dans un saladier avec un peu d’huile de coude), verser 200g de semoule de blé, 2 œufs entiers et 1 cuillère à café d’huile d’olive. (On ne met pas de sel ! Ça, c’est pour l’eau de cuisson dirait Mr MonChéri !)
  • Mélanger jusqu’à l’obtention d’une jolie boule de pâte bien homogène.

 

recette-pates-maison

 

  • Envelopper la boule dans du papier cellophane et placer au frigo pour environ 1h (minimum, mais peut rester bien plus)
  • Sur un plan de travail bien propre, mettre un peu de farine puis prendre votre mal en patience pour étaler la pâte. Pas d’inquiétude : au départ, elle va vous paraître pas mal récalcitrante (du genre « Ok je ne vais jamais y arriver, Chériiiiiiiii c’était une très mauvaise idée !! »), rester épaisse quelques coups de rouleau et puis… la magie va opérer et d’un coup d’un seul tout se débloque. Je ne dis pas non plus qu’elle s’étale toute seule mais honnêtement il est presque facile de la rendre très fine ! Pour ma part, je retourne ma pâte quasiment à chaque coup de rouleau. Je suis ainsi sur une surface bien farineuse qui ne colle pas du tout à mon plan de travail. Elle glisse et s’étale donc bien plus facilement. (N’ayez pas peur de rajouter de la farine si besoin !). La seule difficulté au premier essai réside certainement dans le fait de trouver la bonne épaisseur, le bon moment où s’arrêter d’étaler, ni trop tôt (pour éviter les pâtes trop épaisses) ni trop tard (pour assurer suffisamment de tenue). Faites-vous confiance ! Vous devriez avoir l’œil !

 

recette-pates-maison

 

recette-pates-maison

 

  • Placer votre pâte étalée sur une planche à découper puis couper des bandes (pas trop larges) pour former les tagliatelles. (Pareil, on n’a pas « d’étendoir » à pâtes mais on fait très bien avec les moyens du bord, chez nous, la passoire (et ses poignées surtout) a trouvé une seconde utilité !)

 

recette-pates-maison

 

recette-pates-maison

 

  • « Étendre » vos pâtes ainsi obtenues pour les laisser sécher une demie-heure au moins avant de les plonger dans l’eau bouillante et salée pour 3 minutes chrono !

 

recette-pates-maison

 

recette-pates-maison

 

Et voilà, le tour est joué !

Alors, compliqué ? Vous vous lancez ?

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post HomeMade Pasta [100% – Sans Machine] appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/recette-pates-maison-sans-machine/feed/ 9