Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle http://saperlipopette.marine-landre.fr Blog lifestyle : cuisine, beauté, mode, voyages, déco, ... Actuellement à Montréal ! Thu, 29 Jan 2015 04:00:07 +0000 fr-FR hourly 1 http://wordpress.org/?v=4.1 Montreal & Moi, un an de decouverteshttp://saperlipopette.marine-landre.fr/montreal-canada/expatriation-bilan-un-an/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/montreal-canada/expatriation-bilan-un-an/#comments Thu, 29 Jan 2015 03:39:45 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=14076 Il y a tout juste un an, j’arrivais à Montréal avec mes bagages, ma maison dans un sac (ok, plus d’un…), prête pour la nouvelle aventure, la nouvelle vie qui me tendait les bras.   Les choses ont pas mal changé depuis que j’ai refermé la porte de ce chez moi / chez nous en ce […]

The post Montreal & Moi, un an de decouvertes appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
Il y a tout juste un an, j’arrivais à Montréal avec mes bagages, ma maison dans un sac (ok, plus d’un…), prête pour la nouvelle aventure, la nouvelle vie qui me tendait les bras.

 

Les choses ont pas mal changé depuis que j’ai refermé la porte de ce chez moi / chez nous en ce 28 janvier 2014… et c’est désormais Montréal qui est mon quotidien, notre chez nous.

Mais alors, qu’est-ce qu’on en pense de cette nouvelle vie / ville ? 

 

Un bilan plutôt positif globalement avec de jolies découvertes, une ville agréable à vivre, des marques prises rapidement, et même de vraies habitudes comme si on avait toujours été là. Et puis, des points qu’on apprécie moins, aussi, parce que, rien ne peut être tout rose, et c’est bien normal.

 

En me remémorant ce moment, ce départ, il y a un an, je me suis demandé comment avait été cette dernière soirée, ces derniers instants. Le jour-même, le rush avec la valise qui ne fermait pas, l’improvisation d’un second sac (ou troisième ??), les dernières choses à ranger, la course quoi ! Mais je me revois aussi la veille au soir : une dernière soirée qu’on avait accompagnée de queues de homard avec Mr MonChéri, s’offrant un dernier bon repas ensemble avant que je ne parte seule pour le début de l’aventure. Qui l’eut cru qu’un an après le homard pourrait presque être l’un de nos plats quotidien ?! (Qu’il vient de me faire remarquer !). Premières observations donc : l’alimentation !

 

L’alimentation à Montréal

Je pense que l’alimentation, les habitudes alimentaires, les supermarchés, les produits locaux, … étaient l’une de mes craintes. Craintes ou à priori. Ne pas trouver ce que je veux. Ce dont j’ai l’habitude. Payer cher au restaurant. Manger peu de légumes, …

 

De vrais à priori puisque finalement, c’est plutôt l’une de nos bonnes surprises.

 

Un an après, on a pris nos marques, nos habitudes, nos nouvelles adresses. (Je vous prépare d’ailleurs un petit article sur le sujet !).

 

Alors certes des choses me (nous) manquent (un peu) mais finalement vraiment pas tant que ça. Tout n’est peut-être pas organisé comme chez nous (en France) mais une fois que tu sais où aller, tu ne devrais pas manquer de grand chose. On trouve autant de fruits et légumes qu’on le souhaite. De la viande parfois meilleure que celle de France. Et vraiment pas plus chère. Des poissons en veux-tu en voilà, et la fameuse période du homard au début de l’été où les prix sont juste fous fous (genre 15$ pour 2 homards vivants…). On trouve aussi de la charcuterie, finalement assez abordable. Et du fromage à prix raisonnable. Quasiment en tous genres.

 

fromage-quebec

 

Bref, on n’est pas malheureux ! (Et même si je me plains des formules « brunch » qui sont ici une simple carte de plats adaptés pour le week-end, j’ai tout de même une liste de bonnes adresses où bruncher à Montréal !)

 

Et si on me demande si quelque chose me manque, je dirais que le seul truc est certainement les desserts type desserts laitiers / rayon frais qu’on peut trouver par millier dans les supermarchés français (Gü… mon amour !), mais pas grand chose d’autre. Ah si allez, on pourrait ajouter la vraie crème fraîche et la pâte feuilletée au rayon frais ! Mais on a même récemment dégoté une boulangerie pas si loin que ça de chez nous, qui pratique des prix raisonnables, alors, c’est sûr, on ne s’arrête pas tous les soirs pour acheter notre baguette en rentrant du boulot. Mais on fait bien avec.

 

Et puis, comme je dis souvent, si on venait vivre à l’étranger avec pour idée de reconstruire exactement sa vie française… quel intérêt ?!

 

Alors oui, quand je rentre en France, je reviens ici avec une partie de mon sac rempli de bonnes choses, mais je crois qu’au fond c’est probablement davantage pour le côté rassurant que pour la vraie nécessité.

 

Côté des Québécois, il ne faut pas croire qu’ils mangent si différents que cela de nous. Même si oui, ils apprécient la poutine ! (et le bacon !). Par contre, les heures des repas diffèrent. Ici, 12h pétantes, tout le monde a sorti sa boîte à lunch (et parfois même 11h30 !). Pareil le soir. 18h serait presque tard pour la plupart d’entre eux. Autant vous dire que si vous souhaitez trouver un resto en dernière minute à 21h, il va parfois falloir chercher un peu pour que le service ne soit pas terminé…

 

Et puisqu’on parle alimentation, j’en viens aux recettes et plus précisément aux unités de mesure qui sont différentes. Mais le pire c’est que tu n’utiliseras même pas la même unité de mesure d’un ingrédient à l’autre ! Le prix des légumes est affiché à la livre (indiqué « lb » d’ailleurs… ne me demandez pas pourquoi !). La farine se « pèse » en cup. On parle aussi de cuillères, qui peuvent être à soupe, à café, à thé, … Et on peut aussi trouver des onces ! Bref… je suis perdue ! (Et rien n’à voir avec l’alimentation mais puisque nous sommes dans les mesures… une personne va être grande de x pieds alors qu’une distance elle, sera bien indiquée en mètres… de quoi devenir fou !).

 

Le logement à Montréal

En un an j’ai connu 3 logements différents. Mon premier mois dans un Airbnb (petit lien de parrainage au passage pour les intéressés) assez énorme pour moi toute seule, mais dans lequel je n’étais finalement pas si mal. J’ai ensuite déménagé dans un petit studio pour 2 mois, où j’étais accompagnée de quelques souris qui venaient me rendre visite le soir… Puis 1er mai, arrivée dans notre jolie maison où nous sommes actuellement !

 

Au final, 3 quartiers totalement différents. Mais qui avaient tous leurs avantages. 3 logements totalement différents aussi.

 

A Montréal, en pleine ville, on trouve donc de tout : du « condo » tout neuf dans une tour en centre ville, avec piscine et salle de sport à l’américaine, à la petite maison individuelle dans un endroit où on ne l’attendait pas, en passant par, bien sûr, le fameux triplex, qui n’est en réalité, pas un appartement de 3 étages pour toi, mais bien un mini immeuble divisé en 3 logements, un par étage, le tout avec souvent le charme de l’ancien, pourquoi pas un mur en briques, un escalier extérieur (ou parfois intérieur), et des murs et planchers épais comme une feuille de papier. Ce qui est sûr c’est qu’un logement est chose assez facile à trouver à Montréal. Selon les critères bien sûr mais le marché est assez riche et flexible sur les conditions. Il y a beaucoup de passages et donc de départs (notamment avec les français qui n’y sont pas pour rien) et s’il est souvent dit que la meilleure période pour déménager (et donc trouver un nouveau logement) est le 1er juillet, je vous assure que c’est possible en tout temps !

 

De notre côté, on se rend tout de même compte qu’ici, les standards ne sont pas vraiment les mêmes que chez nous. Isolation sonore, thermique, lumineuse, … pas certaine qu’ils connaissent tout ça. Finitions approximatives. Cache misère ou même image haut de gamme mais finalement remplie de petits défauts… On est aujourd’hui ravis dans notre petite maison. On a de la place avec nos 3 chambres et 2 salles de bain. De jolies prestations (avec une douche de folie, une baignoire plus grande que nous 2 et une belle cuisine !). Un bel espace extérieur aussi (2 en vrai, puisqu’un par étage). Et on en profite bien ! Le tout pour un prix équivalent à un 2 pièces de 50m2 à Paris (et encore, pas en plein centre !) alors que nous sommes dans Montréal même (d’ailleurs ici on ne comptera pas les pièces comme chez nous mais en 1 1/2, 2 1/2, 3 1/2, etc puisque la salle de bain sera une 1/2 pièce et la cuisine, si elle est séparée, comptera pour 1 pièce à part entière.). Mais j’ai du apprendre à faire abstraction du bruit extérieur, de la lumière la nuit, des petits défauts qui m’horripilent, …

 

La vie professionnelle à Montréal

J’ai du le dire déjà mais ici, le vrai plus, c’est l’équilibre vie pro / vie perso (Olala je me crois dans ma boîte où on entend à longueur de temps ce warning sur le « vie pro / vie perso » que ce soit en France ou ici… au final je ne sais pas si on en parle autant ailleurs ? Bref.). Un vrai étonnement en arrivant à mon nouveau bureau il y a donc tout juste un an (moins 2 jours puisque j’avais tout de même une journée off pour avancer sur toute la paperasse de l’arrivée avant de me lancer dans ce nouveau défi !) quand j’ai vu la majorité de l’équipe se lever pour rentrer à la maison alors qu’il était à peine 17h… Improbable en France ! J’ai cru que tout le monde arrivait donc beaucoup plus tôt le matin et que la journée était simplement décalée. Mais non.

 

Ici, le soir, tu as le temps de déconnecter. Tu peux faire les courses, du sport, la cuisine, un apéro avec des amis, et même encore regarder un film (sans t’endormir !) après ça. Pour tout vous dire, c’est même au point que j’ai trouvé mes premières soirées vraiment très très longues… du genre à me demander ce que j’allais bien pouvoir faire pour ne pas me retrouver au lit à 21h… (Je vous rassure, après quelques rencontres, et aussi une fois la vie à 2 retrouvée, on prend vite de nouvelles habitudes, les questions sont loin derrière moi et le temps me semble désormais passer beaucoup trop vite ! Ce qui est vrai par contre c’est qu’au final, on dort tout de même un peu plus tôt ici qu’on ne le faisait en France, et pour en avoir discuté autour de moi, cela semble être un fait partagé par beaucoup !).

 

A côté de ça, ne vous attendez pas à prendre 10 pauses café dans votre journée de travail. Non. Ici, la discussion autour de la machine à café n’existe pas ! Jamais ! Tout comme la pause déjeuner. Alors, cette dernière arrive, parfois, mais… c’est presque quelque chose qui doit être organisé ! Les journées de travail ne sont donc finalement pas plus courtes. Simplement plus concentrées. On ne perd pas de temps ailleurs… Assez déstabilisant au début. Et puis, j’ai pris l’habitude de cuisiner 2 fois plus que nécessaire pour ranger un reste dans un tupperware que je mange rapidement face à mon ordinateur au bureau… même si j’accepterais volontiers d’aller m’asseoir 1/4 d’heure à papoter autour d’un café une fois de temps en temps…

 

Mais l’ambiance n’est pas tendue pour autant. Bien au contraire même. Ici, on ne connaît presque pas ce stress et ce mauvais esprit (ou mauvaise humeur) qui peut parfois peser des journées entières en France (ok en ce moment, je suis débordée, et donc stressée mais loin de nous l’ambiance pesante que cela pourrait provoquer en France).

 

Les week-end à Montréal

Encore plus vrai l’été que l’hiver, j’ai le sentiment que mes week-end ici sont une réelle déconnexion de ma semaine. (Les soirs l’étant généralement déjà pas mal, on est donc vraiment loin de la routine métro boulot dodo parisienne !).  Certainement cet esprit station balnéaire qu’adopte la ville dès les premiers rayons de soleil qui arrivent. Et ça, c’est vraiment chouette ! L’été dernier est passé à une vitesse folle entre les balades à vélo, les après-midi au parc et les journées barbecue sur la terrasse !

 

velo-montreal

 

village-ephemere-montreal

 

On part aussi en week-end en chalet. Hiver comme été, c’est comme le loisir préféré de tout bon Québécois.

 

Saint-bruno-montreal-automne

 

Fini par contre nos virées à l’étranger le temps d’un week-end prolongé. Et oui, ici, on est en Amérique du Nord. Les distances ne sont plus les mêmes. Tout est grand. Tout est loin. On voit du paysage Canadien (Québécois principalement !) mais ça s’arrête là. On repassera pour les week-end à découvrir d’autres cultures le temps de quelques jours. On ne peut pas dire que c’est un réel manque à date : on a plein de choses à voir ici ! Mais c’est un point qui ressort tout de même assez souvent dans  les discussions. Si tu souhaites partir en vacances une petite semaine tout en changeant vraiment d’air, les destinations suffisamment proches restent finalement assez limitées.

 

Les vacances au Canada

Haha, le revers de la médaille justement ! Et oui on a un vrai équilibre vie pro / vie perso pendant toute l’année. On déconnecte en sortant du boulot. On passe de vrais week-end qui parfois peuvent sembler de mini-vacances. Mais les vacances justement… 10 jours en tout et pour tout ! Allez j’exagère, je dois en avoir 12… Autant vous dire que si vous souhaitez rentrer en France pour Noël, votre capital annuel est déjà dépassé !  Par contre, il paraît qu’ici cela se fait très bien de prendre du sans solde. Impensable pour moi auparavant. Je n’ai pas testé encore puisque sur cette première année… je n’ai pas posé une seule journée !

 

La technologie au Canada

Grand étonnement pour moi qui voyais le Canada comme partie intégrante de l’Amérique du Nord, terre natale (entre autres) de toute la technologie qu’on peut connaître. Ici, l’accès à la technologie est cher !! Téléphone portable (cellulaires) ou forfait internet… oubliez les combo défiant toute concurrence qu’on peut connaître en France. Ici, il faudra vider votre porte-monnaie chaque mois, et encore… vous n’aurez rien d’illimité !

 

La vie d’expat à Montréal

Comme je le disais au moment du départ, j’ai déjà vécu à l’étranger : je suis partie à plusieurs reprises pour quelques mois en Italie, quasiment 1 an à San Diego, 6 mois à New York, … bref, la vie ailleurs, je connais. Ce que je connaissais moins (voire pas) est la vie ailleurs à durée indéterminée. Non je ne sais pas quand sera la prochaine fois que je rentre en France. Je ne sais pas pour combien de temps. Ce que je sais par contre c’est que ce sera encore la course, un marathon harassant pour réussir à voir tout le monde dans un temps donné, à emmagasiner tous ces souvenirs ensemble comme pour reprendre une bouffée de cet amour, de ces amitiés, …

 

Mais surtout, je ne sais pas combien de temps encore je vais rester ici à Montréal. La projection est différente. Chaque jour est un de plus ici et nous sépare un peu plus de là-bas. Chaque jour nous apprend à apprécier un peu plus notre vie ici, oublier un peu plus celle de là-bas. Mais parfois chaque jour peut aussi agrandir un peu plus le manque de là-bas, la distance avec les amis, la famille, les prises de conscience sur ces gens à qui on ne parle plus, ces gens qu’on a perdus. Le manque de spontanéité dans les relations. L’absence de cette amie à qui on aimerait passer un coup de fil sur le chemin du retour du boulot parce que vraiment, la journée était pourrie. Mais oh. Wait. Il est minuit passé chez elle ! Alors ce sera pour une prochaine fois. Et puis finalement, la journée pourrie sera loin. On aura planifié l’appel. On ira à l’essentiel, au résumé des derniers jours, dernières semaines. Et puis on se dira qu’on se rappelle vite. Et le temps passera lui aussi très vite. Leur vie avance. La nôtre aussi. Et elle n’est plus vraiment la même. On ne fait plus réellement partie de celle de l’autre. Même si bien sûr, on ne s’oublie pas !

 

Alors oui, on se fait aussi de nouveaux amis ici. De nouvelles connaissances. Certains qui sont formidables. D’autres qui sont plus des présences nécessaires. La plupart qui sont finalement dans la même situation que nous. Dur dur de rencontrer / se rapprocher, vraiment, de gens d’ici. Nos amis sont donc ici, eux aussi, sans trop savoir pour combien de temps. Le sujet récurrent du visa, des départs, de finalement rester ou partir. Des relations à durée limitée comme si tout le monde savait un peu qu’elles prendront fin un jour, avec l’aventure de cette expatriation. Parce que oui, même si on ne sait pas combien de temps exactement, on sait que c’est temporaire.

 

Vivre ailleurs, loin de chez soi, loin de ses habitudes, c’est donc quelques changements mais qui font aujourd’hui partie de notre quotidien. Et puis, cela nous donne aussi l’envie de nouveaux projets, de nouvelles priorités, …

 

Même si on déteste notre banque, on s’habitue à jongler entre la carte de crédit et la carte de débit. A recevoir notre paye tous les 15 jours et non plus tous les 1ers du mois (même si le loyer, lui, doit tout de même être payé le 1er !). On anticipe maintenant l’addition finale au restaurant qui affichera les taxes non inscrites sur la carte, et à laquelle il faudra encore ajouter des tips. On apprend aussi à faire la queue pour monter dans le bus. A bien attendre que le feu soit au vert avant de traverser. A aller à la pharmacie pour poster notre courrier. A ne pouvoir acheter que de l’alimentaire (ou presque) au supermarché. A jongler parfois du français à l’anglais au milieu de la même phrase. Même si à côté de ça, les Québécois vont être très à cheval pour ne pas utiliser d’anglicisme. On n’entend presque plus l’accent Québécois, ou du moins, on le comprend mieux, même si certains font encore pas mal sourire. On connaît les principales expressions et on ne répond plus (ou du moins on essaye) « merci » après un « bienvenue » ! On dit bonjour en entrant dans les magasins, mais pas dans l’ascenseur ! Allez comprendre pourquoi… On ne s’étonne plus (ou presque, là encore) du facteur qui vient nous apporter un colis le dimanche (parce que c’était plus facile pour lui !) On se retourne (du moins, je me retourne) sur l’odeur de cigarette dans la rue puisqu’elle est presque rare (contrairement à sa présence constante en France !). On ne regarde plus (presque plus ?) les trottoirs dégueulasses. On ne s’étonne plus des gens en short lorsque le thermomètre passe de -20°C à tout juste 0°C. De la même façon, on apprend à ne plus vraiment faire attention à notre look pendant 5 bons mois de l’année… le besoin de chaleur l’emportant sur le reste !

 

Luminotherapie2015-montreal

 

Côté froid d’ailleurs… c’était ma frayeur. Le premier point que j’ai du sortir quand on m’a dit « alors tu vas dire oui ? » suite à la proposition de job que je venais de recevoir. « Non mais… ça va pas ? Il y fait bien trop froid ! » Je déteste le froid… Et pourtant ! J’ai appris à vivre avec. Et même à dire que « ce n’est pas si pire ». Parce que non, finalement, le froid, ici, il n’est pas si pire ! Alors oui, parfois, au détour d’un coup de vent, il te glace sur place. Parfois, au détour d’une longue marche, par un jour particulièrement glacial, il te brûle les jambes, tu sais, là, entre le genou qui ressort de ta botte et le milieu de la cuisse où arrive ton manteau. Parfois aussi, au détour d’une tempête de neige, il t’agresse de partout. Mais globalement… on ne vit pas reclus chez nous pendant ces 5 bons mois d’hiver. On sort sans finalement en souffrir plus que ça.

 

ecureuil

 

Mais oui, j’ai hâte d’être sous le soleil tout de même ! D’autant plus qu’on prend finalement l’habitude de bien plus marcher ici qu’à Paris. Allez savoir pourquoi. Le week-end, on fait presque tout à pieds. Alors l’été devrait être agréable ! Les nombreux parcs de Montréal vont nous tendre les bras !

 

Montreal_ete

 

D’autant plus avec… le congé maternité qui arrive bientôt pour ma part et qui est lui aussi bien différent de ce qu’on connaît en France. Mais ça, je vous en reparle aussi ! Il paraît que je vais découvrir plein de nouvelles activités…

 

A suivre donc !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Montreal & Moi, un an de decouvertes appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/montreal-canada/expatriation-bilan-un-an/feed/ 3
Ces petites choses qui changent pendant 9 mois : l’alcoolhttp://saperlipopette.marine-landre.fr/grossesse/ces-petites-choses-qui-changent-pendant-9-mois-lalcool/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/grossesse/ces-petites-choses-qui-changent-pendant-9-mois-lalcool/#comments Wed, 21 Jan 2015 23:20:50 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=14118 Quand tu vois deux barres s’aligner sur ton test, quand tu annonces ta grossesse, quand tu en parles et la vis au quotidien, il y a plein de choses qui peuvent te venir en tête. Pas mal de changements en cours et à venir. Une très belle nouvelle aventure. Mais qui commence aussi avec pas […]

The post Ces petites choses qui changent pendant 9 mois : l’alcool appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
Quand tu vois deux barres s’aligner sur ton test, quand tu annonces ta grossesse, quand tu en parles et la vis au quotidien, il y a plein de choses qui peuvent te venir en tête. Pas mal de changements en cours et à venir. Une très belle nouvelle aventure. Mais qui commence aussi avec pas mal de contraintes.

 

L’une d’entre elles : NO MORE ALCOHOL !

Annoncer une bonne nouvelle sans pouvoir trinquer.

Passer les fêtes sans bulles de champagne.

Finir une semaine harassante sans se servir un petit verre pour se dire que le week-end est enfin là.

Aller bruncher et devoir refuser le mimosa gentiment offert.

Tout un tas de situations qui te rappellent au quotidien que les 9 mois à venir vont être bien différents (comme une préparation avant d’enchaîner sur des mois, des années différentes !), alors que tous ceux autour de toi continuent leur vie comme si de rien n’était (et ils auraient tord de s’en priver), Mr MonChéri y compris !

 

no-alcohol

 

Allez, j’avoue, je trempe parfois les lèvres dans quelques verres. Et sachez qu’ici, au Canada, ça me vaut bien souvent de très gros yeux qui se tournent vers moi. Tolérance zéro !! Mais je vous reparlerai de toutes les autres restrictions et leçons de vie qu’on peut recevoir en cette période de transition… (Et oui oui je sais, en France aussi certains doivent me lire avec de bien gros yeux, mais le mot « zéro » me semble bien bien plus fort ici).

 

Ceci étant dit, ça ne fait jamais de mal de lâcher un peu la bouteille. De perdre cette habitude du verre nécessaire pour justement faire la transition entre semaine et week-end. De savoir faire la fête sans l’aide que peuvent apporter quelques degrés d’alcool.

On entend d’ailleurs parfois une bande d’amis dire « Allez chiche, on boit pas pendant un mois ?! ». Bizarrement c’est une bonne résolution de nouvelle année qui permet de commencer ça en février, le mois le plus court… Mais tout aussi bizarrement, c’est aussi une bonne résolution qu’on s’empresse d’oublier ! Qui parmi vous a déjà tenté ? Qui parmi vous a déjà réussi son défi ? Je suis curieuse !

 

Et si cette année, on s’y remettait tous ensemble ?! Haha oui pour moi c’est assez facile, j’ai quelques mois d’entraînement maintenant ! Mais justement, pour ceux qui m’entourent, ça pourrait être une raison de plus : me soutenir sur ces quelques dernières semaines.

 

Et ça tombe bien parce qu’en février, pour la 2è année consécutive, il y a même une application pour ça ! (Comment ça, il y a des applications pour tout ?). C’est l’application des 28 plus longs jours de ta vie. Et si pour certains cela peut être perçu ainsi, c’est bien dommage. Je peux vous le dire maintenant : oui, trinquer est bien agréable (et je vais m’y remettre dès avril, c’est certain !) mais s’arrêter n’est vraiment pas si compliqué. J’ai découvert plein de nouvelles boissons. Plein de nouveaux cocktails. Pas mal de nouvelles associations de goûts. … De bonnes choses finalement !

 

Mais pour parler plus sérieusement : le défi est lancé par la Fondation Jean Lapointe, un organisme de bienfaisance Québécois qui vient en aide aux gens au prise avec un problème d’alcool, de toxicomanie et autres dépendances. Le défi est donc proposé pour sensibiliser mais aussi pour amasser des fonds pour l’organisme (permettant ensuite d’aller communiquer auprès de plus de 50 000 jeunes entre 12 et 14 ans). En effet, en cessant la consommation d’alcool pour les 28 jours du mois de février, vous allez voir que vous économisez pas mal sur votre budget mensuel !

 

J’ai fait le test de mon côté pour regarder ce que pouvait représenter ma consommation mensuelle. (Rendez-vous sur l’application Facebook pour obtenir votre simulation, version Québécoise oblige, vous verrez vos consommations se transformer en places pour un match de hockey ou en poutines. La bonne nouvelle ? Je vais pouvoir manger une poutine un jour sur 2 le mois prochain !! (Si seulement j’étais suffisamment fan de poutine… et que je n’avais pas déjà une bonne dizaine de kilos supplémentaires accumulés ces derniers mois…).

 

defi28jours

 

 Alors, vous m’accompagnez en février ?

 

Pour participer :

Aimer la page Facebook Les 28 plus longs jours de ta vie et faire un don minimum de 28$, soit 1$ par jour (quand on regarde plus haut, mon budget représentait 332$ sur le mois donc… on peut bien en offrir 28$ non ? D’autant que…).

En récompense, Énergie Cardio t’offre la possibilité de venir t’entraîner gratuitement tous les jeudis soir, à partir de 17h. (Et oui, je vous ai dit, le défi est pour une bonne cause mais avant aussi pour vous faire du bien de l’intérieur, autant y aller à fond donc en éliminant les dernières toxines (ou les poutines dégustées pour compenser ?) avec quelques heures en salle de sport !)

 

defi28jours-Fondation-Jean-Lapointe

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Ces petites choses qui changent pendant 9 mois : l’alcool appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/grossesse/ces-petites-choses-qui-changent-pendant-9-mois-lalcool/feed/ 5
Devenir adultehttp://saperlipopette.marine-landre.fr/maman/devenir-adulte/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/maman/devenir-adulte/#comments Mon, 19 Jan 2015 13:00:24 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=13912 D’aussi loin que je me souvienne (ou presque), j’ai quasi toujours eu l’impression de « devenir grande ».   Je me souviens la veille de mes 10 ans, avoir pleuré au fond de mon lit, parce que, le lendemain, j’allais « devenir grande ». Terminé le monde des petits. 10 ans me semblait être l’âge de ces enfants qui […]

The post Devenir adulte appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
D’aussi loin que je me souvienne (ou presque), j’ai quasi toujours eu l’impression de « devenir grande ».

 

Je me souviens la veille de mes 10 ans, avoir pleuré au fond de mon lit, parce que, le lendemain, j’allais « devenir grande ». Terminé le monde des petits. 10 ans me semblait être l’âge de ces enfants qui sont déjà un peu vieux. De ces enfants qui ne sont finalement plus vraiment des enfants. Et ça me semblait m’arriver un peu trop vite ! Finie l’insouciance. Bonjour les premières responsabilités ?

 

adulteCrédit visuel : Bull’Elodie

 

Je me souviens cette entrée au collège, ma maman qui réalisait que ça y est, plus une de ses filles n’était « son bébé ». Et nous qui croisions chaque matin ces « grands » du lycée. Ceux qui nous semblaient déjà adultes, si grands, si différents de nous ! On redevenait alors « les petits » de cette nouvelle école. Et c’est sûr que je devais avoir l’air bien gamine, mes Doc Martens vertes aux pieds (ou mes AirMax blanches et fushia, au choix !), mon sac bordeaux sur une épaule, et mon pantalon à carreaux flambant neuf !

 

Et pourtant, je me souviens, lorsque, 4 ans plus tard, c’était à nous de devenir « ces grands », en faisant notre entrée au lycée, je ne pouvais m’empêcher de penser qu’on était devenus des grands à la tête de gamins. Toujours cette même tête qui nous collait au visage. Alors que eux, à l’époque, avaient l’air si adultes ! Et pourtant je devenais forcément « l’adulte » pour quelqu’un d’autre. Pour nous, les vrais grands maintenant, c’étaient ceux de terminale. Encore bien loin de nous. Et en même temps si proches.

 

Puis la terminale. Puis le bac. Puis le choix des études. Puis…

 

Je me souviens des premières vacances avec Mr MonChéri et nos amis. Et ses parents aussi, certes, mais sans les miens ! Mon père qui m’avait dit « Passe ton bac et ramène nous une mention d’abord » quand j’avais soulevé l’idée quelques semaines plus tôt. Puis sa tête en me laissant finalement à l’aéroport, quelques semaines plus tard, pour aller rejoindre tout le monde en Espagne, comme une grande !

 

Je me souviens des premières visites pour cet appart. Mon appart. Mon chez moi. Le premier. Je me souviens de cette discussion « Mais si maman, tu ne réalises pas, c’est inenvisageable de faire le trajet jusque Paris tous les jours ». Je ne me souviens plus vraiment de mon installation. Je ne me souviens plus vraiment de cette première nuit, « chez moi ». Mais je me souviens bien que ça y est, là, j’étais vraiment une grande. Mon indépendance (ou presque) gagnée. Mes horaires, mon programme. La charge de moi-même comme une nouvelle responsabilité. Les baby-sittings, les sorties, mes propres courses alimentaires, le métro chaque matin pour aller en cours, les premiers verres d’alcool aussi sans cette inquiétude de savoir si ça se sentirait encore une fois rentrée « à la maison », puisqu’il n’y avait plus de parents à aller embrasser ! (Bisous quand même maman qui me lit !). Les retours sans horaires (ou parfois avec l’horaire du premier métro) (mais promis, jamais un cours loupé le lendemain pour cause de soirée trop difficile, contrairement à beaucoup !). La vie de grande en somme.

 

Je me souviens des premières vacances rien qu’à 2 avec Mr MonChéri (c’était à Prague), notre premier voyage géré par nous de A à Z. Comme de vrais adultes. Mes premiers pas en entreprise, aussi. Ce moment où tu te dis que c’est finalement peut-être seulement là que tu deviens grande, parce qu’on compte sur toi !

 

Je me souviens de mes premières virées prolongées à l’étranger. Milan pour un stage de fin d’année. Le foyer et son couvre-feu réservé par mes parents qui voulaient avoir l’esprit tranquille, bien vite échangé contre un appart en coloc, San Diego quelques mois plus tard, un décalage horaire de 9h qui rendait la distance encore plus folle, le choix d’un nouvel appart, l’achat d’une voiture, les virées à Tijuana, de l’autre côté de la frontière, parce qu’on n’était pas encore majeurs pour les US. Les week-end prolongés à l’aventure. La liberté. La vie de grande, encore. L’Italie de nouveau. New-York aussi. Faire sa vie en somme.

 

Et puis le vrai monde du travail. Mon premier CDI. L’achat d’un appart. Les responsabilités, les vrais. Être adulte. Pour de vrai ? Je ne sais plus trop… (Mais je croyais !)

 

Je me souviens en arrivant iciMontréal), l’an dernier, lorsqu’au boulot on m’a remis une carte AmEx. Ce truc bête. L’image de mon père qui sortait la sienne en voyage, dans les aéroports notamment, lorsqu’on était petites. Ce truc qui signifiait tellement « réservé aux vrais grands ». Alors je me suis dit que depuis le temps, c’était le signe, j’étais finalement moi aussi une vraie grande.

 

Et puis… Juillet dernier. Je me souviens de ce soir là dans la salle de bain. Les responsabilités dans la face. La difficulté à réaliser tout ce que ces 2 traits affichés devant mois signifiaient / entraînaient.

Une rue traversée le lendemain matin. Ma tendance (de « maudit Français ») à passer au rouge. Le réflexe, pour une fois, d’attendre le vert. Me dire que je n’étais plus que moi. Qu’il fallait que je devienne responsable. Adulte en somme. Comme si on venait de me donner 9 mois. 9 mois pour réaliser que j’ai grandi avec le temps, mais jamais je n’ai vraiment été adulte puisque je ne me suis toujours (pré)occupée que de ma petite personne. Est-ce que, être adulte, ce n’est pas, finalement, ne plus être en charge uniquement de soi, devenir responsable de quelqu’un d’autre aussi, et faire sa vie autour de ça, pour ça ?

 

Alors finalement, je crois que je deviens seulement maintenant une vraie adulte. Encore 2 petits mois de répits, et une nouvelle vie de grande qui m’attend. Qui nous attend. Doucement. On se prépare.

 

Allez, viens, on va enfin être adultes baby !   

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Devenir adulte appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/maman/devenir-adulte/feed/ 9
Brunch chez Ma’tine [Montreal]http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/brunch/matine-montreal/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/brunch/matine-montreal/#comments Thu, 15 Jan 2015 17:00:18 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=13971 Je vous l’ai annoncé, la saison des brunchs est de retour ! Attendez-vous donc à découvrir de nouvelles adresses Montréalaises pour occuper de façon gourmande vos frais week-end des prochains mois ! Ma’tine faisait partie depuis quelques temps de ma liste « à découvrir », et c’est donc désormais chose faite pour ce brunch du village Montréalais […]

The post Brunch chez Ma’tine [Montreal] appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
Je vous l’ai annoncé, la saison des brunchs est de retour ! Attendez-vous donc à découvrir de nouvelles adresses Montréalaises pour occuper de façon gourmande vos frais week-end des prochains mois ! Ma’tine faisait partie depuis quelques temps de ma liste « à découvrir », et c’est donc désormais chose faite pour ce brunch du village Montréalais qui se veut original, avec un menu qui change tous les week-end (attention, le brunch chez Ma’tine n’est disponible que le samedi !).

 

Brunch-matine-montreal

 

Au menu du brunch chez Ma’tine ?

Un menu, comme je le disais, qui change tous les week-end. Mais rassurez-vous, vous pouvez le consulter sur leur page Facebook afin d’être sûr que vous trouverez votre bonheur avant de vous pointer sur place. Quoi qu’il arrive, environ 7 plats salés sont proposés, je pense donc que chacun devrait trouver son bonheur !

 

Notre sélection ce jour-là :

  • Slab de bacon, haricots coco, lime, moules et œuf poché pour ma part. Un plat que j’ai trouvé plein de saveurs et qui m’a vraiment calée ! L’un de mes comparses du jour avait lui aussi fait ce choix mais a été gêné par le « trop gras » du bacon. On va dire qu’avec ce choix, c’était un peu le risque… mais je confirme que tous les morceaux n’étaient pas choisis de façon égale. Un peu dommage que l’attention n’est pas été prêtée à ce détail… A côté de cela, l’attention est pourtant bien présente ! J’ai demandé à avoir un œuf plutôt cuit que poché et je dois dire que le cuisinier s’est débrouillé pour tout de même me servir quelque chose de savoureux, se mariant bien avec l’ensemble de l’assiette (on m’a déjà répondu ailleurs que non, ce n’était pas possible !). Point bonus donc rien que pour ça !

 

Brunch-matine-montreal

 

Brunch-matine-montreal

 

  • Mr MonChéri avait choisi le boudin, patate douce et œuf poché. Le boudin étant vraiment quelque chose que je ne peux pas avaler, je ne vous donnerai pas mon avis ! Mr MonChéri quant à lui a dégusté avec plaisir mais sans se rouler par terre pour autant.

 

Brunch-matine-montreal

 

  • On a accompagné le tout avec une limonade concombre menthe. A priori c’est le best seller ici que vous retrouverez donc chaque fois. Et pour cause, c’est bon ! D’autant que vous le savez maintenant : j’aime toujours apporter une touche d’originalité dans mes choix et cette proposition était donc parfaite !

 

Je regrette par contre le choix assez limité dans les boissons : 2 seulement à la carte du brunch, alors en sortant juste de chez les Affamés, on est forcément restés un peu sur notre faim…

 

Ce sera le même constat côté dessert. Ou sucré du moins. La carte propose bel et bien une partie se rapprochant davantage du petit déjeuner, avec, ce jour-là, notamment, un granola crunchy, yaourt pressé, poire à l’érable et fruits secs. Mais rien qui ne puisse vraiment combler ma faim gourmande. La carte manquait de ce détail pour me faire vraiment baver et me faire craquer à re-commander quelque chose après mon plat salé (petite mention tout de même pour la vitrine de pâtisseries / viennoiseries, à l’entrée, qui elle, donne plutôt envie !).

 

Brunch-matine-montreal

 

Au final, une déco sympa (dans le style industriel chic, avec quelques touches vintage et cosy par ci par là), une ambiance conviviale (style grande table familiale à partager, et l’une des propriétaires qui se promène tranquillement son bébé dans les bras, et une terrasse qui nous fait simplement de l’œil en ce moment mais qui me semble des plus sympa (et au calme !) pour en profiter dès les beaux jours revenus !), un service aimable, et même attentionné (on n’oublie pas tes demandes spéciales pour le plat, on vient te tenir au courant de l’attente, le tout avec le sourire), un cadre pas trop bruyant (pour une fois à Montréal !), une situation proche du village, … qui me donnent envie de revenir ! Des prix qui restent raisonnables et s’affichent toutes taxes comprises (entre 15$ et 20$ pour le plat salé, 4$ le grand verre de limonade).

 

MAIS un menu qui, malgré ses promesses et les nombreuses critiques positives que j’avais pu lire (éloges faites aux ex propriétaires du resto La Famille rue Gilford, que je n’ai pas connu mais que tout le monde semble avoir apprécié !), m’a laissé sur ma faim. Si comme chaque fois je vais dire que les brunchs français (façon menu complet) me manquent, je dois ajouter cette fois-ci que l’effort pour permettre de réaliser un « combo » n’était même pas présent. Des plats qui se veulent donc élaborés mais vivent trop seuls selon moi ! Accompagnement à revoir pour gagner quelques points dans mon cœur lorsqu’on s’appelle « Brunch » !

 

Brunch-matine-montrealMa’tine
1310 Boulevard de Maisonneuve Est
Montréal QC H2L2A5
Canada
 
Brunch le samedi uniquement
+1 514-439-9969
(Pas de réservation possible – Préférez venir avant 11h ou après 14h si vous voulez éviter la foule et l’attente)

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Brunch chez Ma’tine [Montreal] appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/brunch/matine-montreal/feed/ 0
Jeux de lumiere en hiver ! [Montreal]http://saperlipopette.marine-landre.fr/montreal-canada/luminotherapie-2015-quartier-spectacles/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/montreal-canada/luminotherapie-2015-quartier-spectacles/#comments Wed, 14 Jan 2015 18:28:51 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=14044 Alors qu’à Montréal le soleil se couche en ce moment vers les 16h30… (La déprime ! Et encore, cela n’est presque plus vrai, parce que je peux vous dire qu’à cette heure là, ta minute de soleil de plus dans la journée, tu la repères, alors je souris chaque soir une minute de plus en […]

The post Jeux de lumiere en hiver ! [Montreal] appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
Alors qu’à Montréal le soleil se couche en ce moment vers les 16h30… (La déprime ! Et encore, cela n’est presque plus vrai, parce que je peux vous dire qu’à cette heure là, ta minute de soleil de plus dans la journée, tu la repères, alors je souris chaque soir une minute de plus en regardant le ciel encore éclairé derrière la fenêtre de mon bureau !) la ville nous propose quelques jeux de lumières, sous le nom de Luminothérapie, histoire de faire passer le temps ! (Tout en nous amusant). Et surtout de nous fournir cette lumière qui parfois manque tant !

 

Luminotherapie2015-montreal

 

Impossible de passer à côté si vous vous promenez dans le Quartier des spectacles. Pour nous c’était carrément l’objectif de la balade. Ou le prétexte devrais-je dire, pour nous donner une bonne raison pour sortir de chez nous par ce froid presque glacial. (Allez, on s’est récompensés par un bon restau ensuite !)

 

Luminotherapie2015-montreal

 

Première étape, la sortie de la station de Métro Saint Laurent. C’est là qu’on trouve l’animation la plus interactive : le Fascinoscope. Petits et grands trouveront leur bonheur en tapant dans ces ballons poires munis de capteurs pour ainsi interagir en direct avec la vidéo projetée sur le mur qui nous fait face. Moi en tous cas je me suis amusée comme une folle.

 

Luminotherapie2015-montreal

 

Luminotherapie2015-montreal

 

Luminotherapie2015-montreal

 

Attention par contre :

1. Le ballon fait un tour complet et vous revient donc en pleine tête si vous êtes trop proches.

2. Par ces soirs de neige et de grand froid, les marches des plateformes de jeu sont plutôt gelées… risque de chute assuré !

 

Luminotherapie2015-montreal

 

Luminotherapie2015-montreal

 

Un peu plus loin, c’est bien la place des Festivals qui est la plus impressionnante puisqu’elle s’est transformée pour les quelques semaines en kaléidoscope géant. 50 prismes colorés de Prismatica ont été installés là pour permettre aux passants de jouer avec la lumière qu’ils renferment, le tout au son des carillons installés au centre des prismes. Plutôt sympa à voir, même sous le froid de canard qu’il faisait le jour de notre balade ! La neige au sol donne sa touche de réflexion supplémentaire et l’effet final est vraiment chouette.

 

Luminotherapie2015-montreal

 

Luminotherapie2015-montreal
Luminotherapie2015-montreal
 
Luminotherapie2015-montreal

(Je vous confirme, je suis énorme sous mon gros manteau…) 

 

Autour, dans le quartier, à nous de lever la tête pour admirer les autres projections lumineuses sur le thème de la fête foraine du début du XXe siècle, des huit vidéoprojections installées ici et là. De quoi redécouvrir ce quartier en gardant les yeux au ciel !

 

Luminotherapie2015-montreal

 

Luminotherapie2015-montreal

 

Luminotherapie2015-montreal

 

 

Lumiothérapie 2015 Montréal : Depuis le 10 décembre 2014 au 1er février 2015.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Jeux de lumiere en hiver ! [Montreal] appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/montreal-canada/luminotherapie-2015-quartier-spectacles/feed/ 0
Enceinte ? Eviter les vergetures à tout prix !http://saperlipopette.marine-landre.fr/beaute/cremes-anti-vergetures-top3/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/beaute/cremes-anti-vergetures-top3/#comments Wed, 07 Jan 2015 17:00:45 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=14003 Minute Glamour bonjour ! Vergeture… mon amour ! Et oui, qui dit grossesse, enceinte, future maman, ou n’importe quel autre adjectif pour décrire cet état (qui est donc mien actuellement) dit aussi qu’on change un peu sa routine beauté (la routine tout court aussi mais… autre sujet !) et pour ma part, l’une des premières […]

The post Enceinte ? Eviter les vergetures à tout prix ! appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
Minute Glamour bonjour ! Vergeture… mon amour ! Et oui, qui dit grossesse, enceinte, future maman, ou n’importe quel autre adjectif pour décrire cet état (qui est donc mien actuellement) dit aussi qu’on change un peu sa routine beauté (la routine tout court aussi mais… autre sujet !) et pour ma part, l’une des premières grandes angoisses a été de savoir comment lutter efficacement contre toute potentielle marque à venir, me rappelant à jamais ces quelques mois qui, toute heureuse la fin soit-elle, ne doit pas pour autant prendre sa place comme gravé sur un tableau noir.

 

Vous le comprendrez, je suis donc très vite partie à la quête de la meilleure crème anti-vergetures pour femme enceinte ! Alors, je vous arrête tout de suite, vous qui cherchez aussi la solution miracle pour y échapper : meilleure crème, paraîtrait finalement que tout cela n’est que lubie et n’existerait donc pas ! Mon petit livre de suivi de grossesse gentiment remis par Santé Canada indique clairement qu’aucun actif n’a aujourd’hui prouvé son efficacité en terme de vergetures (et oui, ça se saurait sinon !). Entre 75 % et 90 % des femmes auraient des vergetures au terme de leur grossesse… Rien que ça… Le produit miracle est encore loin donc ! L’important est alors avant tout l’hydratation. Et là, toutes les crèmes peuvent finalement entrer dans la compétition !

 

Bon, vous comprendrez aussi qu’autant mettre toutes les chances de son côté alors quitte à s’étaler de la crème matin, midi et soir, autant que celle-ci soit indiquée dans la prévention des vergetures pour femme enceinte. Non ?

D’ailleurs, détail qui a tout de même son importance puisqu’on s’en parle : entrant dans mon 7è mois de grossesse, aucune marque à déclarer à date ! Mon adolescence ayant pourtant laissé ses traces, je pense avoir une peau « à risque » sur le sujet.

 

Alors, pour mettre encore plus de chances de mon côté, j’ai 3 crèmes adaptées à la grossesse qui trônent dans ma salle de bain depuis plusieurs mois maintenant. Avec une huile spécifique aussi qui les accompagne. Et une autre huile (classique) pour les jours de tartinage extrême. Avec tout ça si je n’y échappe pas, je ne comprends pas (blague > on remonte plus haut et on se souvient que… s’il doit y en avoir, il y en aura !) ! Quoi qu’il arrive, soit je gagne et toutes ces crèmes prendront un peu leur heure de gloire, soit je marque et… toutes en prendront pour leur grade !

 

En attendant, j’ai tout de même mes petites préférences à l’utilisation. Et oui, on voudrait toutes avoir le soin qui sente bon, soit agréable à appliquer, pratique, ne marque pas, …

 

cremes-anti-vergetures-top3

 

Mon Top 3 des crèmes anti-vergetures pour femme enceinte

Crème 1er soin vergetures 150ml – Laboratoires Téane – 24,90€*

(*Produit offert par la marque)

 

Premier point positif, même si je ne suis pas des plus regardantes sur la question, cette crème des Laboratoires Téane est 100% naturelle. L’ingrédient principal est l’extrait d’une plante médicinale traditionnelle Cassia Alata, un actif qui se dit efficace contre l’apparition des vergetures et qui a d’ailleurs fait l’objet d’un dépôt de brevet par les Laboratoires Téane. Son action est boostée par la fleur de sureau noir, les huiles d’argan, de jojoba et de tournesol, ainsi que le beurre de karité. Des ingrédients riches, hydratants, et restructurants.

 

Moi, j’adore l’odeur ! J’ai craqué dès que j’ai ouvert le tube le premier jour (Tube qui déjà me faisait de l’oeil par son look plutôt sympa). Rien que pour ça, c’est celle que je choisirai chaque matin les yeux fermés. Et si j’ai trouvé la crème un peu épaisse la 1ère fois, je trouve qu’elle s’applique malgré tout hyper facilement et pénètre très vite, sans laisser de film gras sur la peau, idéal le matin donc lorsqu’on sort de la douche pour s’habiller rapidement si on ne veut pas courir après le bus.

 

cremes-anti-vergetures-teane

 

J’aime aussi le fait que le produit fasse partie d’une gamme plus complète. Ah marketing, quand tu nous tiens… Sa copine l’huile est au top, on s’en parle plus bas. Et je n’ai qu’une seule envie : découvrir leurs petits copains : le lait frais raffermissant et baume SOS vergetures, tous deux indiqués après l’accouchement. Une chose est sûre, si l’odeur est la même que cette crème, cela risque de bien m’aider à garder une routine hydratation, moi qui ai normalement plutôt du mal à m’y tenir…

Bepanthen Vergeture 150ml – Bepanthen – 18,90€

Ici, c’est la Centella Asiatica, le Dexpanthénol, la Glycérine, et l’huile d’olive qu’on retrouve, toujours pour prévenir l’apparition des vergetures, nourrir, et hydrater la peau.

 

L’odeur est là encore très discrète. C’est par contre certainement la crème la moins épaisses des 3 et donc la plus facile d’application. Même si je n’éprouve pas de difficulté particulière avec les 2 autres. Aucun film gras à déclarer, et c’est certainement celle avec laquelle je peux m’habiller le plus rapidement possible (encore plus rapidement donc !) ensuite sans cette sensation d’avoir le top qui colle sur un léger film humide, ce qui pourrait tout de même arriver de temps en temps avec la version Téane si je suis trop pressée et ne prends pas suffisamment le temps de la faire pénétrer comme il faut.

 

cremes-anti-vergetures-bepanthen

 

Cette version Bepanthen a aussi l’avantage d’un flacon pompe contrairement à l’offre Téane, mais il est cependant nettement moins pratique que la version offerte chez Biotherm (plus bas). Pas question de laisser le flacon debout et simplement appuyer dessus. Il vous faudra vos 2 mains puisqu’ici la pompe n’est pas munie d’un bec !

 

Enfin, et puisqu’on est dans un post tout ce qu’il y a de plus girly et glamour… j’ai le droit : Je fais un vrai blocage sur le design du pack que je trouve vraiment old-school et peu attirant pour ce type de soin qui nous accompagne pendant quasi 9 mois matin et soir. J’ai bien plus le sourire lorsque j’empoigne mon tube Téane. Mais allons, je suis grande et passe au-dessus ! Notons qu’il s’agit en contrepartie de la crème la plus économique.

Biovergetures 400ml – Biotherm – 48,50€

(Existe aussi en format tube 150ml – 29,45€)

 

Biovergetures est un gel crème non gras qui prévient l’apparition des vergetures potentielles et réduit visiblement l’aspect des vergetures existantes. Les promesses sont donc les mêmes que partout ailleurs : il améliore l’élasticité de la peau et l’aide à résister à l’étirement causé par un gain de poids important ou une grossesse. Mais il réduit aussi l’apparence des vergetures existantes, qu’elles soient récentes ou non.

 

Pour le coup, je dois dire être plutôt en mode prévention aujourd’hui que réparation. Et même si j’ai des marques liées à l’adolescence, ce que je regarde aujourd’hui, chaque matin, chaque soir, c’est surtout de ne pas en avoir de nouvelles. Les autres, j’ai appris à vivre avec ! Côté hydratation, ce soin est au top. Une odeur très discrète, une texture hyper facile à appliquer, qui ne colle pas, ne graisse pas, et un flacon pompe (pour la version 400ml seulement) qui facilite l’utilisation au quotidien. Ce flacon est posé à côté de mon lavabo et n’en bouge pas. Impossible de l’oublier le matin lorsque je m’habille.

 

cremes-anti-vergetures-biotherm

 

C’est par contre le soin le plus cher des 3 que je possède. On va dire qu’il a l’avantage d’offrir le double usage avec un aspect réparateur. Je vais donc l’économiser un peu pour l’utiliser davantage après l’accouchement, moment où je serais certainement plus attentive à retrouver du « mieux » plutôt qu’éviter le pire. Affaire à suivre donc pour celui-là !

 

Vous l’aurez compris, 3 crèmes dédiées aux femmes enceintes que j’apprécie pour leur facilité d’utilisation au quotidien. Notons aussi que si ma peau m’a quelque peu tirée lorsque j’ai commencé à prendre « du volume », avec cette sensation désagréable de démangeaison constante, les crèmes jouent bien leur rôle dans ce domaine puisque je n’ai à présent plus aucun tiraillement ou moindre gratouilli. Et pourtant, il y a 3 mois de cela, je me demandais comment mon ventre pourrait devenir encore plus gros qu’il ne l’était déjà, comment ma peau allait bien pouvoir résister à ça, elle qui semblait déjà à son maximum… (Je vous rassure sur ce point : même interrogation ce matin en sortant de ma douche !)

 

Et pour les jours un peu plus cocooning que les autres, je troque la crème pour l’huile !

 

Mes compléments chouchous pour une hydration au top qui lutte contre les vergetures

Huile généreuse apaisante 100ml – Laboratoires Téane – 24,50€*

(*Produit offert par la marque)

 

Je vous le disais plus haut, je suis juste In Love avec cette marque je crois. Très belle découverte de ma grossesse ! Je laisserais bien le tube ouvert sur ma table de nuit pour m’endormir tellement j’aime l’odeur de la crème ! Et l’huile tient tout autant ses promesses sur ce point !

 

cremes-anti-vergetures-teane

 

Je m’en sers davantage les week-end où je traînasse à la maison (« mode pyjama on ») pour profiter de ce temps pour offrir à ma peau une hydratation complémentaire. J’étais un peu effrayée au départ par le mot « huile » que j’utilise davantage sur mes jambes en plein été lors d’expositions prolongées au soleil ou à la mer. M’en tartiner le ventre pour m’habiller ensuite me semblait donc un concept tout nouveau et assez étrange. Et bien détrompez-vous ! Là encore, l’huile est « épaisse » (je ne sais pas vraiment dans quelle mesure on peut dire ça d’une huile mais c’est bien mon ressenti) mais pénètre très bien, assez rapidement, ne colle pas, et permet de pouvoir s’habiller sans risque assez rapidement après son application. Il faut certes masser un peu plus qu’une crème pour assurer la bonne pénétration (Et c’est aussi tout l’intérêt d’une huile : prolonger le temps de massage) mais rien d’alarmant ! Un très bon complément donc à ma nouvelle routine pour les moments un peu plus détendus.

 

Point noir cependant : le flacon ! Pour faire sortir l’huile, il faut retourner le tout, et le secouer ! La tête en bas, seule, rien n’y fait. Bon point me direz-vous pour éviter les grandes marées d’huile… mais le côté « secouer » pour utiliser peut aussi provoquer quelques accidents. Ce qui ne m’empêche pas de trouver le flacon joli mais quid de lui ajouter une pompe ou autre mécanisme pour en faciliter l’usage.

Huile sèche (d’amande) – Auchan

Petite dernière de la série, celle qui trône sur ma table de nuit (depuis bien avant la grossesse) pour les soirs de prise de conscience que ce serait bien de s’hydrater un peu plus encore, ou pour les jours d’oubli et de flemme de se relever… l’huile sèche d’amande Auchan. On est loin du produit de pharmacie (et je n’ai pas retrouvé son prix en ligne) mais je le trouve top quoi qu’il arrive ! Attention, on nourrit certainement moins la peau en profondeur ici et c’est pour cela qu’il ne reste qu’un complément pour moi. On connaît cependant les points forts de l’huile d’amande pour l’hydratation et c’est l’un des produits recommandés dans la lutte contre les vergetures alors on ne s’en prive pas !

 

cremes-anti-vergetures-huile-amande

 

Cette huile contient des paillettes, et c’est la raison première pour laquelle je l’utilise habituellement principalement l’été, jambes ou bras à l’air, pour mettre un peu de lumière aux soirées prolongées. (L’effet paillettes reste très discret tout de même !). Mais j’apprécie surtout son côté « léger », le fait que ce soit de l’huile sèche et donc une application qui ne laisse là encore aucun film gras, et enfin, surtout, surtout, son flacon pompe à pschit qui change tout dans l’utilisation !

 

Bref, un bon allié qui traverse les saisons et s’adapte finalement aux besoins ! Cette huile n’est pas encore prête à quitter ma table de nuit !

 

Si on parle beaucoup de se tartiner le corps de crèmes et autres huiles, ce qu’il est important de comprendre, c’est que, ce n’est pas tant la crème en elle-même qui sera efficace ou non, donc, mais plutôt l’assiduité avec laquelle vous allez vous crémer. Tout l’enjeu est de rendre votre peau élastique. Certaines le seront déjà par défaut, d’autres ne le deviendront jamais. La nature ma bonne dame ! Mais pour mettre toutes les chances de votre côté, quelques autres astuces sont de rigueur.

 

Les autres conseils pour éviter les vergetures pendant votre grossesse

  • Commencez à mettre de la crème dès l’annonce de votre grossesse ! Pas besoin de patienter pour ressentir les premiers signes d’une peau qui tire. Retardez donc cette sensation au maximum en mettant de la crème dès le départ. Ainsi, votre peau se prépare doucement et se détend tout aussi doucement.
  • Pensez à toutes les partie sensibles : ventre (ou bedaine comme ils diraient ici) bien sûr mais pas que, cuisses, fesses, seins, hanches ! Hop, votre nouveau rituel ne doit rien laisser passer ! (Là je dois avouer avoir surtout peur pour mon ventre et ne pas être irréprochable pour le reste…)
  • Massez-vous ! Et oui, on voudrait toutes que ça aille super vite et on cherche la crème qui pénétrera le plus vite possible. Sauf que là encore, pas de mystère, c’est le massage circulaire qui accompagne l’application de la crème qui permet à la peau de se détendre !
  • Faites régulièrement (une fois par semaine) un gommage qui exfolie la peau pour optimiser la pénétration des crèmes et donc leur effet.
  • Attention à votre alimentation. Et oui, ici (au Québec) ils sont à fond sur l’alimentation. J’ai même vu une nutritionniste au début de ma grossesse, avant même d’avoir mon premier rendez-vous avec un médecin… Un accompagnement demandé par l’hôpital où je suis suivie ! Alors si ce qu’on m’a raconté m’a semblé pas mal évident, puisque je pense pouvoir dire que, même si je sais me faire plaisir, je sais aussi déterminer ce qui est une bonne alimentation ou non, cet entretien a pointé du doigt le besoin pour beaucoup de se faire conseiller dans le domaine. On évite donc de se goinfrer de mauvaises graisses, de manger à toute heure du jour et de la nuit, on n’oublie pas les légumes, on pense aux bonnes fibres, … Bref, on se fait du bien de l’intérieur et c’est aussi notre peau qui nous en remerciera, car elle en a plus besoin que jamais !
  • Dans la même idée, on pense à la bouteille d’eau qui devient notre meilleure amie pour quelques mois ! On parle bien d’hydratation de la peau… et ça passe aussi par l’intérieur ! On dit toujours qu’on ne boit pas assez, c’est encore plus vrai pendant la grossesse ! L’avantage étant ici que normalement, vous aurez naturellement beaucoup plus soif qu’en temps normal. Ça aide à y penser !

 

Allez, on va préparer la trousse post-accouchement maintenant ! Parce qu’il va falloir dire NON aussi au ventre flasque et distendu… Je ne me suis pas encore posée sur le sujet… Des conseils ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Enceinte ? Eviter les vergetures à tout prix ! appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/beaute/cremes-anti-vergetures-top3/feed/ 2
Hello 2015http://saperlipopette.marine-landre.fr/vie/hello-2015/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/vie/hello-2015/#comments Thu, 01 Jan 2015 22:59:12 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=14016 L’heure des bilans sonne chez tout le monde et ces derniers résonnent dans ma tête depuis quelques jours, me poussant moi aussi à prendre un pas de recul, à regarder en arrière, à me souvenir et à tirer des conclusions (ou pas) tout en planifiant les jolis mois à venir.   Coutume étrange en cette […]

The post Hello 2015 appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
L’heure des bilans sonne chez tout le monde et ces derniers résonnent dans ma tête depuis quelques jours, me poussant moi aussi à prendre un pas de recul, à regarder en arrière, à me souvenir et à tirer des conclusions (ou pas) tout en planifiant les jolis mois à venir.

 

Coutume étrange en cette fin ou début d’année que de se dire qu’il est temps de faire les comptes et de remettre les choses à plat. Pour ma part, et peut-être encore plus depuis le départ, les bilans sont faits fréquemment. Je n’oublie pas. Je regarde derrière. Et je regarde devant aussi. Oh, je ne dis pas qu’il n’y a rien que je ne laisse caché, là, dans un coin. Mais pas besoin d’un changement de chiffre après le 201 pour me demander si la suite sera pire ou meilleure.

Avec la distance, les coups de fil aux amis s’espacent (certains se font même inexistants mais c’est une autre histoire) et deviennent d’eux-même « l’heure du bilan ». Exercice parfois difficile que de se raconter « Quoi de neuf ? » alors qu’on ne partage plus un quotidien, et qu’il pourrait donc y avoir tellement à dire. Conversations qui deviennent, par la force des choses, davantage tournées sur le ressenti que sur le vécu. Les bilans qui se posent et s’imposent.

 

Alors cette fois-ci, l’exercice n’est pas compliqué.

 

2014, pour moi, aura été l’année de tous les risques. Après quelques jours au soleil à faire comme si de rien n’était…

 

28 janvier. J’ai tout quitté.

 

Refermé mon dernier carton au boulot le jeudi précédent. Bu un dernier verre avec les amis. Vendu tous mes meubles. Couru dans les dernières boutiques. Fermé mes sacs pour les remettre au transporteur, et les voir quitter mon entrée, un par un. Réaliser qu’il faudrait finalement une valise supplémentaire pour caser le reste.

 

Puis… refermer la porte de ce premier vrai chez moi (l’unique à date), embrasser mon père, mon mec et m’envoler vers une nouvelle ère.

(Pardon mais ça sonnait mieux que « Mr MonChéri » !).

 

bilan2014

 

Oh non, je ne suis pas la première, encore moins la dernière, à aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte. Au détail près que mon herbe à moi, elle me convenait. Même si elle ne poussait plus des masses et avait sûrement besoin d’un petit coup de fouet.

De ce coup de fouet.

 

Un changement d’air sous la forme d’un pari. Gros pari. Pari risqué, osé. Pari pro et perso.

Je ne suis pas vraiment partie vers l’inconnu puisqu’un beau boulot m’attendait, une ville où quelques familles et amis étaient déjà.

Mais une ville remplie d’un hiver des plus froids, moi qui déteste ça… et surtout, une nouvelle vie pour laquelle je lâchais mon quotidien, mon entourage, mes habitudes, mon cocon. Un cocon pro dans lequel je souhaitais évoluer mais où j’étais en sécurité, un cocon perso qui était mien depuis des années. Le tout pour une aventure que je démarrais seule et sans vraiment savoir si elle allait être couronnée de succès !

 

bilan2014

 

Un départ la tête haute mais un esprit plein de questions, de doutes, d’incertitudes. Une sensation d’insécurité plus forte que tout.

 

Une année de découvertes, d’apprentissages, de peurs, de concessions. Parfois. Souvent.

Une année d’émotions aussi. Beaucoup.

 

bilan2014

Et puis…  un pari plus que relevé !

 

Un job éprouvant mais passionnant, où je crois qu’on me fait toujours confiance, qu’on compte encore plus sur moi, jour après jour, et c’était sûrement là ma plus grande crainte pour le pro : ne pas être à la hauteur des responsabilités qu’offrait ce poste qui était pourtant à l’origine de tout.

 

Une jolie maison qui devient nôtre un peu plus chaque jour.

 

Une ville qu’on apprivoise.

 

Une vie à 2 retrouvée depuis peu.

bilan2014

 

Et pour 2015… pas de grandes résolutions ! Mais encore des chamboulements !

Une vie à 3 annoncée pour prochainement. La découverte d’un nouveau sens du mot « famille ».

Une année pleine de promesses que j’ai hâte de découvrir, bonnet sur la tête affrontant le froid de l’hiver ou cheveux au vent pédalant sur mon vélo argent !

 

Alors le rétroviseur 2014 me dit que le risque en valait la chandelle !

Je vous souhaite à tous de trouver vos défis et d’oser les affronter pour cette nouvelle année qui commence !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Hello 2015 appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/vie/hello-2015/feed/ 11
Fumer son propre saumon à la maison !http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/recettes/saumon-fume-maison/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/recettes/saumon-fume-maison/#comments Mon, 29 Dec 2014 16:14:22 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=13988 Voici venu le jour tant attendu… du récit et de la recette du saumon fumé maison ! Et oui, parce que, à quoi bon vivre au Québec si c’est pour rester de classiques parisiens ? Ne pas tester les coutumes d’ici (ok ok, j’avoue, tous les Québécois ne fument pas leur propre saumon et ne […]

The post Fumer son propre saumon à la maison ! appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
Voici venu le jour tant attendu… du récit et de la recette du saumon fumé maison ! Et oui, parce que, à quoi bon vivre au Québec si c’est pour rester de classiques parisiens ? Ne pas tester les coutumes d’ici (ok ok, j’avoue, tous les Québécois ne fument pas leur propre saumon et ne se promènent pas en traîneau tiré par des chiens, à bat les clichés !), ne pas découvrir de nouvelles habitudes, … ? Et puis, chez nous, on a toujours fait du home made. On tranchait notre jambon en France. On moud notre café. Je fais mes fougasses (bon c’est peut-être plus classique ça ?). Alors pourquoi ne pas se lancer dans notre propre production de saumon fumé ?

 

saumon-fume-maison

 

Allez, rectifions,  c’est la production de Mr MonChéri. Je n’y suis pour rien là-dedans. Repartons du début. Un jour, avant son arrivée définitive ici, je reçois un gros colis. Merci Amazon.ca qui est devenu depuis peu notre fournisseur officiel en tous genres. Un cadeau pour moi ? Que nenni ! Mr MonChéri m’explique « préparer son arrivée ». Entendez par là qu’il s’est fait livrer un fumoir. Rien que ça. Objet Ô combien indispensable pour s’installer, vous en conviendrez ! 

 

Bon, le fumoir, il a dormi quelques temps dans son carton. Puis sorti du carton mais dans la chambre d’amis. Très utile. On a choisi d’attendre les premières neiges pour le sortir et s’en servir (la neige ayant fondu depuis… c’est presque la canicule ici pour un Noël en blanc… c’est plus que raté ! Mais au moins, le saumon, lui, il a connu les seuls 3 jours de neige de ce début d’hiver, et oui, typique jusqu’au bout, fumer son saumon au soleil et sans respirer bien fort avant de sortir dehors pour le surveiller, c’était pas drôle !).

 

saumon-fume-maison

 

Bref, voilà que le fumoir a fait sa sortie. Voilà que nous on se régale.

(Et oui oui, je sais, personne n’est vraiment en accord pour statuer si on peut manger du saumon fumé ou non pendant la grossesse… Comme on m’a dit récemment « Du moment que tu as ta conscience avec toi… », alors, devant tout l’amour que Mr MonChéri a mis dans son saumon, je me suis dit qu’il ne pouvait être que bon et… j’ai craqué ! Mais promis, je mets plein de citron dessus avant !)

 

Ceci étant dit, passons aux choses sérieuses, non pas que ma vie ne vous intéresse pas mais je présume que tout le monde attend la tant attendue recette !

 

Saumon fumé maison – la recette !

  • Rendez-vous à la poissonnerie du coin (nous, à Montréal, on va à « La Mer » que je vous recommande fortement (paroles de Mr MonChéri qui y installerait presque son QG !) et demandez un saumon entier (à moins que vous ne vouliez faire qu’un demi mais quitte à lancer le fumoir… autant y aller pour de vrai ! Puis… ça se mange sans fin ! Et ça fait des heureux au boulot ou chez les amis si vous voulez en faire goûter un peu, avec une pointe de fierté du « c’est Mr MonChéri qui l’a fait » en plus) (vous pouvez aussi profiter d’un prix plus intéressant pour le saumon entier et en congeler la moitié coupé en pavés si vous ne souhaitez fumer qu’un filet) . A La Mer ils sont chouettes parce qu’ils vous découpent le saumon comme vous voulez. Hop, les filets levés c’est parfait pour ce que vous voulez en faire.

 

saumon-fume-maison

 

  • Placer le (ou les) filet(s) de saumon dans un plat en allu et le recouvrir de gros sel. Laisser au frais pendant 12 heures.

 

saumon-fume-maison

 

  • Rincer le poisson à l’eau froide afin de supprimer toute trace de sel (et jeter tout le « jus » que le poisson aura recraché). Bien sécher et replacer au frais pour 12h à nouveau.
  • Allumer le fumoir (chez nous c’est avec du bois de pommier) et déposer le saumon sur la grille. Laisser fumer 8h. (A noter que le fumoir ne « chauffe » pas puisqu’il n’y a que la fumée qui passe d’une cavité à l’autre et donnera ainsi un bon goût à votre poisson. Cependant, la recette semble réalisable dans un barbecue classique si vous n’êtes pas équipés, en veillant à ne laisser que des braises fumantes sous votre poisson).

 

saumon-fume-maison

 

saumon-fume-maison

 

saumon-fume-maison(Oui ce jour-là, on a aussi fait du magret de canard, je vous en parle aussi bientôt !)

 

Et là, il n’y a plus qu’à déguster ! (Et comme c’est préparé à froid, on peut même s’y mettre à peine sorti du fumoir !). Rien de comparable avec le saumon fumé qu’on connaît : là, rien qu’à l’odeur, « fumé » prend tout son sens !

 

Et pour ceux qui n’auraient pas de fumoir et ne veulent pas se lancer dans l’expérience au barbecue (on n’a pas testé !), je vous reviens très vite avec la recette de la version sans fumage, autrement dit, le gravlax de saumon ! D’ici là, on s’en va s’améliorer sur la finesse de la découpe ! (Mais c’est miam aussi comme ça !)

 

saumon-fume-maison

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Fumer son propre saumon à la maison ! appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/recettes/saumon-fume-maison/feed/ 3
La buche aux fruits du Quebec !http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/recettes/buche-noel-canneberges-framboises-pistaches/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/recettes/buche-noel-canneberges-framboises-pistaches/#comments Wed, 24 Dec 2014 14:43:31 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=13981 J’ai toujours eu du mal avec les bûches de Noël. En réalité je crois que j’ai du mal avec pas mal de gâteaux au chocolat qui se veulent un peu trop travaillés. J’ai du mal avec la glace au chocolat. J’ai du mal avec le glaçage de façon générale. Et pourtant, croyez-moi, je suis addicte […]

The post La buche aux fruits du Quebec ! appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
J’ai toujours eu du mal avec les bûches de Noël. En réalité je crois que j’ai du mal avec pas mal de gâteaux au chocolat qui se veulent un peu trop travaillés. J’ai du mal avec la glace au chocolat. J’ai du mal avec le glaçage de façon générale. Et pourtant, croyez-moi, je suis addicte au chocolat, comme nous tous ! Un problème de mélange goût / texture probablement. Des souvenirs d’histoires d’enfance de « roulé sous les aisselles » qui me laissaient dubitatives et peu confiante face à mon assiette. Le dessert de Noël n’a jamais été le plat que j’attendais !

 

Alors la semaine dernière, lorsque mes amis ont proposé de voter pour le menu de notre Noël anticipé, j’ai sauté sur l’occasion pour choisir quelque chose de différent parmi les 4 bûches qui étaient proposées ! C’est ainsi qu’on s’est retrouvés à préparer une bûche aux canneberges, framboises et pistaches. Des saveurs d’ici (du Québec) donc. Une pointe de fraîcheur. Et du croquant avec la pistache (vous ai-je déjà dit que je suis totalement accroc aux pistaches ?!). La recette se retrouve en ligne (merci Vini pour la découverte et la réalisation !) mais on la customise légèrement, on réduit les quantités de mascarpone (car vraiment, ça faisait beaucoup !) et surtout, on s’est régalés ! Du coup je vous propose une version arrangée, qui pourra servir pour les retardataires du jour qui ont oublié de prévoir le dessert ! Et puis au pire, on la ressort pour n’importe quelle autre occasion histoire de changer un peu, et en adaptant simplement le dressage final (fini le roulé, voyez-la par exemple tel un fraisier !).

 

Buche-noel-canneberges

 

Bûche de Noël canneberges framboises et pistaches

Première étape : on prépare la base : le gâteau à rouler. Pour cela, rien de plus simple (bien que…)

  • Mélanger 120g de farine, 1 sachet de levure et une pincée de sel.
  • Mélanger 4 œufs, 160g de sucre et 1/2 cuillère d’extrait de vanille. Fouetter le tout jusqu’à ce que le mélange blanchisse et prenne du volume, avant d’ajouter 60g de beurre fondu.
  • Mélanger les 2 préparations.
  • Étaler la pâte sur une plaque. Et c’est là le moment délicat. La pâte doit suffisamment se tenir pour ne pas couler de toutes parts une fois enfournée… Je vous rassure, si la catastrophe arrive (comment ça, ça sent l’expérience ?), la cuisson devrait vite arrêter le problème. Vive le nettoyage du four après cependant… N’hésitez donc pas à étaler votre pâte en un rectangle qui vous semble plus petit que nécessaire : la pâte va continuer de s’étaler d’elle-même durant les premières minutes de cuisson.
  • Enfourner dans un four chaud pour 15 minutes à 180°C puis laisser refroidir recouvert d’un linge propre et humide.

Seconde étape : la crème mascarpone au chocolat blanc

  • Fouetter 250ml de crème liquide 35% avec 125g de mascarpone et 40g de sucre.
  • Incorporer ensuite 25g de chocolat blanc fondu.
  • Réserver au frais jusqu’au dressage.

Troisième étape : la garniture, canneberges et framboises

  • Faire fondre 1 feuille de gélatine dans un peu d’eau tiède.
  • Pendant ce temps, porter à ébullition 250g de canneberges fraîches avec 160g de sucre et 1 cuillère à soupe de jus de citron. Il faut que les canneberges éclatent.
  • Ajouter 350g de framboises fraîches (mais cela fonctionne aussi très bien si elles sont surgelées) puis la gélatine. Une fois le mélange pris, verser dans un bol pour laisser tiédir avant de réserver au frais.

Quatrième étape : la nougatine aux pistaches (miam !)

  • Porter à ébullition 30ml d’eau avec 25g de sucre. Laisser colorer.
  • Ajouter 90g de pistaches non salées préalablement concassées.
  • Verser le tout sur une feuille de papier cuisson ou un tapis en silicone (on a fait l’option silicone mais j’imagine que le papier cuisson est peut-être plus facilement maniable pour décoller le tout ensuite) pour former un joli rectangle.
  • Réserver au frais.

L’ultime étape : le dressage !

  • Étaler les 2/3 de la crème au mascarpone sur le gâteau.
  • Y ajouter la garniture aux canneberges et framboises.
  • Pour ceux qui aiment le croquant, et les pistaches, et veulent apporter un twist supplémentaire à leur dessert, ajouter 50g de pistaches non salées concassées.
  • Rouler le gâteau à l’aide du linge.
  • Déposer sur votre plat puis recouvrir du reste de crème de mascarpone.
  • Poser la barre de nougatine / pistaches sur le dessus.
  • Régalez-vous !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post La buche aux fruits du Quebec ! appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/cuisine/recettes/buche-noel-canneberges-framboises-pistaches/feed/ 0
Christmas is in the air!http://saperlipopette.marine-landre.fr/vie/christmas-deco/ http://saperlipopette.marine-landre.fr/vie/christmas-deco/#comments Tue, 23 Dec 2014 18:09:54 +0000 http://saperlipopette.marine-landre.fr/?p=13962 Cette année sera une année un peu particulière. Ni famille, ni gros repas, ni alcool qui coule à flot, ni marathon des amis, … rien de tout ce qui d’ordinaire nous fait nous dire que c’est Noël (ou le temps des fêtes comme ils diraient ici).   Non, cette année, Noël sera, pour la première […]

The post Christmas is in the air! appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
Cette année sera une année un peu particulière. Ni famille, ni gros repas, ni alcool qui coule à flot, ni marathon des amis, … rien de tout ce qui d’ordinaire nous fait nous dire que c’est Noël (ou le temps des fêtes comme ils diraient ici).

 

Non, cette année, Noël sera, pour la première fois, passé en tête à tête avec Mr MonChéri (et ce sera même une première de passer le jour du 25 ensemble d’ailleurs !), chacun loin de notre famille (au moins, pas de jaloux !).

 

Cette année, Noël verra des repas adaptés : pas de foie gras, peu de saumon fumé (mais comme c’est désormais Mr MonChéri qui fait le saumon fumé maison – on en reparle très vite – je suis quand même obligée d’en manger un peu, non ?), pas de tarama sur des blinis, pas d’huîtres ou autre plateau de fruits de mer, pas de fromages à foison (et pas de cuillère de caviar !).

 

Cette année, Noël sera sans coupe de champagne pour trinquer avec ceux qu’on aime, sans vin pour accompagner les bons plats, sans mal à la tête le lendemain aussi (bien que, ça, c’est pas dit pour autant !).

 

Cette année, Noël sera donc un peu particulier ! Un premier Noël seulement à 2 avant les suivants qui seront cette fois-ci à 3, et probablement bien plus (oui oui oui, l’an prochain, on rentrera pour les fêtes !). Un Noël qui sera la transition vers de nouveaux temps ! Mais un Noël qu’on va apprécier tout autant !

 

Noel-deco

 

On espère donc avoir un Noël en blanc, histoire de dire qu’on a fait ça typique au Québec (je vous l’annonce, c’est mal parti pour ce point mais… l’espoir n’est jamais vain !).

 

On s’attarde sur la jolie déco depuis début décembre, j’ai ouvert les festivités en réclamant mon sapin et depuis je m’atèle tous les soirs (ou presque) à la fabrication de petits sapins en papier grâce à la belle idée vue sur Jesussauvage.com.

 

Noel-deco

 

On se fait tout de même des bons repas, déjà un Noël avec les copains qui eux, repartaient en France, et des plans pour les suivants (benh quoi, le homard, j’ai le droit !!).

 

Noel-deco

 

Noel-deco

 

On accumule les petits cadeaux auprès du sapin, alors qu’habituellement, on n’est jamais doué, ni l’un ni l’autre, pour s’offrir quelque chose à temps (bon, j’avoue, Mr MonChéri a mieux anticipé que moi pour une fois, et il s’est même acheté ses propres cadeaux que je dois lui offrir…) (Jamais mieux servi que par soi-même dit-on ?).

 

Noel-deco

 

On prévoit aussi d’aller, pour une fois (ma première je crois bien !) à la Messe de Minuit pour marquer le coup.

 

Et puis, on a un programme chargé le 26 : Découverte des Boxing Days, qui, il paraît, ne faut pas manquer ici, surtout lorsqu’on a une nouvelle pièce à aménager et plein de gros achats à venir ! A suivre donc.

 

Bref, Christmas is in the air, à Montréal ou à Paris, alors, que tout le monde en profite !

Un joyeux Noël à tous !

 

Noel-deco

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

The post Christmas is in the air! appeared first on Marinette Saperlipopette - Blog Montréal Lifestyle.

]]>
http://saperlipopette.marine-landre.fr/vie/christmas-deco/feed/ 1